Langue

Agir

NDDL : le tribunal ordonne l’expulsion immédiate de la ferme de Bellevue

La ferme de Bellevue, occupée depuis fin janvier par les paysans et opposants à l’aéroport, a été jugée expulsable immédiatement par le tribunal d’instance de Saint-Nazaire. Cette ferme dont le sort devait être tranché le 20 février  se trouve à l’ouest de la ZAD et est en parfait état de conservation.

Non à la participation de la France à la recherche et à l'exploitation des hydrocarbures offshore en Grèce

Plateforme de BP dans le Golfe du Mexique (2010)Plateforme de BP dans le Golfe du Mexique (2010)COMMUNIQUE DE PRESSE DES COLLECTIFS FRANÇAIS CONTRE LES GAZ ET HUILE DE ROCHE-MERE

LE  26 FEVRIER 2013

Après que Laurent Fabius laissait entendre à quelques journalistes, le 17 janvier dernier, que la France entendait «signer un accord permettant des recherches françaises sur le territoire algérien dans le domaine de l'exploitation des gaz de schiste» (1), annonce qui a vivement fait réagir les Collectifs algériens, et français (2) opposés à la recherche et à l’exploitation des gaz et huile « de schiste », on apprend maintenant que la Grèce pourrait devenir le nouveau terrain d’expérimentation et d’extraction d'hydrocarbures non-conventionnels en offshore pour notre pays.

En effet, François Hollande, lors de sa visite en Grèce le 19 février a annoncé que «La Grèce a décidé un programme de privatisation», et que « les entreprises françaises seront présentes ». Dans la foulée le président de la République a proposé à la Grèce de louer à l'entreprise française DCNS (car la Grèce n'a pas les moyens de les acheter!) deux frégates FREMM, navires multi-fonctions à vocation de missions de souveraineté au large des côtes, dont on apprend par la presse grecque (3) et française (4) qu'ils seraient utiles pour sécuriser la recherche de pétrole et du gaz dans la mer Égée, où Total a déjà des intérêts.

Les collectifs déplorent l’incohérence, voire l’hypocrisie des autorités de notre pays, qui d’un côté interdisent la fracturation hydraulique sur notre territoire - tout en y autorisant des forages de recherche dans des couches géologiques ou des gisements d’hydrocarbures prétendument conventionnels -  et annoncent mettre en route la transition énergétique pour échapper aux énergies fossiles, et de l'autre promeuvent et soutiennent dans un autre pays européen la recherche et l'exploitation d’hydrocarbures non conventionnels.  

Arrêtons l’Écocide en Europe

L’Écocide est un acte causant des dommages importants à un ou plusieurs écosystèmes, ou la destruction ou la perte d'écosystèmes. Arrêtons ensemble l’Écocide en Europe !

14 mars: Journée Internationale d'Action pour les Rivières

Dates et lieu de l'évenement
Lieu: 
Partout
Date(s) de l'événement: 
Je, 14/03/2013 - 11:54

Le 14 mars, nous célébrons la Journée internationale d’action pour les rivières et contre les barrages. Tous les ans, des milliers d’individus de par le monde prennent la parole pour honorer les rivières du monde et les personnes qui luttent pour leur protection. La Journée internationale d’action pour les rivières est un jour où nous célébrons des victoires comme le démantèlement des barrages et la restauration de rivières.

[BASTAMAG]Dirigeants d’entreprises et chefs de gouvernement bientôt jugés en cas de crimes contre l’environnement ?

Imaginez des ministres, des PDG d’entreprises ou de banques, poursuivis pénalement pour crimes contre l’environnement. C’est l’objet d’une initiative citoyenne européenne lancée fin janvier, qui doit recueillir un million de signatures pour pouvoir être étudiée par la Commission européenne. Si cette directive « Ecocide » aboutit, elle pourrait influencer fortement les décisions stratégiques des dirigeants politiques et économiques. Et impulser une véritable transition écologique.

Décembre 1999. Un navire pétrolier, l’Erika, sombre au large de la Bretagne entrainant une marée noire sur plus de 400 km de côtes françaises. Après des années de batailles juridiques, le groupe français Total est condamné à payer 200 millions d’euros de dommages et intérêts. Mais aucun des responsables de Total ne peut être poursuivi personnellement. Une situation qui pourrait évoluer prochainement. C’est ce que demande une initiative citoyenne européenne(ICE), intitulée « arrêtons l’écocide en Europe, donnons des droits à la Terre », lancée il y a quelques semaines, et qui propose un projet de nouvelle directive européenne.

Lettre ouverte de la CONFENIAE (Amazonie équatorienne) à la communauté internationale et aux entreprises pétrolières

Le 26 févirier, les entreprises françaises sont conviées à participer au 11ème appel d'offres pétrolier lancé par l'Equateur. Le rendez-vous est fixé à l'Hôtel Marriott Rive Gauche (17 Boulevard Saint-Jacques, 75014 à partir de 8h00) en présence du ministre des Ressources Naturelles Non Renouvelables équatorien.

Sur la carte des blocs à attribuerseules les "zones intangibles" correspondent aux territoires sacntuarisés par le projet ITT-Yasuni. Le reste de l'Amazonie est sacrifié.

Entre  1990 et 2010 la forêt amazonienne dans son ensemble s’est vue amputée de 240.000 km carrés, soit l’équivalent de la surface du Royaume Uni. 15% de ses sous-sols sont concédés à l’exploitation d’hydrocarbures et 21% aux entreprises minières (ce pourcentage est de 75% pour l’Amazonie péruvienne), 417 centrales hydroélectriques y ont été construites ou planifiées, le tout relié par 96 000 km de routes (voir Atlas Amazonía bajo presión, Red Amazónica de Información Socioambiental Georreferenciada (Raisg), 2012). 

En Equateur, face au 11ème appel d'offres, les peuples indigènes amazoniens dont les territoires ancestraux sont concernés - Kichwa, Shiwiar, Sapara, Shuar, Huito, Waorani, etc. - s'adressent aux Français : 

Le pétrole est la mort de la forêt amazonienne !

Le pétrole est la mort de la forêt amazonienne ! Indiens de l'Equateur luttant contre l'exploitation pétrolière dans leur forêt.

Bas les tronçonneuses en Colombie : pétition de Salva la Selva

4.000 arbres géants ont déjà été marqués à destination des tronçonneuses dans la forêt Chers ami(e)s de la forêt tropicale, « Aidez-nous à stopper les bûcherons dans la forêt ! » C'est l'appel du peuple du bas Atrato en Colombie. Leur forêt tropicale dans le département du Chocó avait été jusqu'à présent épargnée par l'industrie forestière.