Langue

Évenements

Camp Lorraine à Volmerange-lès-Boulay

Dates et lieu de l'évenement
Lieu: 
Volmerange-lès-Boulay
Date(s) de l'événement: 
Ve, 19/08/2016 (Toute la journée) - Di, 21/08/2016 (Toute la journée)

23 juillet 2016 – Festival StopMines – journée mondiale contre la méga industrie minière

Dates et lieu de l'évenement
Lieu: 
Bord Saint Georges
Date(s) de l'événement: 
Sa, 23/07/2016 (Toute la journée)
3ème édition du Festival contre les projets miniers, réservez votre week-end !

Au programme : conférences, projections, marché des artisans, animations pour petits et grands, et concerts le soir.

TRACT_WEB

22 juillet 2016: Journée internationale contre la méga-industrie minière

Dates et lieu de l'évenement
Lieu: 
Monde
Date(s) de l'événement: 
Je, 21/07/2016 (Toute la journée) - Sa, 23/07/2016 (Toute la journée)

En 2009, les opposants à la mine d’or du Cerro de San Pedro au Mexique inauguraient la journée internationale contre la méga-industrie minière devant l’ambassade du Canada à Mexico DF.

Lire la suite »

Invitation au forum contre les gpii Bayonne 15 au 17 juillet

Dates et lieu de l'évenement
Lieu: 
Bayonne (Pays Basque Nord)
Date(s) de l'événement: 
Ve, 15/07/2016 (Toute la journée) - Di, 17/07/2016 (Toute la journée)
Au Pays basque, nous participons au réseau contre les grands projets inutiles et imposés (gpii) depuis sa création.
Lire la suite »

Tous les événements

Date(s) de l'événement
Camp Lorraine à Volmerange-lès-Boulay Ve, 19/08/2016 (Toute la journée) - Di, 21/08/2016 (Toute la journée)
23 juillet 2016 – Festival StopMines – journée mondiale contre la méga industrie minière Sa, 23/07/2016 (Toute la journée)
22 juillet 2016: Journée internationale contre la méga-industrie minière Je, 21/07/2016 (Toute la journée) - Sa, 23/07/2016 (Toute la journée)
Invitation au forum contre les gpii Bayonne 15 au 17 juillet Ve, 15/07/2016 (Toute la journée) - Di, 17/07/2016 (Toute la journée)
Bloquer le sommet du pétrole offshore ! Sa, 02/04/2016 - 09:00 - Je, 07/04/2016 - 17:00
Les révoltés d’In Salah, en Algérie Ma, 19/01/2016 - 19:00 - 21:00
Rencontre avec Anna Bednik pour son livre Extractivisme Ma, 12/01/2016 - 19:00
Ligne de train menacée - double tunnel de Tende : quel avenir pour la Roya? Sa, 12/12/2015 - 19:00
Atelier "le schiste ce n'est pas fini", à Montreuil les 5 et 6 décembre Sa, 05/12/2015 - 10:00 - Di, 06/12/2015 - 18:30
Mouvements de l'eau au sommet des peuples - COP21 Sa, 05/12/2015 (Toute la journée) - Di, 06/12/2015 (Toute la journée)

Derniers communiqués

Pour refuser la REDD+ et les industries extractives pour s’opposer au capitalisme et défendre la vie et les territoires

Information Communiqué
Date de publication: 
Jeudi, 27 Novembre, 2014
Par: 
WRM

CdP 20, Lima, décembre 2014

 

