Langue

Chili : Marche des mères des grevistes de la faim mapuche - 29/09/2010,Temuco

Version imprimableVersion imprimableSend by emailSend by email
Le 29 septembre, en répondant al appel de Juana Calfunao, dirigeante mapuche et mère de l'un des prisonniers politiques en grève de la faim, une caravane de mères et femmes mapuche est partie de la ville de Temuco pour Santiago. Les femmes marcheront au palais de la Moneda pour apporter leur soutien aux 34 prisonniers grévistes de la faim et exiger du gouvernement qu'il réponde à leurs demandes : la dérogation de la loi antiterroriste, la fin du double jugement (civil et militaire) et du recours aux « témoins sans visage », un juste procès et la démilitarisation de leurs communautés.

« Les mapuche, nous ne sommes pas terroristes, par conséquent, l'Etat chilien ne peut pas nous juger et nous emprisonner en utilisant cette législation. Nous sommes un peuple ancestralement lié à la terre et depuis plus de 500 ans, nous affrontons ceux qui ont prétendu et prétendent nous envahir pour s'approprier de nos ressources et de notre dignité », dit l'appel de Juana Calfunao.

Le 30 octobre, à Santiago, la délégation des femmes s'est réunie avec le ministre de l'Intérieur. Cette réunion a relancé les négociations que le gouvernement avait qualifiées de échouées le lundi dernier. Le 1er octobre, suite à de nouvelles réunions avec des représentants du gouvernement et l'archevêque Ezzati, les prisonniers politiques de Concepción, Lebu, Temuco et Cholchol arrêtent la grève de la faim (à son 82ème jour), alors que les 10 de la prison d'Anglol décident de continuer (le 2 octobre). Ezzati signale à la presse, qu'en accord avec les réformes légales en cours, destinées à modifier la loi antiterroriste et la norme permettant aux tribunaux militaires de rendre des jugements civils, « le gouvernement n'a pas la conviction que les faits pour lesquels ont été inculpés les comuneros (membres d'une communauté) mapuche peuvent être continués à être qualifiés de conduites terroristes » et est disposé à « se désister de toutes les poursuites pour délit terroriste et considérer ces accusations dans le cadre du droit pénal commun » (el Nacional).

Caminata madres mapuche de los huelguistas-29/09/2010,Temuco

Autres langues

Pays

Conflit

Organisations

Commentaires

 

Commenter le contenu (Soumis à modération)

Le contenu de ce champ est gardé secret et ne sera pas montré publiquement.

La newsletter de Aldeah.org

S'abonnez au bulletin d'information