Langue

Évenements

Cinema Action / Ressources naturelles, qui gagne, qui perd?

Dates et lieu de l'évenement
Lieu: 
Auditorium La Salamandre, Cognac
Date(s) de l'événement: 
Ma, 08/03/2011 - 00:29 - Ve, 11/03/2011 - 00:29

Projections sur le thème des mines notamment. http://www.terredeshommes.fr/

Rassemblement à DOUE (Seine et Marne), SAMEDI 5 MARS 2011 : STOP PETROLE DE SCHISTE

Dates et lieu de l'évenement
Lieu: 
Doue, Seine et Marne, près de La Ferté-sous-Jouarre
Date(s) de l'événement: 
Sa, 05/03/2011 - 15:00

ALERTE : l’eau du bassin parisien est menacée !!!

Sans aucune concertation avec les citoyens et les élus, des permis d’exploration ont été délivrés à des sociétés qui s’apprêtent à extraire le pétrole de schiste en utilisant la technique de fracturation hydraulique. Les permis déjà attribués et les demandes en cours d’instruction couvrent 80% de la Seine-et-Marne. Le « château d’eau » du bassin parisien est en danger. Lire la suite

Projection-débat : Gaz-land de Josh-fox

Dates et lieu de l'évenement
Date(s) de l'événement: 
Ve, 25/02/2011 - 19:30 - 22:30

Carte: Concessions schiste IDFCarte: Concessions schiste IDFLe collectif Ile de France Non aux Gaz et au Pétrole de Schiste  vous invite à une projection-débat du film de Josh Fox  Gazland.

Voir pièce jointe.

Gaz land est aussi notre réalité : les projets d'exploration concernent déjà plus de 10% du territoire français ...

Rencontre autour de la revue Entropia « Décroissance et contre-pouvoirs »

Dates et lieu de l'évenement
Lieu: 
Paris, Salle Jean Dame 17 rue Léopold Bellan, 75002 PARIS (métro Les Halles)
Date(s) de l'événement: 
Sa, 18/12/2010 - 14:00

Ouverture par Jean-Claude Besson-Girard, directeur d'Entropia

14h-15h30 : La notion de contre-pouvoir

Animation : Yves Cochet, député de Paris

Avec Geneviève Azam*, professeur d'économie : Avenir de l'altermondialisme
Hervé Kempf, journaliste : Oligarchie et démocratie
Bertrand Méheust, philosophe : La catastrophe les yeux ouverts

16h - 17h30 : Expériences vécues d'Europe et d'Amérique latine

Animation : Alain Gras, professeur de philosophie des techniques

Derniers communiqués

Une entreprise minière canadienne pointée du doigt en Équateur : l'urgence d'un moratoire pour prévenir les violations des droits humains

Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), Comisión Ecuménica de los Derechos Humanos (CEDHU), Ligue des Droits et des Libertés du Québec (LDL)

Montréal, le 12 janvier 2011 – Alors que l'Équateur est en passe de démarrer une exploitation minière à

Un homme qui marche va toujours plus loin qu’un expert assis : marche de doléance

[Source : www.consommer-juste.fr]

Bonjour à vous,

La période qui arrive est porteuse de grands dangers. Désemparé, nous n’avons plus droit à la parole, elle nous est confisquée par l’idéologie de la finance spéculative. Je ne me reconnais pas comme beaucoup d’entre nous dans les positions démagogiques prises par les uns et les autres.

SOLIDARITE AVEC CAJAMARCA - PEROU

Nous vous remercions pour votre acte de solidarité avec la population de Cajamarca en lutte contre le projet Conga à travers votre signature du communiqué.

L'histoire de la lutte contre le projet Conga continue de s'écrire :   malgré la militarisation de la région, les tentatives de corruption de la part de l'entreprise de Yanacocha, les mesures d'intimidation, les  menaces et la criminalisation du mouvement social (arrestations arbitraires et mesures judiciaires  contre les dirigeants), les mobilisations pacifiques régionales du 9 avril et  11 avril derniers ont été un succès. Elles se sont déroulées pacifiquement  et ont prouvé la responsabilité et la maturité de la population de Cajamarca. La situation est grave et les  reports successifs de la diffusion des résultats de l'expertise officielle internationale relative à l'Etude de l'impact environnemental (EIA) du projet Conga, de la part du gouvernement, sont très inquiétants. Plus que jamais la solidarité internationale qui s'amplifie peut jouer un rôle fondamental.

Otra energia es posible

Los días 6 y 7 de diciembre más de 30 organizaciones del país y del Cono Sur nos reunimos en Buenos Aires para compartir, reflexionar y acordar acciones frente a las consecuencias que genera la industria hidrocarburífera. Provenimos de diferentes orígenes (ambientalistas, trabajadores, campesinos, comunidades de pueblos originarios, asambleas, organizaciones sociales y cristianas) pero enfrentamos la misma realidad común:

  • La contaminación del suelo, agua y aire que afectan la salud humana, destruye los ecosistemas, cambia el clima y va en contramano de la vida digna presente y futura.
  • La descalificación, negación y represión de las comunidades afectadas por parte de las empresas y el Estado.
  • La parcialidad en el sistema judicial, que actúa con celeridad cuando las demandas son impulsadas por empresas y gobiernos, y condena a la parálisis las promovidas por indígenas, campesinos y comunidades afectadas; al tiempo que desestima valiosos instrumentos jurídicos que garantizan derechos colectivos.
  • La exclusión en los mecanismos de decisión y participación de las políticas públicas.
  • La ausencia total del Estado frente a la garantía de nuestros derechos humanos constitucionales (a la vida digna, al ambiente sano, a la consulta previa, al acceso a la información pública, a la protesta, entre otros).
  • La promoción de industrias extractivas sin ningún tipo de reparo por parte de los Estados provinciales y Nacional.
  • La connivencia de los gobiernos en la aprobación de acuerdos que benefician económicamente a las empresas, en desmedro de los derechos laborales.
  • Condiciones de trabajo deshumanizantes que favorecen las adicciones, desarraigo (pérdida de lazos familiares) y violencia. Se crean así escenarios propicios tanto para el juego como para negocios ilegales como la trata de mujeres y niñas para la prostitución y la venta de estupefacientes.
  • La promoción deliberada de la exploración y explotación en yacimientos no convencionales, utilizando la técnica conocida como fractura hidráulica o fracking, sin tener en cuenta que es experimental y ha causado graves contaminaciones de agua, tierra y aire en los países donde se ha implantado -motivando su prohibición y moratorias.
  • La imposición de un modelo productivo excluyente sobre nuestros conocimientos y territorios; donde se prioriza la energía para los sectores urbanos y concentrados en desmedro del acceso universal a los sectores populares.
  • La mercantilización de los bienes públicos naturales y comunes.
  • La falta de políticas públicas que reparen los daños ambientales causados, eviten los nuevos y planteen una transición energética basada en tecnologías renovables y sustentables con participación popular.