Langue

Industrie minière

Etats-Unis: des milliers d'oies sauvages se tuent en se posant sur les eaux toxiques d'une ancienne mine

Plusieurs milliers d’oies sont mortes après qu’une tempête de neige les a forcées à se réfugier sur les eaux toxiques d’une ancienne mine de cuivre à ciel ouvert dans le Montana fin novembre. L'étendue de la catastrophe écologique n'est pas encore connue.

En tentant d'échapper à une tempête de neige d'une rare violence, un vol d'oies s'est précipité vers une mort certaine. Des milliers de gallinacés sont morts après s’être posées sur les eaux toxiques d'un lac formé dans une mine désaffectée du Montana, dans le nord des Etats-Unis, le 28 novembre dernier. Selon les autorités locales, les oies étaient plus de 10.000.

Le responsable des questions environnementales de la société minière Montana Resources (MR), co-gestionnaire du lieu, a fait savoir que les témoins décrivaient la zone comme une fosse commune de "700 acres (près de 3 km², NDLR) d’oiseaux blancs". Un chiffre qui montre l’étendue des dégâts, "au-delà de tout ce que nous avons jamais connu en 21 ans de surveillance", a souligné Mark Thompson.

En effet, les eaux du bassin minier sont particulièrement chargés en métaux lourds comme de l'arsenic (utilisé dans l'exploitation du cuivre comme dans cette mine) et en acide sulfurique.

"Il est difficile de se faire une idée de la mortalité" parmi les oies qui ont été exposées aux substances toxiques, a déclaré au journal local The Billings Gazette Joe Vranka, de l'Agence fédérale de protection de l'environnement (EPA).

Certains oiseaux ont été retrouvés vivants mais particulièrement empoissonnés à proximité des lieux du drame. Les autorités locales et les associations de protection des animaux ont mis en place de grands moyens pour tenter de les sauver.

L'incident des oies des neiges rappelle un autre événement du genre survenu en 1995. Au total, 342 oiseaux étaient morts au même endroit, selon le Washington Post.

Rio Tinto à Madagascar : Une mine détruit la biodiversité unique de la zone littorale de Fort-Dauphin

Des représentants des sociétés minières les plus mal famées du monde se réunissent à Londres, Angleterre, le 21 et 22 Juin pour le «Responsible Extractives Summit». Le World Rainforest Movement et Re: Common se joignent à London Mining Network à exposer la destruction de l'environnement et les violations des droits humains causées par cette industrie avec le lancement d'un nouvel article sur un projet de compensation de la biodiversité de Rio Tinto. La societé utilise le projet de compensation pour verdir la destruction d'une forêt rare à sa mine de ilménite dans le sud-est de Madagascar. L'article montre comment le projet de compensation n’a laissé que des dunes de sable aux villageois à l'un des trois biodiversité pour cultiver leur aliment de base, le manioc. L'article aussi examine le rôle que les ONG de conservation et les institutions tels que Kew et Missouri Botanical Gardens jouent à 'verdir' une exploitation minière qui est en train de détruire une forêt littorale unique afin d’extraire, pendant 40 ans, la matière première nécessaire à la production de peinture  blanche  industrielle.

Dossier : « Extraction minière, ni ici, ni ailleurs »

Date de publication: 
Dimanche, 1 Mai, 2016
Par: 
Silence nº445

L'idéologie du numérique voudrait nous faire croire que nous sommes passés à une économie dématérialisée. Rien n'est plus faux : la pression minière dans le monde n'a jamais été aussi forte pour ponctionner les matières premières, métaux et hydrocarbures nécessaires à notre mode de vie occidentalisé. Ce dossier réalisé en partenariat avec les Amis de la Terre France se penche sur le sang versé dans les mines du Sud mais aussi sur le grand retour de l'extraction minière sur le territoire français. Avant de poser la question qui fâche : si nous ne voulons pas de mines aux impacts destructeurs, ni ici, ni ailleurs, alors quelles sont les implications sur nos modes de vie et de consommation ?

