Langue

Communiqués

PROJET DE FLUORINE D’ANTULLY / REUNION 29 MAI 2015

Date de publication: 
Vendredi, 29 Mai, 2015
Par: 
Collectif Planoise sans Mine

CREATION DE L’ASSOCIATION PLANOISE SANS MINE Suite au projet de mine de fluorine mené par l’entreprise minière Garrot Chaillac, divers riverains ont décidé de se grouper afin de comprendre, d’informer, de s’organiser et de protéger la forêt de la Planoise. Ce projet est un vrai danger pour notre région : pollution de l’étang du Martinet ( eau de la CUCM), destruction de nombreux hectares de forêt, dégradation du cadre de vie des riverains,.... Le projet est soutenu par une partie des élus locaux et tout se fait dans une grande discrétion. Nombreuses sont les personnes à découvrir ce projet par hasard. L’association PLANOISE SANS MINE est née de la rencontre de plusieurs personnes de la région qui ne veulent pas se voir imposer un tel projet. Nous nous groupons afin de lutter contre ce projet et travailler avec les diverses organisations déjà présentes sur le sujet.

SI vous désirez en savoir plus vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : [email protected], Nous rappelons à tout le monde qu’une REUNION PUBLIQUE aura lieu le 29 MAI à ANTULLY, à 19h, à la salle des associations. Un forte présence y est nécessaire afin de montrer notre désaccord, exprimer nos inquiétudes et questionner la viabilité de ce projet. L'impact de ce projet sur la qualité et la quantité de notre eau est une réalité qui dépasse largement le cadre d'Antully et les clivages politiques. Nous buvons tous la même eau et nous respirons le même air! Ne laissons pas de tels projets se mettre en place sans une participation constructive des tous: l'approche simpliste "Etre pour, être contre" ne peut qu’entraîner des tensions inutiles. L'installation d'une mine de fluorine et d'une usine aura de lourdes conséquences. Oui, il faut créer des emplois, dynamiser notre région mais pas à n'importe quel prix. On devrait donc soutenir notre tourisme, notre agriculture et penser au futur de nos enfants, non seulement leur santé mais aussi leur avenir professionnel, avec des emplois à long terme.

La mobilisation citoyenne contre les projets de forages dans le Gros-de-Vaud (Suisse) prend de l'ampleur et s'organise

Date de publication: 
Dimanche, 1 Mars, 2015
Par: 
Collectif "Halte aux forages Vaud"

Suisse. Nouveau collectif non au fracking: Communiqué de presse mars 2015

HALTE AUX FORAGES VAUD  - La mobilisation citoyenne contre les projets de forages dans le Gros-de-Vaud prend de l’ampleur et s’organise.

Ce mardi 3 mars 2015, ce sont plus de 55 personnes qui se sont réunies à Thierrens (VD) pour créer un collectif opposé à tout forage lié aux hydrocarbures, qu’il soit prospectif ou d'exploitation. Les membres de «Halte aux forages Vaud» demandent l'interdiction pure et simple de toute exploration et exploitation touchant aux hydrocarbures, dans l’ensemble du canton. Ceci vise aussi bien les demandes de forages de prospection du consortium PEOS-SEAG prévus dans le Gros-de-Vaud que le forage existant à Noville.

Une pétition et une campagne de sensibilisation de la population sont d’ores et déjà lancées. D'autres actions seront mises sur pied dans un proche avenir. En effet, PEOS-SEAG, devenu entre temps eCORP Switzerland AG, a demandé l’autorisation de procéder à des forages prospectifs, en vue d'extraire du gaz conventionnel, dans les villages de Dommartin (commune de Montilliez), Sullens, Thierrens (commune de Montanaire) et Vuarrens. Le moratoire actuellement en vigueur ne protège en rien contre ces forages, car il ne concerne que le gaz de schiste, et pourrait à tout moment être levé par le Conseil d'Etat.

