Langue

Répondre au commentaire

En images : Cerro de Pasco, la ville trouée

Version imprimableVersion imprimableSend by emailSend by email
Date de publication: 
Mercredi, 31 Mars, 2010
Par: 
Irkita
Cerro de pascoCerro de pascoCélèbre pour son climat glacial, la ville de Cerro de Pasco, située dans le département de Junin au Pérou, à quelques 200 kilomètres au nord de Lima et à 4338 mètres d’altitude, héberge l’une des mines les plus hautes du monde. Cerro de Pasco, une ville ou une mine ? Les minerais – argent d’abord, puis zinc, plomb et cuivre – sont exploités à Cerro depuis plus de 400 ans. Mais si au départ leur extraction était souterraine, depuis 1956, la mine à ciel ouvert n’en finit plus de se creuser. La ville, qui repose sur les gisements, disparait peu à peu dans les entrailles du cratère géant de la compagnie minière Volcan Mining Co. Ici, comme disent les habitants en plaisantant, « la place centrale est un trou » … de 1,8 km de diamètre et de plus de 1000 mètres de profondeur.

A terme, la ville est vouée à disparaître ou, plus exactement, à être déplacée, elle et ses 80 000 habitants, à une vingtaine de kilomètre plus loin (ou plus, car plusieurs projets de « relocalisation » ont été élaborés depuis 1971). Déjà, il ne reste quasiment plus rien du centre historique de Cerro de Pasco, « ville opulente » et « ville minière », comme on peut le lire sur son blason. Une partie des habitants du centre ont migré dans la ville nouvelle, San Juan Pampa, située un peu en amont de la mine, qui, depuis, s’est rapprochée dangereusement.

Pour les habitants, la nouvelle « relocalisation » est un dilemme. Face à la pollution aux métaux lourds – les montagnes de déchets de l’activité minière aux abords de la ville sont à l’échelle de la mine, immenses - et devant le danger de voir leur maison s’écrouler dans le trou comme c’est déjà arrivé, leur laisse-t-on vraiment le choix ? « Oui », répondent les militants de la Fédération des communautés paysannes et natives de Pasco, qui luttent, comme ils peuvent, contre ce saccage de la nature et ce drame humain : « 400 ans d’activité minière, cela suffit. La mine doit fermer ses portes. Ensuite, on pourra décontaminer et mettre en valeur le développement agraire (laine, produits tissés, viande) ». Car Cerro de Pasco a (encore) un « verso », vert-bleu, celui des cours d’eau bleu-nuit et des petits lacs parsemant une campagne mouchetée du blanc et du noir des troupeaux d’alpagas (près de 20 000 bêtes) appartenant aux communautés environnantes. Difficile en revanche d’apercevoir la richesse promise dans les rues de la ville : tas d’ordures, rues défoncées, murs décrépis et maisons chancelantes. Destruction et pollution. Les gens ont certes du travail, mais à quel prix ? Chez la Fédération des communautés paysannes, on espère que ce mode de « développement » destructeur peut être revu. Nous aussi, nous espérons. Les montagnes sont tellement belles ici.


Par Irkita.

 

Le blog de Irkita : http://el-viaje-de-irkita.blogspot.com/
Plus d’informations : http://www.conacami.org

Répondre

Le contenu de ce champ est gardé secret et ne sera pas montré publiquement.