Langue

Répondre au commentaire

Tungstène : les enfants de Salau réveillent l’Ariège

Version imprimableVersion imprimableSend by emailSend by email
Source de l'article de presse
Auteur de l'article de presse: 
Didier Julienne / Stratège des ressources naturelles
Date de publication: 
Mardi, 22 Mars, 2016

[NB : Cet article ne réflète pas les opinions du Collectif Aldeah. Il illustre la situation en Ariège sur le PER-M de Couflens]

À Salau, dans le Couserans, l’heure du renouveau minier est-elle arrivée sur l’ancienne mine de tungstène?

Étymologiquement le nom Ariège se rapproche d’une antique coutume minière, des écrits sur les mines du Couserans datent de 1483 lorsqu’elles furent concédées par Charles VIII. Fidèle à cette tradition, en 2016, l’Ariège  souhaite ranimer l’exploration minière autour de l’ancienne mine de tungstène de Salau. Ce souhait, un évènement en France, se matérialisait le 18 mars 2016, un vendredi soir, dans la salle omnisport de Saint-Girons où près de 1000 personnes se réunissaient pour s’informer sur l’exploration minière autour d’une association locale ariégeoise de bénévoles nommée PPERMS, « Pour le Projet d’Étude et de Recherche de la Mine de Salau ». La réussite de cette réunion est un exploit dans une vallée de 3500 âmes ; c’est un exploit en France car cette soirée n’était ni organisée par les services de l’état (il est normal que l’État n’aiguillonne ni ne précède des citoyens qui se prennent en main), ni par des élus (la mairie de Saint Giron fit payer la salle omnisport 1000€ et les chaises  0.65€ l’unité), ni par un parti politique mais par des bénévoles ; c’est un exploit car un vendredi soir on y discuta sciences, médecine et géologie.

En partant de zéro il y a  quelques semaines, PPERMS était capable le 18 mars d’offrir à la population une information de première main sur les potentiels futurs nouveaux emplois dans la vallée ; une information qui démontre qu’il existe en France une géologie riche, d’un niveau mondial,  souvent ignorée ou abandonnée et capable d’assurer l’indépendance minérale de filières industrielles françaises voire européennes ; et donc une information de première main sur l’évaluation d’un gisement de tungstène géant à l’échelle de la planète ; taille capable de propulser la vallée du Couserans dans le domaine minier à la même place que la région de Toulouse dans l’aérospatial mondial.

PPERMS a cette particularité d’être une « association pour quelque chose »  et non pas une « association contre quelque chose animée par des antitout » comme cela fut encore récemment le cas dans la vallée du Couserans au village de Camarade sur le thème des énergies. Cela fait son succès, PPERMS est aujourd’hui forte de près de 800 adhérents, et sa pétition est proche des 2000 signataires. Tout le monde s’y retrouve car ils sont tous du pays : infirmières, commerçants, ouvriers de la papeterie, agriculteurs, artisans, enseignants, le club de pétanque, employés municipaux, chasseurs, pharmaciens, médecins, garagistes, pompistes, étudiants, le rugby…. La vallée n’a pas perdu espoir, elle est favorable au permis d’exploration pour savoir,  et ensuite et seulement ensuite pour prendre la meilleure décision possible pour les générations futures. Le 18 mars 2016, les ariégeois se sont donc réveillés Lire la suite

Répondre

Le contenu de ce champ est gardé secret et ne sera pas montré publiquement.
Refresh Type the characters you see in this picture. Type the characters you see in the picture; if you can't read them, submit the form and a new image will be generated. Not case sensitive.  Switch to audio verification.