Étant donné que les hydrocarbures ne peuvent être ni explorés, ni exploités sans mettre en péril nos ressources en eau potable et notre environnement, le collectif Halte aux forages Vaud demande aux autorités cantonales de ne pas entrer en matière et d'interdire la prospection et l’exploitation des gisements d’hydrocarbures dans le canton.

Lettre ouverte à l’entreprise Red Mineral Corporation

Ci-dessous, le texte d’une lettre qui avait été adressée en décembre à l’entreprise minière Red Mineral Corporation, originaire d’Aix en Provence, et à laquelle nous n’avons pas reçu de réponse. Nous décidons de la rendre ouverte et espérons toujours une réaction de l’entreprise.

Pour en savoir plus sur la Red Mineral Corporation et la vallée d'ongamira en Argentine dans la province de Cordoba : http://www.aldeah.org/fr/depuis-la-france-appuyons-la-r-sistance-contre-une-entreprise-mini-re-fran-aise-dans-la-vall-e-d-ong

 

Paris, 10 novembre 2010

Madame Michèle LEVY-GIGONDAN, Présidente Directrice Générale de Red Mineral Corporation,

Guy, Pierre GIGONDAN – Président d’honneur de  Red Mineral Corporation,

Nous voudrions vous faire part de notre plus profonde préoccupation quant au sujet de l’activité de prospection minière que votre entreprise, Red Mineral Corporation (RMC), mène dans la vallée d’Ongamira, située dans la province de Córdoba, en Argentine, où nous savons que vous avez projeté de prospecter sur 11.000 hectares de superficie. Notre préoccupation se fait écho de celle de nos amis de diverses localités des Sierras de Córdoba, qui, ensemble avec les voisins de Ongamira, ont formé depuis 2003 une assemblée autoconvoquée et qui sont totalement opposés à ce que le projet de votre entreprise voie le jour.

Une entreprise minière canadienne pointée du doigt en Équateur : l'urgence d'un moratoire pour prévenir les violations des droits humains

Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), Comisión Ecuménica de los Derechos Humanos (CEDHU), Ligue des Droits et des Libertés du Québec (LDL)

Montréal, le 12 janvier 2011 – Alors que l'Équateur est en passe de démarrer une exploitation minière à

WRM : Lettre ouverte à Cancun

Date de publication: 
Mercredi, 10 Novembre, 2010

Chers amis,

La lettre ouverte que vous trouverez ci-dessous est adressée aux représentants des gouvernements qui participeront à la Conférence des Parties à la Convention sur les changements climatiques. Cette conférence aura lieu à Cancún, au Mexique, du 29 novembre au 10 décembre.

Si vous êtes d'accord avec son contenu, nous vous invitons à la signer. De même, nous vous exhortons à lui donner la plus large diffusion en l'adressant à vos relations (par courrier électronique, page web, etc.), en y incluant aussi bien les organisations de la société civile que les fonctionnaires gouvernementaux, les représentants des partis politiques et les médias en général. En un mot, vous pouvez en disposer à votre gré.

Mexique : Cinquième Assemblée Nationale des Victimes Environnementales

En cette année 2009, la crise économique générée par l'ambition démesurée des grands capitaux transnationaux et par l'irresponsable complicité des gouvernements coïncide avec de nombreuses autres crises politiques, sociales et environnementales qui éclatent dans les villages, les communautés, les quartiers et l'ensemble des villes de notre pays.

Au même moment, le Mexique pâtit à la fois de la sécheresse la plus grave de ces soixante dernières années et des pluies des plus torrentielles, sans que l’on soit en mesure de collecter et d'utiliser ce liquide vital pour donner à boire à la population assoiffée et sans pouvoir remédier à la destruction environnementale des campagnes, prouvant ainsi que la gestion irrationnelle que le gouvernement fait des ressources hydriques de notre pays est en train d'atteindre une limite qui pourrait signifier l'effondrement du pays tout entier. De même, le gouvernement fédéral a entrepris une agression illégale contre les électriciens du centre du pays en décrétant la dissolution de Luz y Fuerza del Centro qui annonce, entre autres, une menace pour toute organisation sociale d'être criminalisé pour s'opposer publiquement aux politiques prédatrices incarnées par Felipe Calderón et les entreprises qui gouvernent notre pays.