Au sommaire du dossier : Attention, mines !  sur les projets miniers en France ; L'enfer, c'est chez les autres, sur les minerais du sang en Afrique notamment ; Amérique Latine : vers un post-extractivisme ? réflexion sur les étapes pour en sortir ; Sortir de l'extractivisme : un projet de société, sur les virages énergétiques, politiques, sociaux et culturels à prendre pour éviter de piller la planète.

Présentation complète du numéro -  Consulter les 4 premières pages 

Tungstène : les enfants de Salau réveillent l’Ariège

[NB : Cet article ne réflète pas les opinions du Collectif Aldeah. Il illustre la situation en Ariège sur le PER-M de Couflens]

À Salau, dans le Couserans, l’heure du renouveau minier est-elle arrivée sur l’ancienne mine de tungstène?

Étymologiquement le nom Ariège se rapproche d’une antique coutume minière, des écrits sur les mines du Couserans datent de 1483 lorsqu’elles furent concédées par Charles VIII. Fidèle à cette tradition, en 2016, l’Ariège  souhaite ranimer l’exploration minière autour de l’ancienne mine de tungstène de Salau. Ce souhait, un évènement en France, se matérialisait le 18 mars 2016, un vendredi soir, dans la salle omnisport de Saint-Girons où près de 1000 personnes se réunissaient pour s’informer sur l’exploration minière autour d’une association locale ariégeoise de bénévoles nommée PPERMS, « Pour le Projet d’Étude et de Recherche de la Mine de Salau ». La réussite de cette réunion est un exploit dans une vallée de 3500 âmes ; c’est un exploit en France car cette soirée n’était ni organisée par les services de l’état (il est normal que l’État n’aiguillonne ni ne précède des citoyens qui se prennent en main), ni par des élus (la mairie de Saint Giron fit payer la salle omnisport 1000€ et les chaises  0.65€ l’unité), ni par un parti politique mais par des bénévoles ; c’est un exploit car un vendredi soir on y discuta sciences, médecine et géologie.

Échec de la négociation entre Minera Los Pelambres et la communauté de Caimanes (Chili)

Date de publication: 
Vendredi, 8 Janvier, 2016
Par: 
Elif Karakartal : Collectif Aldeah et Observatrice Internationale France Libertés

Le 8 décembre dernier, 41 % des habitants de la communauté de Caimanes se sont abstenus lors du vote de plébiscite portant sur l’approbation ou le refus des propositions de l’entreprise Minera Los Pelambres (MLP) destinées à « mettre fin au conflit entre MLP et la communauté » au sujet du réservoir El Mauro (troisième plus grand réservoir de déchets miniers au monde) et à « appliquer - par la voie d’un accord amiable - la sentence de restitution des eaux » à laquelle l’entreprise avait été condamnée par la Justice chilienne en octobre 2014 . La règle du plébiscite avait été définie en assemblée organisée dans le cadre du processus de dialogue qui devait permettre de trouver des solutions au conflit entre l’entreprise et la communauté . Les termes dudit processus de dialogue, présenté comme participatif et inclusif, proposaient que les habitants eux-mêmes définissent leur souhait en matière de restitution de l’eau et de sécurité pour pallier aux impacts générés par l’intervention de MLP sur leur territoire. Les négociations se sont déroulées sous forme d’une série de réunions, ouvertes à tous les habitants, organisées par MLP et les avocats de la communauté sous la vigilance de l’ONG Chile Transparent.


Bien que, dès le départ, le processus soit apparu comme fortement dirigé par MLP , une grande partie de la communauté - guidée par ses avocats et soucieuse de trouver des solutions à un conflit qui s’enlisait - avait accepté de participer. C’est dans le cadre de ces réunions que furent validées les règles du plébiscite : il fallait au minimum 70 % de participation pour que le processus soit valide. Or ce pourcentage n’a pas été atteint.

Les raisons de cette abstention s’expliquent d’abord par le fait que, contrairement à l’annonce initiale indiquant que les termes de l’accord émaneraient de la volonté des assemblées, le document final d’accord, présenté par MLP, imposait la vision de l’entreprise.