À l’occasion de pourparlers de l’ONU sur le changement climatique qui auront lieu à Lima, au Pérou, et que   l’on appelle CdP 20, nous affirmons que le refus du système REDD+ et des ‘services  environnementaux’ proposés  dans  le  cadre  de  ‘l’économie verte’  est  un  aspect fondamental de notre lutte contre le capitalisme et les industries extractives et pour la défense des territoires, de la vie et de la Terre‐mère.  Les accords des Nations unies sur le climat n’ont pas réussi à réduire les émissions des gaz qui provoquent le réchauffement planétaire. En fait, les mécanismes et les politiques qui ont découlé de ces accords, parmi lesquels figure la REDD+, ont permis de poursuivre, de légitimer et d’intensifier des activités aussi destructrices que les industries minière, pétrolière, gazière et charbonnière,  la  monoculture  d’arbres  et  l’agro‐industrie.  Ces  industries  sont  la  cause principale de la crise climatique; elles ont adopté le discours de la ‘durabilité’, du ‘déboisement zéro’, de la ‘responsabilité socio‐écologique’, du ‘découplage’ ou des ‘projets économes en carbone’, dans le cadre d’une économie ‘verte’. Or, nous savons qu’au‐delà de la propagande destinée à blanchir leurs images, le système extractiviste et le capitalisme mondial institutionnalisé  mènent  toujours  au  saccage  de  la  Terre‐mère,  ainsi  qu’au  pillage,  à  la violence, à la destruction et à la criminalisation de ses communautés, ses peuples, ses terres et ses territoires.

Les défenseurs de l’économie ‘verte’ prétendent nous faire croire qu’une ‘croissance durable’ est possible, que l’on peut ‘se découpler de la nature’ avec les modes de production capitalistes, et qu’il est possible de ‘compenser’ ou d’atténuer la pollution et la destruction d’un endroit par la ‘recréation’ ou la ‘protection’ d’un autre. En appliquant une logique injuste et colonialiste, l’économie ‘verte’ soumet la nature et les peuples autonomes en leur imposant des restrictions sur l’utilisation et le contrôle de leurs territoires, afin de remplir les poches de quelques‐uns, même lorsque les  communautés possèdent des  titres de  propriété sur  ces territoires.

Les  ‘services  environnementaux’ sont  un  des  piliers  du  nouveau  capitalisme  mondial.  Ils comportent  la  financiérisation,  la  marchandisation,  l’asservissement  et  l’esclavage  de  la nature, en la soumettant à la logique du capital. Le marché du carbone, la compensation de biodiversité et les marchés de l’eau font partie de cette forme de capitalisme. Les ‘services environnementaux’ et le modèle économique hégémonique sont interdépendants.

CP des Collectifs anti gaz et pétrole de schiste suite Réunion Nationale Lyon 22 23 nov 2014

Information Communiqué
Date de publication: 
Dimanche, 23 Novembre, 2014
Par: 
COLLECTIFS FRANÇAIS NON AUX PÉTROLE ET GAZ DE SCHISTE ET DE HOUILLE

LYON, LE 23 NOVEMBRE 2014

Silence! on fore : Pétrole et Gaz de schiste et de houille, les collectifs français condamnent l'opacité et l’absence de réponse systématique de la Ministre de l’Écologie. 

Les collectifs français opposés à la recherche et l'exploitation des pétrole et gaz de schiste et de houille se sont réunis en coordination nationale à Lyon les 22 et 23 novembre 2014.

Malgré les récentes annonces rassurantes de la ministre de l'écologie, de l'énergie et du développement durable, les collectifs constatent que l'opacité sur la délivrance des permis de recherche hydrocarbure et autorisations de travaux persiste. Ils constatent aussi que les nombreuses interpellations des collectifs, de la société civile et des élus sont restées jusqu’à ce jour sans réponse.

Il existe actuellement en France 119 demandes de permis en cours d'instruction et 54 permis de recherche d'hydrocarbures liquides ou gazeux dont plus de la moitié font l'objet de demande de renouvellement, prolongation "exceptionnelle" et / ou demande de mutation.

