Langue

Répondre au commentaire

Seine-et-Marne (Ile de France) : pollution aux hydrocarbures après une fuite sur un puits nouveau

Version imprimableVersion imprimableSend by emailSend by email
MELUN - Une fuite sur un puits de pétrole a entraîné une pollution aux hydrocarbures samedi sur un site d'extraction de la société Vermilion, à Champeaux (Seine-et-Marne), a-t-on appris dimanche auprès de la gendarmerie.

L'alerte a été donnée samedi vers 07H00, après la découverte d'une fuite localisée au niveau d'une tête de puits, a-t-on précisé. Un mélange d'eau (95%) et de pétrole (5%) s'est répandu au sol, avant de se déverser en partie dans un petit cours d'eau, le ru d'Ancoeur.

On ignore la quantité exacte de pétrole qui a fui, a indiqué cette source, évoquant une pollution au sol de l'ordre de 300 mètres carrés.

Des barrages de ballots de paille ont été mis en place par les pompiers pour protéger les douves du château de Vaux-le-Vicomte, situé à quelques kilomètres et alimenté par le ru d'Ancoeur, mais aussi pour éviter que la pollution ne rejoigne la Seine, située en aval.

Trois camions de la société Veolia ont été réquisitionnés pour procéder au nettoyage du site, aux frais de la société franco-canadienne Vermilion, qui exploite plusieurs gisements de pétrole conventionnel en Ile-de-France et dans les Landes.

Une enquête est en cours pour déterminer les causes de l'incident, a précisé la gendarmerie.

Vincent Eblé et Jean Dey font part de leur vive inquiétude

Suite à la fuite sur un puits de pétrole constatée samedi dernier sur un site d'extraction de la société Vermilion, à Champeaux, le Sénateur et Président du Conseil général, Vincent Eblé, et le Vice-président du Conseil général chargé de l’environnement et du développement durable, Jean Dey, font part de leur vive inquiétude.

Un mélange d'eau et de pétrole s'est répandu en fin de semaine dernière au sol, avant de se déverser dans le ru d’Ancoeur. Les pompiers ont installé des barrages pour protéger les douves du château de Vaux-le-Vicomte, situé à proximité, mais également pour empêcher la pollution d'atteindre la Seine.

Pour Jean Dey : « cet incident est très préoccupant. Si l’on ignore encore la quantité exacte de pétrole déversée dans le ru, nous savons que la pollution au sol est tout à fait considérable, ce qui ne fait que renforcer notre inquiétude. N’oublions pas qu’une partie des eaux de l'Ancoeur s'engouffre directement dans la nappe souterraine du Champigny, qui alimente près d’un million de franciliens en eau potable. Après Grandpuits-Bailly-Carrois et la Grande Paroisse, il s’agit d’une nouvelle pollution sur ce territoire ; c’est à se demander si des précautions particulières ont été prises ! Nous faisons confiance en la justice afin que les responsabilités soient clairement établies et que ce genre d’incident ne se reproduise plus ! ».

Pour Vincent Eblé, « bien que cette fuite provienne d’un puits de pétrole conventionnel, les dégâts constatés n'en sont pas moins importants. Voilà une raison supplémentaire de maintenir notre opposition à l’exploration et à l’exploitation des gaz et pétroles de schiste » conclut le Président du Conseil général.

Répondre

Le contenu de ce champ est gardé secret et ne sera pas montré publiquement.