Femmes dans la lutte: Rondas fémininas de Cajamarca et Ashaninkas contre l’Extractivisme (Pérou)

Raconter l’histoire de luttes de femmes qui défendent leur territoire et l’environnement c’est raconter l’histoire des “rondas femeninas” de El Tambo[1].Rondas femeninas El TamboRondas femeninas El Tambo

Les « rondas » paysannes sont une organisation civile sui generis fondées en 1978 à Cuyumalca, province de Chota[2], dans le département de Cajamarca, au nord-est du Pérou. Le but des rondas est de veiller sur la sécurité et combattre la délinquance, surtout le vol de bétail.  Plus tard, les rondas ont joué un rôle essentiel dans la lutte contre Sentier Lumineux[3] qui, ainsi, n’a pas réussi à s’implanter à Cajamarca épargnant cette région du conflit armé qui flagellait le pays dans les années 1982 à 1992[4]. Les membres des rondas sont choisis à main levée en assemblées, puis prêtent serment. Le membre qui manque à son serment est immédiatement destitué. L’organisation est pourvue de règlements, statuts et commandements[5] qui procurent aux rondas un statut de respect, un comportement étique élevé et beaucoup de pouvoir. Les rondas ont été légalement reconnues par l’article 149[6] de la constitution politique du Pérou et sont régies par la loi des rondas campesinas numéro 27908[7]. Elles exercent la justice au sein de leurs communautés et c’est un droit reconnu. Elles interviennent dans tous types de cas : vols, délinquance, atteintes aux personnes, différents territoriaux, dettes, etc. ; les cas sont examinés dans des tribunaux, où les membres des rondas prononcent un jugement très équitable après avoir trouver le consensus parmi leurs membres. La punition est immédiate et en générale physique. Les rondas participent également activement à la défense de leur territoire en luttant contre l’extractivisme, comme dans les cas : Majaz[8] - provinces de Huancabamba et d’Ayabaca, région Piura, les rondas et les communautés paysannes se sont opposées à la mine, conflit qui a causé la mort de 7 personnes ; Conga[9] - provinces de Bambamarca et Celendín, région Cajamarca, rondas et population défendent leurs lacs contre l’entreprise minière Yanacocha, conflit qui a causé, jusqu’ici, 5 morts, des dizaines de blessés et des centaines de personnes poursuivies en justice ; et beaucoup d’autres.  Plusieurs ronderos ont été tués dans ces luttes. Plus récemment, se sont formées des rondas femeninas et aujourd’hui des rondas urbaines. Il existe même des rondas scolaires.

Liste des permis et demandes de permis exclusifs de recherche de mines (PERM) en France métropolitaine

Date de publication: 
Samedi, 3 Octobre, 2015
Par: 
ALDEAH

Mise à jour le 13 octobre 2015 (merci de nous signaler les informations manquantes)

PERM OCTROYÉS

PER-M de Tennie

Sarthe et Mayenne, Variscan Mines

PER-M de Villeranges

Creuse, Cominor

PER-M Saint-Pierre

Maine-et-Loire, Variscan Mines

PERM de Merléac

Côtes d'Armor, Variscan Mines

PER-M de Beaulieu

Loire Atlantique, Variscan Mines

PER-M de Loc-Envel

Côtes-d'Armor, Variscan Mines

PER-M de Silfiac

Côtes-d'Armor et Morbihan, Variscan Mines

PER-M de Beauvoir

Allier et Puy-de-Dôme, Imerys 

PER-M de Bonneval

Haute-Vienne et Dordogne, Cordier Mines

PER-M de Couflens

Ariège, Variscan Mines

PER-M Vendrennes

Vendée, 

DEMANDES DE PERM EN COURS D'INSTRUCTION

Invitation au premier camp international « Au delà de l’Europe » en Chalcidique, Grèce, du 18 au 25 août

Date de publication: 
Mardi, 9 Juin, 2015
Par: 
Mouvement Anti-autoritaire de Thessalonique

Pour participer : [email protected] ou http://camp.beyondeurope.net/

Traduction en français de l'invitation du Mouvement Anti-autoritaire de Thessalonique. L’appel "Au delà de l’Europe" sera publié dans les semaines qui viennent.

Dans le nord-est de la Chalcidique, une longue lutte, qui a pris la forme d'un soulèvement de la population locale contre les forces de répression, mais aussi contre les autorités locales, a mis en avant la question du développement capitaliste, ainsi que la puissance de la résistance quand elle est exercée par les citoyens eux-mêmes.

