Langue

Évenements

Cinema Action / Ressources naturelles, qui gagne, qui perd?

Dates et lieu de l'évenement
Lieu: 
Auditorium La Salamandre, Cognac
Date(s) de l'événement: 
Ma, 08/03/2011 - 00:29 - Ve, 11/03/2011 - 00:29

Projections sur le thème des mines notamment. http://www.terredeshommes.fr/

Rassemblement à DOUE (Seine et Marne), SAMEDI 5 MARS 2011 : STOP PETROLE DE SCHISTE

Dates et lieu de l'évenement
Lieu: 
Doue, Seine et Marne, près de La Ferté-sous-Jouarre
Date(s) de l'événement: 
Sa, 05/03/2011 - 15:00

ALERTE : l’eau du bassin parisien est menacée !!!

Sans aucune concertation avec les citoyens et les élus, des permis d’exploration ont été délivrés à des sociétés qui s’apprêtent à extraire le pétrole de schiste en utilisant la technique de fracturation hydraulique. Les permis déjà attribués et les demandes en cours d’instruction couvrent 80% de la Seine-et-Marne. Le « château d’eau » du bassin parisien est en danger. Lire la suite

Projection-débat : Gaz-land de Josh-fox

Dates et lieu de l'évenement
Date(s) de l'événement: 
Ve, 25/02/2011 - 19:30 - 22:30

Carte: Concessions schiste IDFCarte: Concessions schiste IDFLe collectif Ile de France Non aux Gaz et au Pétrole de Schiste  vous invite à une projection-débat du film de Josh Fox  Gazland.

Voir pièce jointe.

Gaz land est aussi notre réalité : les projets d'exploration concernent déjà plus de 10% du territoire français ...

Rencontre autour de la revue Entropia « Décroissance et contre-pouvoirs »

Dates et lieu de l'évenement
Lieu: 
Paris, Salle Jean Dame 17 rue Léopold Bellan, 75002 PARIS (métro Les Halles)
Date(s) de l'événement: 
Sa, 18/12/2010 - 14:00

Ouverture par Jean-Claude Besson-Girard, directeur d'Entropia

14h-15h30 : La notion de contre-pouvoir

Animation : Yves Cochet, député de Paris

Avec Geneviève Azam*, professeur d'économie : Avenir de l'altermondialisme
Hervé Kempf, journaliste : Oligarchie et démocratie
Bertrand Méheust, philosophe : La catastrophe les yeux ouverts

16h - 17h30 : Expériences vécues d'Europe et d'Amérique latine

Animation : Alain Gras, professeur de philosophie des techniques

Derniers communiqués

Cyberaction : non au permis de recherche minière de Tennie en Sarthe et en Mayenne

Signez le courrier qui sera envoyé aux autorités locales et nationales en remplissant le formulaire ci-dessous

PERMIS DE TENNIE: porte ouverte à la relance de l’extractivisme en France. Réagissons !

ALERTE DANGER : Retour des MINES en FRANCE. Cuivre, zinc, or, argent, terres rares = pollutions durables et destruction des territoires.

ACTION : Faites part de votre préoccupation ! Ecrivez aux Président, Ministres et Elus locaux

A l’occasion de la Journée internationale contre les projets miniers destructeurs, 22 juillet 2013.

En 2009, lorsque, à Cerro de San Pedro (Etat de San Luis de Potosi, Mexique), les opposants à une mine d’or et d’argent inauguraient la première journée mondiale contre les projets miniers, par solidarité, nous avions diffusé l’information pour soutenir ces communautés en lutte. En Amérique latine comme dans d’autres régions du « Sud », ils sont nombreux à s’opposer aux entreprises, souvent transnationales, qui ne lésinent pas sur les moyens pour accéder aux richesses du sous-sol : expulsions, déplacement de villages entiers, menaces et agressions, assassinats, tortures des opposants, pollutions durables de l’eau, des terres agricoles et de l’air.
Aujourd’hui, le 22 juillet 2013, nous sommes solidaires de tous ceux qui luttent contre ces projets destructeurs dans le monde. De la Patagonie argentine aux Andes équatoriennes, du désert d’Atacama au Chili à la côte atlantique vénézuélienne, en passant aussi par le Mexique, le Pérou, le Brésil, l’Uruguay, le Panama, la Colombie, le Honduras, l’Espagne, le Canada … et la France : en tout, plus de 30 événements différents auront lieu ce 22 juillet  pour dire « Non aux industries minières polluantes, Non aux mines, Oui à la Vie » !  Mais, s’il semble tristement habituel de voir les communautés paysannes ou indigènes d’Amérique Latine dans cette liste des opposants, la France n’a pas été cette fois présente à leurs côtés seulement par solidarité.

Gaz et pétrole de schiste : des citoyens demandent des comptes au pétrolier Vermilion.

Malgré la proposition de loi en cours d’examen, l’offensive des industriels se poursuit.

Alors qu’une loi visant à interdire la fracturation hydraulique dans l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures est en passe d’être votée, des citoyens exigent de la société pétrolière Vermilion la transparence sur sa production actuelle d’huile (pétrole) de schiste et sur ses activités de fracturation hydraulique réalisées et à venir.


