Langue

Eau

Articles

Eau et Extractivisme au FAME: du Nord au Sud, un modèle, des luttes

Le Forum Alternatif Mondial de l'Eau (FAME) ouvrira ses portes à Marseille du 14 au 17 mars. "Eau et extractivisme" est l'un des axes thématiques des ateliers et débats du forum : http://www.fame2012.org/files/eauext.pdf 

Mines, puits de pétrole et de gaz, plantations ou élevages industriels, barrages hydroélectriques géants…,- tous les jours, de nouveaux territoires sont transformés en zones de sacrifice destinées à fournir matières premières et énergie. L’exploitation à grande échelle de la nature et de ses « ressources » s’accélère de façon exponentielle dans les pays du « Sud », enfermés dans ce « rôle » depuis l’époque des colonies. Bouleversements sociaux et transformations culturelles inévitables, altérations souvent irréversibles des écosystèmes, pollutions aux effets dévastateurs pour la santé, - les impacts des industries extractives sont connus et dénoncés. Au Nord aussi, la prédation avance : la récente avalanche de projets d’exploitation d’hydrocarbures dans les pays occidentaux montre bien que, même si les contextes diffèrent, aucun territoire n’est définitivement épargné. Partout, au Sud, comme au Nord, éclatent des conflits entre populations victimes ou menacées, entreprises et pouvoirs publics. Dans de nombreux endroits de la planète, s’organisent des résistances, se structurent des mobilisations et naissent des mouvements populaires qui s’opposent aux « mégaprojets » d’exploitation de la nature.

« L’eau vaut plus que l’or », - proclament les graffitis sur les murs des villes et villages d’Argentine, du Pérou, de Colombie… et d’ailleurs, « Boire ou conduire, il faut choisir », - scandent les militants anti-gaz de schiste français. L’eau, qui « n’a pas de prix », est, presque toujours, au centre de ces combats. Continuellement, l’accès à l’eau, sa disponibilité ou sa qualité se voient directement menacés. Chaque industrie a son « livre noir». Les mines à ciel ouvert polluent les cours d’eau et les aquifères (produits toxiques et métaux lourds provenant de drainages acides), dégradent les zones de recharge hydrique, détériorent les glaciers et le permafrost. Dans des régions déjà victimes de stress hydrique, des millions de litres d’eau sont utilisés quotidiennement pour les activités minières au détriment des besoins des populations. L’extraction d’hydrocarbures de schiste requiert aussi d’énormes quantités d’eau. Chaque opération de fracturation hydraulique consiste à injecter dans le sous-sol entre 10 et 20 millions de litres d’eau, mélangée à du sable et des adjuvants chimiques, dont une partie seulement remonte à la surface et dont le retraitement pose de sérieuses questions. L’exploitation pétrolière a un lourd passif : pollutions de l’eau douce et de l’eau de mer, accidentelles (marées noires) ou systématiques (delta du Niger, Amazonie équatorienne ou péruvienne…) qui provoquent de véritables tragédies environnementales, sanitaires et humaines. Les grands barrages hydroélectriques sont à l’origine de la disparition des poissons de nombreux fleuves, ce qui équivaut à la destruction des économies locales basées sur la pêche. La liste est longue… 

Le terme « extractivisme » nous vient de l’Amérique hispanophone*.

Italie/ Référendum du 13 juin : une victoire pour la démocratie participative

Le 13 Juin 2011, nous avons écrit une belle page d'histoire en Italie.

Dans un pays où la démocratie est continuellement piétinée, un pays où les médias conditionnent la politique depuis plus de 20 ans, dans un pays où le processus de privatisation des biens communs ne connaissait aucun frein; nous avons réussit à nous réapproprier de nos droits en disant non à la marchandisation de l'eau et aux politiques néo-libérales et en disant oui à une démocratie participative et à la défense des biens communs.

Ce référendum populaire est né de l'initiative des Comités citoyens pour l'eau publique de toute l'Italie, qui depuis 2006 sont coordonnés par le Forum Italien des Mouvements pour l'Eau Publique.

Déjà en 2007, ce réseau de comité avait recueilli plus de 400 000 signatures pour proposer une loi d'initiative populaire malheureusement jamais discutée au Parlement.

Fin 2009, le gouvernement Berlusconi approuvait le décret Ronchi qui obligeait les institutions locales à transformer toutes les sociétés qui géraient le Service de distribution de l'eau en S.P.A mixtes et à organiser des appels d'offre pour attribuer au moins 40% des actions de ces sociétés à des partenaires privées.

Mexique: Mort et résistance sociale au Fleuve Santiago

Date de publication: 
Mardi, 20 Juillet, 2010
Par: 
Jorge Regalado - Traduction Nadia Cicurel

On raconte que lorsque le conquistador espagnol  Nuño de Guzmán est arrivé sur ces lieux dans les années 1525-1530, il n’a pas été facile pour lui de trouver la manière de franchir « l’endiablé et rêche » précipice et de traverser le fleuve Santiago, appelé alors Río Grande (grand fleuve), à cause de ses nombreuses pierres (Marín Tamayo, 1992). Il est sûr que la force et l’étendue du fleuve ne permettaient pas l’avancée des troupes des envahisseurs, qui durent de plus affronter les guerriers des peuples Purépechas, Cocas, Cazcanes ou Tochos, Nahuas, Wirraritari, Tecuales, Guachichiles, Zacatecos, Tepecanos et Tecuexes, entre autres, qui résistèrent et combattirent  l’envahisseur pendant de nombreuses décennies dans cette région. Plus de 500 ans plus tard, traverser le Fleuve Santiago continue à être dangereux. Non plus à cause de la force de son débit et de sa profondeur, mais parce que ses eaux contiennent de grandes quantités de substances toxiques, létales pour ceux qui touchent ou absorbent de l’eau ou respirent les émanations, tout comme pour l’environnement naturel des villages et communautés du Fleuve Santiago. Pour ces raisons, on considère actuellement le fleuve comme mort, et cela fait plus de 30 ans où toute vie y est impossible.