La société minière canadienne Eldorado Gold, opérant avec la complicité scandaleuse de l'Etat grec et de la plus grande entreprise de construction grecque, Aktor, a décidé de rayer de la carte une zone de montagne de grande valeur intrinsèque avec une forêt ancienne, qui soutient les activités locales telles que l'élevage, l'apiculture et de l'agriculture, avec de belles plages pour un tourisme de faible intensité, et avec des ressources en eau abondantes. Comme prévu, leurs plans ne se limitent pas à la Chalcidique, mais s’étendent aussi à travers la Macédoine et la Thrace, où des dépôts aurifères significatifs ont été détectés. Le procédé de traitement au cyanure, utilisé par l'entreprise dans des projets miniers partout dans le monde, ne laisse aucun doute sur ce qui se passe déjà dans la région ou ce qui se passera dans l'avenir.

Ce projet pharaonique, qui va provoquer une catastrophe écologique de grande ampleur en Grèce, ne pouvait pas se poursuivre sans une répression sévère, mettant ainsi en évidence une autre industrie lourde, l'industrie de la poursuite judiciaire. Actuellement, plus de 300 résidents locaux et soutiens sont poursuivis, et beaucoup sont accusés d'infractions pénales.

Tout cela s’est développé durant les années de gouvernement du PASOK et de la Nouvelle Démocratie, qui ont fait preuve d’une attitude implacable dans la région. Mais il est apparu, il y a un an, que quelque chose pouvait changer au niveau institutionnel. D'abord avec les élections municipales en mai 2014, où le nouveau maire a été soutenu par le mouvement anti-mines, et plus tard avec les élections législatives, en janvier 2015, où Syriza, un parti qui a promis d'arrêter le projet d'exploitation minière, a reçu le plus de suffrages.

Mines de métaux : Cominor envisage 50 à 60 sondages en Creuse

Après une première tranche de travaux, une deuxième pourrait débuter en juillet à Lussat. Mais Cominor est toujours dans l’attente des fameuses autorisations…

La deuxième réunion du comité de suivi du PER de Villeranges a eu lieu à la préfecture de Guéret  en début de semaine, avec des échanges plutôt techniques et animés !

Des échanges techniques

Le porte-parole de Cominor a présenté les résultats des travaux menés en 2014 jusqu’au début 2015, avant d’évoquer le programme à venir de 2015 qui fait encore l’objet d’une déclaration d’ouverture de travaux, actuellement en cours d’instruction. 

« Nous avons envoyé un premier dossier sur lequel on nous a demandé quelques précisions, notamment sur les études de dangers et santé-sécurité des personnels. On est en train de finaliser ce dossier ce qui sera sans doute fait dans la semaine. Après, il suivra son cours normal d’instruction par la DREAL, la préfecture et les autres organismes concernés », explique Dominique Delorme, de Cominor.

Les riverains des mines entre Alès et Anduze sont inquiets pour leur santé

Furieux d'avoir été laissés dans l'ignorance d'une pollution à l'arsenic, au plomb et au cadmium, identifiée par l'Etat depuis 2007 mais révélée en 2014, les riverains de deux anciennes mines de fer et de zinc, près d'Alès, dans le Gard, s'inquiètent des conséquences éventuelles sur leur santé.

  • FD avec afp, Publié le 03/06/2015 | 11:25, mis à jour le 03/06/2015 | 11:48

Dans un rapport rendu public en mai, l'Agence régionale de santé (ARS) a révélé des "teneurs en plomb et en arsenic exceptionnellement élevées" et des "teneurs importantes en cadmium", entre Anduze et Alès.

L'ARS s'est alarmée "des conséquences sur la santé à long terme, même en l'absence de symptômes à l'heure actuelle" et a décidé de mettre en place dès septembre une veille sanitaire pour 2.800 personnes, soit les riverains de deux anciennes mines de fer et de zinc, dans les communes de Thoiras, Tornac, Saint-Félix-de-Pallières, Générargues et Saint-Sébastien-d'Aigrefeuille.

Une veille sanitaire pour les populations