LETTRE DES MOUVEMENTS SOCIAUX DES AMERIQUES

Date de publication: 
Vendredi, 30 Janvier, 2009

POUR CONSTRUIRE L’INTEGRATION A PARTIR DES PEUPLES
POUR PROMOUVOIR ET IMPULSER L’ALBA ET LA SOLIDARITE DES PEUPLES, FACE AU PROJET IMPERIALISTE

1. Le capitalisme est entré dans une crise profonde, qui tente de se décharger sur nos peuples

Le capitalisme central est secoué par une crise structurelle. Celle-ci questionne les paradigmes diffusés par le néolibéralisme et favorise sa propre délégitimisation. C'est une crise du système, celui qui génère la surproduction de marchandises et la suraccumulation de capitaux et dont la « volte-face » est l'augmentation brutale de la pauvreté, les inégalités, l'exploitation et l'exclusion des peuples, tout comme le pillage, les pollutions et la destruction de la nature.

Face à la crise, pour une démocratie participative !

Date de publication: 
Dimanche, 1 Mars, 2009

En ces temps de crises (financières, économiques et environnementales), la tendance au repli sur soi-même est naturelle, et les préoccupations du long terme ne paraissent plus prioritaires. C’est normal. Nous tentons de sauver ce que nous possédons, nos acquis. Or, les possessions tangibles, ce qui est matériel, a toujours la priorité sur ce qui ne l’est pas : plutôt la maison que la retraite, plutôt la relance que la réforme.

Cependant, alors que les crises sont en réalité une même et unique crise systémique, les dirigeants actuels, tout comme leurs partenaires habituels, ne remettent pas en question le modèle de développement lui-même. Ne doit-on pas voir aussi la crise actuelle comme la fin d’un cycle de développement, celui des pays dit « développés » ?

En découvrant la vérité. Non au saccage de nos biens naturels

Date de publication: 
Mercredi, 15 Octobre, 2008

Descubriendo Verdades, NO  al saqueo de nuestros bienes naturales
Humahuaca- Jujuy, 15 de Octubre de 2008Red Puna y Quebrada

Durante los últimos años quisieron hacernos creer que la gran minería a cielo abierto era la "unica" alternativa para el desarrollo de los pueblos más alejados de las ciudades y que traería el "progreso", presentándose como un sector productivo de grandes posibilidades de desarrollo y con un futuro prometedor. A partir de las experiencias en distintos puntos del país, fueron apareciendo verdades y por sobre todo la realidad: muchas ganancias, pero sólo para las grandes corporaciones extranjeras, desolación y falta de agua en las comunidades, y sumándoseles   graves problemas de contaminación ambiental.

Déclaration internationale contre la “Table Ronde de l’Huile de Palme Durable”

Date de publication: 
Dimanche, 28 Septembre, 2008

En defensa de los Derechos Humanos, la Soberanía Alimentaria, la Biodiversidad y la Justicia Climática

Irónicamente, el próximo 16 de octubre de 2008, Día Mundial de la Alimentación y de la Soberanía Alimentaria, dará comienzo en Cartagena (Colombia) una reunión para promocionar los monocultivos de palma aceitera, que justamente son la causa de múltiples violaciones del Derecho a la Alimentación y van en sentido contrario a la soberanía alimentaria en la medida que socavan el derecho de los pueblos a producir sus propios alimentos de acuerdo con las condiciones de sus territorios y su cultura alimentaria.