Dans le Nord/Pas-de-Calais, deux autorisations de travaux pour des forages d'exploration sur les gaz de couche ont été délivrés à Avion et Divion. Les travaux de forage pourraient commencer d'un moment à l'autre si l'on en juge par la campagne de promotion qui est faite dans les journaux locaux. L'entreprise EGL qui conduira les travaux a déjà réalisé quatre forages en Lorraine qui sont des fiascos, alors que la géologie y est supposée être plus favorable que dans le Nord. Alors  que 6 millions d'euros ont déjà été dépensés il n'y a toujours pas de résultats probants. Pourquoi donc autant de précipitation à forer dans le Nord ? Rassurer les actionnaires ? Mettre au point une méthode de "fracturation light" pour contourner la loi et déposer un brevet sur cette technique ? L'inquiétude et la mobilisation des populations grandissent face à l'opacité qui règne là aussi autour de ces projets déclenchés sans enquête publique préalable. Nous ne comprenons pas le soutien actif de certains élus locaux à ce projet, ni la logique qui a conduit l'état à accorder ces autorisations de forage.

Toma Acción: A 5 años del asesinato de Mariano Abarca por su resistencia contra la minera Blackfire, demandamos justicia

Information Communiqué
Date de publication: 
Jeudi, 13 Novembre, 2014
Par: 
Movimiento M4

5to-aniversario-abarcaA 5 años del asesinato de Mariano Abarca por su resistencia contra la minera Blackfire, demandamo

Al cumplirse 5 años de la muerte de Mariano Abarca Roblero, asesinado por su resistencia contra la minera canadiense Blackfire demandamos respuesta a las autoridades mexicanas y canadienses para ejercer justicia por su muerte. Además, exigimos que el gobierno canadiense deje su política de la tal llamada ‘diplomacia económica’ y adopte una política basada en el respeto para los derechos indígenas  y humanos, y para la protección de las defensoras y los defensores de sus territorios y el medioambiente.

Al Presidente de la República, Enrique Peña Nieto
Al Gobierno del Estado de Chiapas, Manuel Velasco Coello
Al Procurador General de la República, Jesús Murillo Karam
Al Procurador General de Justicia del Estado de Chiapas, Raciel López Salazar
A la Comisión Nacional de Derechos Humanos (CNDH), Raúl Plascencia Villanueva
Al Ministro de Relaciones Exteriores de Canadá, John Baird
Al Ministro de Relaciones de Comercio Exterior, Ed Fast
Al Ministro de Justicia de Canadá, Peter MacKay
A la Embajadora de Canadá en México, Sara Hradecky

Modification simplifiée du P.L.U. de Cayenne :Quelle légitimité ? Quelle finalité ?

Information Communiqué
Date de publication: 
Jeudi, 9 Octobre, 2014
Par: 
Maiouri Nature Guyane
COMMUNIQUÉ DE PRESSE du 9 octobre 2014

Objet  : Délibération N°2014-141/ST-DA-PUR concernant les règles
d'implantation le long de la RD 4 dite « route de Bourda ». 5 septembre 2014

L’association Maiouri Nature Guyane vient par la présente dénoncer une modification du PLU de Cayenne en procédure simplifiée qui nous semble être illégale. En effet, comme le spécifie l’article L 123-13-3 du code de l’urbanisme, la procédure de modification simplifiée n'est pas autorisée lorsqu’elle risque de :

- « …réduire un espace boisé classé, une zone agricole, naturelle, ou une protection édictée en raison des risques de nuisance, de la qualité des sites, du paysage et des milieux naturels, ni comporter de graves risques de nuisances.

- « Elle ne peut pas majorer de plus de 20% les possibilités de construire résultant dans une zone de l'application de l'ensemble des règles du plan.

- Or, dans l’affaire qui nous concerne, cette modification qui rend constructible une zone de 20 m de part et d'autre de la Route de Bourda (littoral ou l’Espace Boisé Classé) va surtout permettre la réalisation d’un projet immobilier contre lequel notre association s’est engagée à lutter du fait de son implantation sur un site naturel, fréquenté par tous les Cayennais et d’une grande valeur patrimoniale : il s’agit de la petite plage de Bourda que l’on accède librement depuis un plus d’un demi-siècle, par un petit sous-bois de palmiers Moucaya, awara, cocotiers !