Langue

Répondre au commentaire

Des archives et documents sur la region centre-sud de l’amazonie équatorienne ont été volés chez des videastes

Version imprimableVersion imprimableSend by emailSend by email

Le collectif lluviacomunicación, créé il y a 10 ans dans la région centre-sud de l’Amazonie équatorienne, a été la victime, le 17 décembre, à son bureau, du vol de ses ordinateurs portables et disques durs, qui contenaient des archives audiovisuelles précieuses, des écrits sur l'histoire de l’Amazonie au 20ème siècle et sur la réalité des 10 dernières années en l'Amazonie équatorienne.

Ce qui a été volé constitue une partie des importantes archives audiovisuelles et des écrits recueillis et filmés par Julián Larrea Arias et Tania Laurini, vidéastes indépendants, et réalisateurs de films documentaires, dont certains ont eu un retentissement à l’international comme le film "Tu Sangre", les courts-métrages et les rapports journalistiques "Por qué murió Bosco Wisum","El testigo que no estuvo" et "La Consulta inconsulta", entre autres.

Leur dernier documentaire, “La consulta inconsulta”, a été posté sur YouTube il y a un mois et demi. Il a été présenté comme preuve juridique devant la Cour Interaméricaine des Droits de l’Homme, comme le seul enregistrement visuel alternatif au rapport officiel du ministère des Hydrocarbures, afin de mettre en évidence l'illégalité de la consultation préalable des peuples autochtones. Cette vidéo a été réalisée par des documentaristes indépendants. Par la suite, de par la haute valeur de l'enregistrement qui démontre des irrégularités dans la consultation, la vidéo a été soutenue par les organisations Pachamama et Acción Ecológica.

Ce vol, le seul de ce type en 10 ans de travail, est survenu deux mois après la mise en ligne de “La consulta inconsulta” et deux semaines après la dissolution par le gouvernement équatorien de la Fondation Pachamama. C’est pourquoi les documentaristes sont également préoccupés par ce que peut impliquer ce vol présumé et demandent aux autorités et aux institutions publiques d’enquêter, et de veiller à la protection de leurs droits en tant que vidéastes.

Aucun verrou n’a été brisé sur les portes au cours du vol, les autres parties de la maison n’ont pas été examinées par les voleurs et aucun autre objet de valeur n’a disparu. L'incident s'est produit sur un court laps de temps, pendant lequel le bureau était fermé et vide, ce qui arrive rarement, du fait qu’il est situé à l'intérieur du domicile.

La vidéastes Tania Laurini a accompagné par ses publications le mouvement autochtone équatorien dans les années 90, témoignant ainsi de leur réalité et leurs revendications. Elle a travaillé en particulier sur les thèmes en rapport avec l’Amazonie dans le journal quotidien Hoy, la revue Diners et dans Martes Económico. Depuis 2003, elle vit et travaille en Amazonie avec les Shuar et les Achuar, en soutenant par les biais de l'éducation et de la communication leurs droits collectifs. Elle a réalisé le court-métrage “La consulta inconsulta” (2013).

Le cinéaste Julián Larrea Arias documente depuis 2003 la réalité des nationalités autochtones de l'Amazonie équatorienne, notamment en organisant la formation de vidéastes dans les communautés. Il a réalisé les documentaires “Tu Sangre” (2005) qui a obtenu le prix Ojo con la Democracia, "Numtaketji / Somos los mismos", “Por qué murió Bosco Wisum” (2010), “El testigo que no estuvo” (2013) et “Tu tierra" (sortie prochaine).

Diverses organisations sociales et de défense des droits de l’homme ont exprimé leur inquiétude au sujet du vol des précieuses archives de lluviacomunicación, devant l’éventualité que ce nouvel événement soit une atteinte au droit d’informer librement sur la réalité de la région centre-sud de l’Amazonie équatorienne, et une attaque en direction des personnes qui portent un point de vue différent sur les politiques extractivistes dans ces territoires où jusqu’à présent hydrocarbures n’ont pas été exploitation.

La consulta inconsulta, 21 minutes, réalisé par Tania Laurini, lluviacomunicación

Ni libre, ni préalable, ni informée, la consultation des peuples autochtones dans la 11ème Zone Pétrolière a été filmée, et ce document visuel révèle ses irrégularités et la volonté de ses organisateurs de faire le silence sur les paroles de ceux qui devraient vraiment compter : la voix claire des nationalités amazoniennes d’Équateur.

Le documentaire peut être vu sur http://www.aldeah.org/fr/la-consulta-inconsulta-ecuador-2013

 

traduction : Arnaud Alain

Répondre

Le contenu de ce champ est gardé secret et ne sera pas montré publiquement.