Langue

Répondre au commentaire

Journée mondiale contre les mines à ciel ouvert

Version imprimableVersion imprimableSend by emailSend by email
Dates et lieu de l'évenement
Lieu: 
Ambasse du Canada
Date(s) de l'événement: 
Me, 22/07/2009 (Toute la journée)
Toutes les mines à ciel ouvert ont recours à des procédés industriels qui entraînent la destruction et l'épuisement des écosystèmes de la planète. La destruction des forêts, l'épuisement des sols, la contamination des cours d'eau et des puits, la division des communautés, les pots-de-vin pour les fonctionnaires du gouvernement, les menaces, le chantage et la violation et droits de la personne font partie des activités routines de l'industrie minière à travers le monde.

L'histoire de l'inustrie minière au Mexique est longue. La richesse en ressources naturelles fut l'une des principales raisons derrière la conquête du XVIe siècle. Comme était le cas avec les autres terres autochtones du monde, l'extraction minière était très importante pour les colons mais pour les communautés affectées elle représentait le travail forcé, la mort, la destruction environnementale et l'appauvrissement.

Malgré la longue lutte pour la terre et le succès de la Révolution Mexicaine de 1910, cette injustice historique sévit toujours. Aujourd'hui les forces colonialistes sont les entreprises minières, en grande partie canadiennes, qui continuent à s'accaparer des richesses des peuples autochtones à travers le monde, même au Canada. 

Le Canada est le leader mondial de l'extraction minière à ciel ouvert. Les multinationales canadiennes contrôlent 51% du capital minier au monde et le Mexique ne fait pas exception. Les politiques néoliberales mises en œuvre au Mexique depuis les années 1980, renforcées par l'entrée en vigueur de l'ALENA, ont été très importantes pour les entreprises minières canadiennes. Au-delà de l'affaiblissement des lois du travail, elles ont su profiter du bâillonnement des mouvements sociaux, de la main dure de la police et de l'armée et de l'expulsion des communautés entières.

A compter de 2007, le gouvernement mexicain avait octroyé un total de 438 concessions minières, la majorité d'entre elles aux entreprises canadiennes. Seulement dans l'état de Chiapas, il y a 72 concessions totalisant 727 435 ha (un peu plus large que les Territoires Palestiniens) dont la moitié appartient à deux entreprises canadiennes, Linear Gold et Frontier Development Group. Ces territoires ont été cédés sans que les communautés qui s'y trouvent soient consultées, ni même avisées. La même situation se reproduit dans les états de Zacatecas, Chihuahua, Sonora, Oaxaca, Coahuila, la majorité des projets étant situés dans des communautés autochtones et/ou paysannes.

Le même destin attend les autres pays d'Amérique Latine. Il y a des projets miniers candiens au Pérou, au Chili, en Argentine, en Bolivie, au Guatemala, au Brésil, au Panama, en Honduras, en Colombie, en Equateur, en El Salvador, au Surinam... et autour du monde : Ghana, Congo, Tanzanie, Soudan, Zambie, Inde, Indonésie, Papouasie Nouvelle Guinée, Etats-Unis et même au Canada.

Pour ces raisons, nous proclamons le 22 juillet comme Journée Mondiale Contre les Mines à Ciel Ouvert. Nous faisons appel aux mouvements sociaux à manifester pacifiquement devant les ambassades canadiennes à travers le monde pour condamner ce type d'exploitation minière qui n'apporte que la destruction, la pauvreté et la mort pour nos peuples et ne fait qu'enrichir une minorité puissante.

 

FAO Frente Amplio Opositor a la Minera San Xavier
Cerro de San Pedro, San Luís de Potosí, México

Réference aux contenus ALDEAH
Réference aux contenus d'ALDEAH: 

Mexique : Conflit minier à Cerro de San Pedro (San Luis Potosi), lorsque la justice n’existe plus…

Date de publication: 
Mercredi, 8 Juillet, 2009
Par: 
James del Tedesco
Cerro San PedroCerro San PedroPar ce texte, nous souhaitons vous faire connaître notre résistance pour défendre un village voué à disparaître et la lutte des habitants de la municipalité de Cerro de San Pedro, située dans la zone suburbaine de la capitale San Luis Potosi, de l'Etat du même nom, menacé aujourd'hui par le projet dévastateur de la compagnie minière canadienne NEW GOLD, exécuté par sa filiale au Mexique la Minera San Xavier (MSX).

Depuis de nombreuses années, les «ejidatarios» [1], les habitants de Cerro de San Pedro et de la ville de San Luis de Potosi, nous nous opposons à la réalisation de ce projet minier qui provoquera une énorme détérioration du milieu naturel, des conséquences graves pour la santé des populations et des destructions du patrimoine historique et culturel de la région.

Le Pouvoir Judiciaire de la Fédération (République) s'est prononcé à diverses reprises en faveur des opposants au projet, contre la SEMERNAT (Ministère de Protection de l'Environnement) qui a permis à l'entreprise d'opérer, et contre l'entreprise. Mais malgré ces décisions de justice, la MSX continue ses activités, avec la complaisance des différentes autorités fédérales, rovinciales  et municipales, dans la plus grande impunité et l'irrespect des décisions de justice.

Cerro de San Pedro

Cerro de San Pedro est une petite municipalité de l'Etat de San Luis Potosí, situé à 400 kilomètres au nord de Mexico DF (capitale de la République) dans la zone centre-nord du Mexique, et à 12 kilomètres seulement de la capitale de l'Etat, San Luis Potosi. Cette municipalité compte une population de 3.404 habitants, dont 120 vivent dans le bourg principal, le plus menacé par le projet minier.

Répondre

Le contenu de ce champ est gardé secret et ne sera pas montré publiquement.