Langue

Amical des foreurs (france)

Documents

"Gaz de schiste" : NON ! La fracturation n'est pas une technique propre Questions et réponses à Jean-Louis Sch ilansky

Information Communiqué
Date de publication: 
Vendredi, 7 Février, 2014
Par: 
COLLECTIFS FRANÇAIS NON AUX PÉTROLE ET GAZ DE SCHISTE ET DE HOUILLE

Les collectifs français "NON aux pétrole et gaz de schiste et de houille" ont quelques questions à poser à M. Schilansky. Ce dernier, s'exprimant ce mercredi 5 février au nom de l'Union française des industries pétrolières (UFIP), affirme : "La fracturation telle que  pratiquée aujourd'hui n'est pas une technique sale. C'est juste pas vrai!"

Monsieur Schilansky, pensez-vous qu'ignorer les défis climatiques, en accroissant la production et donc la consommation d'hydrocarbures, soit un choix intelligent pour la France ? 

  • Pensez-vous que des millions, voire des milliards de m3 d'eau définitivement souillées par des contaminants fossiles, par des particules radioactives, et par les produits toxiques utilisés par les compagnies pétrolières et gazières, pour l'extraction comme pour le raffinage des hydrocarbures de schiste, soient une aubaine pour la France?
  • Pensez-vous que des centaines voire des milliers d'hectares de terres agricoles, de forêts ou de landes sacrifiés pour implanter des appareils de forage, construire des routes d'accès, et implanter des gazoducs dans les campagnes soient un cadeau pour la France?
  • Pensez-vous que ce que vivent aujourd'hui des milliers de riverains des puits aux Etats-Unis, en Australie, au Canada, etc., à savoir la maladie, les risques de malformation congénitales de leurs enfants, comme le fait craindre une récente étude (1), la mort de leurs animaux, soient un avenir souhaitable pour les Français?
  • Pensez vous enfin qu'il soit judicieux pour notre société d'exploiter à court terme des ressources avec de tels impacts environnementaux, sociaux et sanitaires, là où les mêmes moyens et le même financement pourraient être engagés dans des mesures accompagnant la sobriété énergétique, avec des profits plus durables à moyen et long terme, et créer des emplois localisés et pérennes ? 

Notre réponse est NON !