Forum Andin contre l'industrie minière à grande échelle : Declaration de Bogotá (espagnol)

Date de publication: 
Vendredi, 26 Septembre, 2008

ALTERNATIVAS DE LAS COMUNIDADADES, PUEBLOS INDÍGENAS Y TRABAJADORES

Declaración de Bogotá

Los Pueblos y Comunidades indígenas de la región andina amazónica, los trabajadores de la minería, pequeños y medianos mineros colombianos, y los movimientos sociales, así como hermanos de organizaciones de Guatemala y Estados Unidos, que vivíamos ancestralmente con montañas y aguas transparentes con pueblos basados en el buen vivir, complementariedad, reciprocidad, y hoy somos afectados por la minería, reunidos en el Foro Andino frente a la Gran Minería, después de debatir ampliamente declaramos:

Semaine d’Action Mondiale contre la Dette et les IFI – communiqué Jubilé Sud

Date de publication: 
Lundi, 13 Octobre, 2008

Des organisations et mouvements du monde entier se mobilisent aujourd'hui contre la Dette Illégitime, les IFI et le Changement Climatique Ils réclament « la Justice, pas la Charité ».

Le 13 octobre, des militants de la lutte contre la dette dans le monde entier réaliseront des activités et mobilisations contre la Dette Illégitime, les Institutions Financières Internationales (IFI) et le Changement Climatique, dans le cadre de la IIème Semaine d'Action Mondiale contre la Dette et les IFI, qui englobe plus de 200 réseaux, organisations et mouvements d'Afrique, d'Asie et du Pacifique, d'Amérique Latine et des Caraïbes, d'Europe et d'Amérique du Nord, du 12 au 19 octobre. Au cours de la Semaine, ils mettront l'accent sur différentes problématiques en rapport avec le problème persistant de la domination exercée au travers de la dette, mais pendant la journée du 13 sera traitée spécialement la revendication de la Justice Climatique et son lien avec la dette.

"Contre la nouvelle invasion" ...

Date de publication: 
Mardi, 14 Octobre, 2008

Début de campagne contre la privatisation de l'eau, de l'énergie et des aliments au Mexique

La campagne internationale contre la privatisation de l'eau et de l'énergie « Contre une nouvelle invasion », ayant pour objectif l'articulation des résistances latino-américaines dans ce domaine, a commencé au Mexique par les actions dirigées contre le Méga projet éolien de l'isthme de Tehuantepec à Oaxaca en octobre 2008.

Cette campagne dénonce la privatisation, au profit des entreprises transnationales, des ressources naturelles stratégiques, à savoir l'eau, l'énergie et les aliments, permise par les accords de libre échange signés par le Mexique avec les Etats-Unis (ALENA) et l'Union européenne, appuyée par le gouvernement mexicain et soutenue par les institutions financières internationales.

Unión Fenosa, Endesa et Iberdrola s'approprient l'industrie énergétique, Aguas de Barcelona et Suez s'accaparent de la filière de l'eau, tandis que Monsanto y Novartis privatisent les semences et mettent en danger la souveraineté alimentaire du pays via l'introduction des OGM, des insecticides et, depuis peu, un intérêt accru pour le thème des agrocombustiles.

Plus d'informations : communiqué de Coordinación Red Jubileo Sur México y Movimiento Mexicano de Afectados por las Presas y en Defensa de los Ríos (en espagnol)

Brésil : contre l'agronégoce et pour la défense de l'agriculture paysanne

Les travailleurs urbains participant à l'Assemblée Populaire de Via Campesina, dans le cadre de la campagne lancée dès le 10 juin 2008, ont élaboré un communiqué qui condamne les politiques néolibérales appliquées au secteur agricole. A l'occasion de la journée de lutte déclarée dans treize Etats du Brésil, l'organisation qui coordonne les mouvements paysans au niveau international s'est prononcée « contre l'agronégoce et en défense de l'agriculture paysanne ».

Dans un communiqué diffusé par le Mouvement Sans Terre du Brésil (MST), Via Campesina explique que « le modèle économique actuel, basé sur l'agrobusiness et le capital financier, veut transformer les aliments, les semences et toutes les ressources naturelles en marchandises ».

publié par Mondialisation.ca