Une délégation de citoyens se rendra mercredi 11 mai au bureau seine-et-marnais de la société pétrolière Vermilion, à Saint-Méry, afin de lui remette une liste de questions et d’exiger la transparence sur ses activités. Le mardi 10 mai, l’Assemblée nationale examinera une proposition de loi visant à interdire le recours à la fracturation hydraulique dans l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures (gaz et pétrole). Cette technique dénoncée pour son caractère extrêmement polluant, est aujourd’hui incontournable pour l’exploration et l’exploitation des gaz et pétroles dits « de schiste » (ou « de roche mère »). 

Famatina: minera Osisko relocalizó 200 viviendas en Canadá

FUNAM INFORMA - Fundación para la defensa del ambiente Córdoba (Argentina), 30 de enero de 2012

El Famatina y la minera que relocalizó 200 viviendas para explotar oro a cielo abierto en Canadá Por Prof. Dr. Raul A. Montenegro, Biólogo Presidente de FUNAM, profesor de Biología Evolutiva en la Universidad Nacional de Córdoba y Premio Nóbel Alternativo 2004 Email: [email protected] En el año 2007 las comunidades de Chilecito y Famatina lograron que la empresa Barrick Gold desistiera de iniciar la exploración y explotación de oro en la zona del Famatina. Fue un no comunitario claro y contundente. Sin embargo el gobierno de La Rioja, acompañado por la Nación, decidió ignorar ese hecho histórico. El 31 de agosto de 2011 Energía y Minerales Sociedad del Estado, EMSE, firmó un contrato con la minera Osisko Mining Corporation. Reabrió así unilateralmente las puertas del Famatina. Cuarenta kilómetros cuadrados de ambientes montañosos, únicos y frágiles, quedaron abiertos a la prospección y explotación de metales. El botín, una reserva estimada de 8,97 millones de onzas de oro. Como parte del acuerdo el EMSE recibió de Osisko 500.000 dólares en efectivo. Este mismo organismo debía –como parte del contrato- lograr todos los permisos requeridos “a lo largo de la vida del proyecto”. El gobierno provincial se concedería a sí mismo tales autorizaciones cuando es parte interesada del proyecto. El conflicto de interés no quitó el sueño a los funcionarios que firmaron el contrato. Tampoco parecen haber analizado los conflictivos antecedentes de la empresa Osisko. Después de confirmar reservas de oro importantes en el subsuelo de un área poblada en la localidad de Malartic al noroeste de Québec, en Canadá, Osisko decidió que lo mejor era relocalizar 200 viviendas y 5 instituciones públicas. Este proyecto minero, emblemático de la empresa, tiene previsto operar allí el mayor yacimiento a cielo abierto de Canadá. En una operación inédita Osisko efectuó el traslado entre 2008 y 2009. Creó así un nuevo barrio para poder explotar sin obstáculos su nueva y urbana área de explotación.

Vers une souveraineté énergétique grâce à Chevron ? Hydrocarbures non conventionnels en Argentine

Miguel Galuccio (YPF) et Ali Moshiri (Chevron) ont signé à Houston (Etats-Unis) un accord multimillionnaire pour explorer et exploiter la formation Vaca Muerta, dans la province de Neuquén (Argentine). Sur une superficie de 290km² - dans les zones de Loma La Lata et Loma Campana- sera mis en place un projet pilote composé de 100 puits, pour un milliard de dollars d’investissement. Il s’agit d’une première étape qui pourrait être étendue sur 600km² et engager une dépense de 15 milliards de dollars.

L’environnement et la santé ne sont pas les priorités de la politique publique

L’objectif de Chevron et d’YPF, c’est l’extraction des hydrocarbures de schiste. Pour exploiter ces gisements, enfermés dans des couches profondes peu ou pas perméables, la roche doit être fracturée au moyen de l’injection, à forte pression, de millions de litres d’eau mélangée à du sable et des produits chimiques (dans une large mesure toxiques), technique connue sous le nom de fracturation hydraulique ou de fracking.

D’immenses efforts pour approfondir le processus du changement climatique

L’accumulation des dégâts environnementaux et sanitaires (pour les animaux comme pour les humains) enregistrés aux Etats-Unis suite à l’utilisation de cette technique, a généré des mouvements de résistance partout dans le monde. Aux Etats-Unis, ont été enregistrés de nombreux cas de pollution des eaux souterraines, d’augmentation de l’activité sismique, d’impacts sur la production agricole et l’élevage, de croissance du nombre d’affections respiratoires, dermatologiques, psychiques et autres plus graves encore, occasionnées par l’ingestion de métaux lourds. L’Agence états-unienne de Protection Environnementale (EPA) a confirmé la pollution d’aquifères à cause du fracking et jusque dans des déclarations publiques de fonctionnaires on peut trouver des affirmations sur le chemin qui reste à parcourir pour que cette technologie soit jugée inoffensive. Il s’agit dans les faits d’un procédé expérimental sans garanties ni certitudes.