Langue

Collectif STOP MINES 23

Version imprimableVersion imprimable

Collectif STOP MINES 23

Collectif de vigilance sur les projets miniers creusois

Collectif STOP MINES 23

Collectif de vigilance sur les projets miniers creusois

Articles

Festival No Mines Land en Creuse

Journée mondiale contre la méga-industrie minière: la Creuse accueille un festival mêlant débats et animations festives “pour refuser la relance de l’activité minière dans le département”.

La commune de Lussat, dans la Creuse, a accueilli samedi 26 juillet, au lieu dit La Nouzière, son festival international No Mines Land (Aucune terre de mines) contre l’exploitation minière. Mis en place dans le cadre de la journée internationale contre la méga-industrie minière “en opposition à tous les permis miniers qui menacent ça et là la santé et la vie des populations”, ce festival mêlait militantisme et animations festives. Lieu choisi par les organisateurs du Collectif de vigilance sur les projets miniers creusois: le site d’un nouveau permis accordé pour l’exploration de l’or et autres métaux (permis de Villeranges, à Lussat).

Autour des stands d’associations et de conférences/débats menées sur le thème “Le renouveau de l’exploitation minière – quelles actions menées ?”, ont pu être organisées balades botaniques, promenades en calèche, théâtre de rue, marché artisanal et bio, apéro concert, “bal trad’” et concert rock et reggae...  Plus de 500 personnes ont répondu présentes.

Brèves

Permis de Loc-Envel : salle comble pour le collectif Douar Didull

 
Trois membres creusois du collectif Stop mines 23 (et j’en vois un sur la photo à droite étaient présents pour témoigner, samedi, à la journée d'information organisée par Douar Didoull. »
Les élus constitués en collectif….
Lire la suite »

Documents

Lettre de soutien aux populations équatoriennes en lutte contre les projets miniers du collectif Stop Mines 23 (Creuse)

Information Communiqué
Date de publication: 
Mercredi, 15 Juillet, 2015
Par: 
Collectif Stop Mines 23 (Creuse)

Ici, en Creuse, département du centre de la France, les promoteurs de l'industrie minière projettent d’extraire de l’or vers 2020 et ont déjà commencé leurs recherches. Nous n’avons pourtant besoin ni des emplois qu’ils brandissent comme des marionnettes, ni de leur or. Il ne s’agit que d’un processus d’exploitation capitaliste et de colonisation de la campagne, qui n’a pour point de départ aucun besoin réel identifié sinon les cours fluctuants des métaux, l'accumulation et l'enrichissement d'une poignée d'égoistes.

Dans la creuse, dans la Sarthe, en Bretagne et un peu partout en France, nous nous organisons pour arrêter cette industrie qui dévore tout sur son passage.

Nous sommes bien déterminés à faire plus de bruit par notre voix qu’eux par leurs machines, en nous opposant à ces projets miniers.

Il y a bien assez de métaux  à recycler dans la multitude des gadgets éléctroniques inutiles qui peuplent notre monde:  nul besoin de de creuser dans les entrailles de nos territoires ni de détruire nos lieux de vie pour aller y chercher des  métaux qui alimentent une consommation de masse d'objets inutiles dont nous n'avons que faire ! Ces industriels jouent leur survie et celle de leur monde. Un monde dépassé. Ils sont obligés de faire pression sur des territoires et des populations de plus en plus allergiques aux mines et à leur développement arrièré. Ils sont archaïques, nous sommes l'avenir ! Nous ne les laisserons pas faire.

Pour cela, nous soutenons tous les peuples en lutte contre l’extraction minière ou contre tous les grands projets extractivistes, au Nord comme du Sud. Nous affirmons par cette lettre notre solidarité avec les peuples de l'Equateur qui, comme nous, luttent contre la machine extractive et refusent de voir leurs territoires broyés, pillés et  réduits en cendres. En ces temps de crise et d'adversité, où le gouvernement de la pseudo « révolution citoyenne » a tout fait pour briser, réprimer, ou acheter les mouvements sociaux, nous vous encourageons à tenir bon et à ne pas lâcher prise.  Nous saluons à ce titre le peuple de Pacto qui, à travers la consultation populaire du 12 avril 2015, a eu le courage de dire "non aux mines à ciel ouvert" !