Les fleuves, comme toute autre ressource naturelle collective, n’ont pas toujours une « mort naturelle ». Leur mort se caractérise comme écocide et les facteurs de leur mort sont le produit de l’exploitation sans limite que le mode d’accumulation de capital exerce sur la nature avec aucun respect sur cette dernière.

Eau - Tous les contenus

Communiqué Lettre au ministre équatorien de l’environnement sur une concession de mine d’or dans le comté de Nabón
Petition Lettre ouverte au président Evo Morales sur le danger de la fracturation hydraulique en Bolivie
Article Les dommages collatéraux de la COP22 sur l’eau
Communiqué Surexploitation de l’eau dans le sud-ouest vosgien par Nestlé Waters et la fromagerie Ermitage
Article Barrage de Kandadji au Niger, un nouveau désastre environnemental, social et politique ?
Vidéo Extractivisme Terre à Terre : épisodes 1 à 5
Article Commentaires sur le projet d’un standard pour des obligations eau-climat
Article Alteo Gardanne: La pollution des masses d’eau, les atteintes à la santé et à la biodiversité en échange de la préservation de l’emploi
Événement Mouvements de l'eau au sommet des peuples - COP21
Communiqué Les collectifs littoral vous informent : -Enquête publique boues rouges
Brève Rejet des boues rouges de Gardanne : ouverture de l'enquête publique
Vidéo “Hija de la laguna” : le combat d’une Péruvienne exalte le pays
Vidéo Eau, inondations et changement climatique
Brève Extractivisme au Sahara Occidental
Petition Désastre sanitaire près de Paris : Préfectures du 93/77, "Pour la vérité sur la radioactivité et les pollutions du Fort de Vaujours"
Brève Gaz de schiste : l'Etat de New York interdit la fracturation hydraulique
Article de presse 09/09/2014 : Canada, l’industrie minière accusée après un désastre écologique
Article de presse L’eau: au-delà de l’Etat
Événement Théâtre : LOLO LA PETITE GOUTTE D' EAU
Article Un projet écocide: le méga barrage Chadin 2 à Celendin-Cajamarca

Brèves

Extractivisme au Sahara Occidental

Le Sahara a été annexé illégalement par le Maroc. Le Maroc extrait du phosphate et commence des forages pétroliers offshore et onshore au Sahara Occidental en "partenariat" avec des entreprises privées occidentales. L'extraction de phosphate et de schiste bitumineux utilise et pollue beaucoup d'eau alors que l'eau est rare au Sahara Occidental. Voir le site de l'ONG Western Sahara Resource Watch: http://wsrw.org/

Le Texas a soifŠ mais d'eau, plus de pétrole

Par Cécile Fandos, Austin -
http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/25102992

Le boom pétrolier de Barnhart, un village de l’Ouest du Texas, est tel qu’il a fait les gros titres de la presse nationale. Mais les habitants préfèreraient avoir de l’eau au robinet. Or, depuis mardi, ce n’est plus le cas.

Documents

Les collectifs littoral vous informent : -Enquête publique boues rouges

Information Communiqué
Date de publication: 
Lundi, 17 Août, 2015
Par: 
Les collectifs littoral

lgog collectifs littoralDepuis 50 ans, le gouvernement autorise l'industrie de l'alumine de Gardanne à rejeter ses déchets empoisonnés en mer. On les appelle "boues rouges". En 1960 Alain Bombard et Paul Ricard ont alarmé la population mais les conflits d’intérêts ont étouffé leur alerte. Aujourd'hui, c'est une masse de boues équivalent à 100 tours Montparnasse qui gît au large de Cassis tel une décharge à mer ouverte brassée par les courants. Mercure, Chrome, Uranium... Fatalité d'un monde moderne pour les uns, inceste environnemental pour les autres, ces rejets en mer posent le problème de l'héritage toxique pour nos enfants. Cette pollution massive a rendez-vous avec l'histoire car aujourd’hui l'industriel demande une prolongation de son autorisation de rejeter ses effluents chimiques en mer pour 30 ans supplémentaire. Cette demande a déclenché "l'enquête publique" qui aura lieu du 17 août au 25 septembre 2015 ! Ou est quand ?

Cette enquête publique demandé par Altéo, actuel propriétaire de l'usine chimique, se déroulera dans les mairies de 27 communes du triangle Gardanne, la Ciotat et Marseille. Chacun va pouvoir s'y exprimer et donner son avis sur cette "Autorisation". Les commissaires enquêteurs seront présent dans les 27 mairies pour recueillir l’opinion publique, en tenir compte et rendre ensuite un avis favorable ou défavorable. Les collectifs du littoral sont déjà mobilisés et vont monter au créneau pendant cette période. L'objectif est de libérer la mer d'un poison sournois. Soutenez-les et participez à ce mouvement de défense. Comment ? Parlez en à vos proches et dans votre entourage. Pour mener à bien cette défense de l'environnement, les collectifs ont besoin de vous par le biais de dons, de compétences et de vos possibles initiatives. Contactez nous en utilisant notre formulaire .

http://collectifslittoral.fr/index.php/fr/petition-contre-les-boues-rouges

Bien cordialement