Langue

Derniers communiqués

Plata para el mercado global, destrucción para los Huicholes en Mexico, Accion de protesta

Por Salva la Selva

En la "bienvenida" de su página web, la compañía minera First Majestic Silver dice tener un "agresivo plan de desarrollo y adquisiciones" enfocado en México. El pueblo Huichol o Wixárika podría confirmarlo, pues 22 de las concesiones mineras se encuentran en 6.326,58 hectáreas del desierto sagrado Wirikuta, rodeando al hermoso pueblo Real de Catorce. Concluida la exploración, la explotación subterránea y a cielo a cielo abierto de la plata se llevará a cabo en Wirikuta usando el proceso de lixiviación con cianuro para separar la plata del material pétreo. Por cada gramo de oro o plata se tritura una tonelada de material removido y se gastan dos toneladas de agua potable.

Information Pétition

Non à l'exploitation de nos ressources minières pour un compte privé sur la Butte St Michel - Bretagne

Non à l'exploitation de nos ressources minières pour un compte privé sur la Butte St Michel - Bretagne  (pétition à l'attention de A. Montebourg). 
Le projet d'exploitation minière de Merléac, à 100m de la Butte st Michel, site sacré chez les Bretons est un outrage fait à notre histoire culturelle. Non seulement ce site sera défiguré mais en plus il sera pollué par cette exploitation minière offerte à une firme australienne qui ne tient pas ses engagements d'emplois locaux. Lire la suite »
Information Pétition

Une entreprise minière française prétend mener ses activités en Argentine (Sierras de Córdoba) malgré le refus des habitants

En Argentine, une entreprise française se croit au-dessus des lois et ne respecte pas les souhaits des habitants de la zone (Sierras de Córdoba) où elle projette de mener à bout ses activités. En tant que citoyens français et amis des intégrants de l’assemblée populaire autoconvoquée Ongamira Despierta, nous nous sentons concernés par les activités de cette entreprise et nous pensons que notre devoir est d’alerter l’opinion publique en France, tout comme d’essayer d’engager un dialogue avec la compagnie. Nous appelons tous ceux qui se sentent indignés face à l’idée qu’une entreprise française puisse agir de la sorte à se joindre à nous : contact@aldeah.org

Il s’agit de Red Mineral Corporation, une PME d’Aix en Provence, qui, en juin 2006, avait obtenu du Secrétariat de l’industrie minière de Córdoba des permis de prospection minière d’or et d’argent portant sur 11000 hectares de la vallée d’Ongamira (31 km de la ville de Córdoba). Quelques années auparavant, Guy-Pierre Girondan, prospecteur géologue, qui avait déjà participé à plusieurs recherches et exploitations de gisements miniers en Honduras et au Guatemala, s’est rendu en Argentine pour y réaliser des études sur les ressources minières pour le compte d’une université française. Passé un temps, il retourne en Argentine, mais cette fois-ci pour son propre compte. Il réalise alors des études géologiques dans les alentours d’Ongamira, en s’introduisant de manière illégale dans des propriétés privées (ce qui lui avait valu d’être retenu en détention provisoire). Red Mineral Corporation fut créé en octobre 2004 et inscrite au Registre de Commerce de Aix-en-Province. C’est une entreprise familiale (Michèle Levy Girondan en est la présidente directrice générale) et son équipe est franco-argentine.

votez au Public Eye People’s Award 2012! Vale, la pire entreprise de l'année!

Jusqu’au 26 janvier, votez au Public Eye People’s Award 2012! Vale, la pire entreprise de l'année : http://www.publiceye.ch/fr/vote/vale/
Des mines et des barrages au détriment du peuple et de l’environnement. Vale est la deuxième plus grande entreprise du Brésil ainsi que le deuxième plus grand groupe minier et le premier producteur de minerai de fer mondial. L’entreprise a une histoire de 70 ans qui bafoue régulièrement les droits humains, inflige des conditions de travail inhumaines et surexploite la nature sans vergogne. Aujourd’hui, Vale s’emploie à la construction du barrage de Belo Monte en Amazonie. Celui-ci obligera 40 000 personnes à quitter leur lieu de vie. Les peuples concernés n’ont pas droit à la parole et ne recevront aucun dédommagement.