Langue

Répondre au commentaire

Comment le pétrole de schiste américain s’adapte à la chute des cours

Version imprimableVersion imprimableSend by emailSend by email
Source de l'article de presse
Auteur de l'article de presse: 
Anne Feitz
Date de publication: 
Lundi, 29 Juin, 2015

Les compagnies ont utilisé de nombreux leviers, sur les process ou l’innovation, pour réduire leurs coûts.De quoi maintenir leurs marges avec un baril à 70 dollars.

Le derrick se dresse, pas très loin de la Highway numéro 2, qui relie les petites villes de Williston et de Minot, dans le Dakota du Nord. Dans quelques heures ou quelques jours, la tour d’acier sera utilisée pour forer un puits, destiné à produire du pétrole de schiste au cœur du fameux bassin du Bakken. A ses côtés, pas moins de… 13 puits déjà en exploitation, qui balancent lentement leurs têtes de cheval. «  Il y a trois ans, c’était toute une histoire d’avoir deux puits sur un même terrain. Aujourd’hui, la moyenne ici est plutôt de 3 ou 4, et certaines compagnies ont reçu l’autorisation d’aller jusqu’à 20 ! », note Tessa Sandstrom, porte-parole du North Dakota Petroleum Council, qui représente les 500 compagnies pétrolières actives dans l’Etat.

Multiplier les puits au même endroit, forés à des profondeurs et dans des directions différentes, est l’un des moyens utilisés par les compagnies pétrolières pour réduire leurs coûts de production du pétrole ou du gaz de schiste. La chute des prix du brut, qui ont été divisés par deux par rapport à leur pic de juin 2014, les a poussées à accélérer nettement leurs efforts. «  Jusqu’alors, les compagnies insistaient avant tout sur les délais : il fallait produire un maximum, le plus vite possible. Aujourd’hui, elles mettent la pression sur les prix  », témoigne Curtis Shuck, directeur du développement de Red River Supply, une petite société de services pétroliers. Lire la suite

Répondre

Le contenu de ce champ est gardé secret et ne sera pas montré publiquement.