Langue

Hydrocarbures

Articles

La Méditerranée et l’Île-de-France, nouveaux eldorados des pétroliers ?

Avec l’augmentation du prix du baril, les entreprises pétrolières et gazières prospectent à tout va. La France n’échappe pas à cette ruée vers l’or noir. Des pétroliers texans s’intéressent de près aux côtes marseillaises. Des multinationales s’appuient sur des recherches scientifiques pour sonder les fonds au large de la Camargue. Plusieurs permis d’exploration sont en passe d’être renouvelés à proximité de l’agglomération parisienne. Collectifs citoyens et élus commencent à s’inquiéter. 

Quand l'or noir pollue l'or bleu (Vénézuela , Argentine)

Les entreprises minières et pétrolières mettent en danger l'eau de l'Amérique latine.Au Venezuela, une nouvelle catastrophe écologique a détruit des écosystèmes et met en danger le mode de vie des habitants. Reportage.

C'est marée basse. Le Guarapiche, rivière à l'Est du Venezuela, découvre ses berges de mangroves. Elles sont noires, de longues traces de pétrole suivent tranquillement le cours de l'eau. Le 4 février un oléduc s'est rompu à une cinquantaine de kilomètres de là, à Jusepin.

Selon le biologiste Antonio Machado, spécialiste de l'écologie tropicale et de l'eau, environ,"80.000 barils se seraient déversés dans le Guarapiche, soit plus de 12 millions de litres. La pollution a gagné le parc national de Turuépano. Selon le Réseau des sociétés scientifiques médicales vénézuéliennes, il s'agirait de la plus grande catastrophe de ce type en eau douce à l'échelle mondiale.

Eau et Extractivisme au FAME: du Nord au Sud, un modèle, des luttes

Le Forum Alternatif Mondial de l'Eau (FAME) ouvrira ses portes à Marseille du 14 au 17 mars. "Eau et extractivisme" est l'un des axes thématiques des ateliers et débats du forum : http://www.fame2012.org/files/eauext.pdf 

Mines, puits de pétrole et de gaz, plantations ou élevages industriels, barrages hydroélectriques géants…,- tous les jours, de nouveaux territoires sont transformés en zones de sacrifice destinées à fournir matières premières et énergie. L’exploitation à grande échelle de la nature et de ses « ressources » s’accélère de façon exponentielle dans les pays du « Sud », enfermés dans ce « rôle » depuis l’époque des colonies. Bouleversements sociaux et transformations culturelles inévitables, altérations souvent irréversibles des écosystèmes, pollutions aux effets dévastateurs pour la santé, - les impacts des industries extractives sont connus et dénoncés. Au Nord aussi, la prédation avance : la récente avalanche de projets d’exploitation d’hydrocarbures dans les pays occidentaux montre bien que, même si les contextes diffèrent, aucun territoire n’est définitivement épargné. Partout, au Sud, comme au Nord, éclatent des conflits entre populations victimes ou menacées, entreprises et pouvoirs publics. Dans de nombreux endroits de la planète, s’organisent des résistances, se structurent des mobilisations et naissent des mouvements populaires qui s’opposent aux « mégaprojets » d’exploitation de la nature.

« L’eau vaut plus que l’or », - proclament les graffitis sur les murs des villes et villages d’Argentine, du Pérou, de Colombie… et d’ailleurs, « Boire ou conduire, il faut choisir », - scandent les militants anti-gaz de schiste français. L’eau, qui « n’a pas de prix », est, presque toujours, au centre de ces combats. Continuellement, l’accès à l’eau, sa disponibilité ou sa qualité se voient directement menacés. Chaque industrie a son « livre noir». Les mines à ciel ouvert polluent les cours d’eau et les aquifères (produits toxiques et métaux lourds provenant de drainages acides), dégradent les zones de recharge hydrique, détériorent les glaciers et le permafrost. Dans des régions déjà victimes de stress hydrique, des millions de litres d’eau sont utilisés quotidiennement pour les activités minières au détriment des besoins des populations. L’extraction d’hydrocarbures de schiste requiert aussi d’énormes quantités d’eau. Chaque opération de fracturation hydraulique consiste à injecter dans le sous-sol entre 10 et 20 millions de litres d’eau, mélangée à du sable et des adjuvants chimiques, dont une partie seulement remonte à la surface et dont le retraitement pose de sérieuses questions. L’exploitation pétrolière a un lourd passif : pollutions de l’eau douce et de l’eau de mer, accidentelles (marées noires) ou systématiques (delta du Niger, Amazonie équatorienne ou péruvienne…) qui provoquent de véritables tragédies environnementales, sanitaires et humaines. Les grands barrages hydroélectriques sont à l’origine de la disparition des poissons de nombreux fleuves, ce qui équivaut à la destruction des économies locales basées sur la pêche. La liste est longue… 

Le terme « extractivisme » nous vient de l’Amérique hispanophone*.

Hydrocarbures - Tous les contenus

Communiqué CP des Collectifs anti gaz et pétrole de schiste suite Réunion Nationale Lyon 22 23 nov 2014
Brève ALERTE !! PELAGOS ET PORT CROS, etc. : La Zone de protection écologique devenue Zone économique exclusive... ce qui ouvre le champ aux projets d'exploitation aux larges de la Corse.
Événement "Mine noire" au théâtre Victor Hugo de Bagneux // Un spectacle engagé sur l'exploitation du pétrole
Brève Le Parc du Luberon rejette un projet de prospection d'hydrocarbures
Communiqué Lettre Ouverte à S.Royal en réaction à la signature prochaine d’une douzaine de nouveaux permis de recherche d’hydrocarbures
Brève Alerte ! La France relance la recherche d'hydrocarbures sur son sol
Article Le néocolonialisme made in France de Maurel & Prom dans l’Amazonie péruvienne
Brève 21 mai : Journée internationale contre chevron
Article de presse Russie : la fin de l’impunité pour les compagnies pétrolières ?
Communiqué Gaz de schiste et violences policières à Barton Moss : ça suffit !
Brève Le réveil d'un virus géant pris dans les glaces lors d'un forage pétrolier ? [Arctique]
Communiqué "Gaz de schiste" : NON ! La fracturation n'est pas une technique propre Questions et réponses à Jean-Louis Sch ilansky
Communiqué Hydrocarbure non conventionnel : Lettre ouverte aux autorités européennes signée par 370 gropupes et ONG
Brève Le pétrolier Vermilion demande sa 8e concession
Communiqué Violente répression policière contre les opposants à un forage CHEVRON visant du gaz de schiste à PUNGESTI en Roumanie
Communiqué Collectifs français anti gaz et huile de schiste et de houille : Lettre ouverte à Philippe Martin
Brève Roumanie (Pungesti) : répression de l'opposition au x gaz de schiste
Brève GDF-Suez obtient une licence dans le gaz de schiste au Brésil
Communiqué Collectifs anti hydrocarbures de schiste au sujet du permis de Chateau-Thierry
Article Conférence du Professeur Rafael Correa à la Sorbonne : faire prendre des vessies pour des lanternes

Brèves

Le réveil d'un virus géant pris dans les glaces lors d'un forage pétrolier ? [Arctique]

[...]
« En creusant pour trouver du pétrole ou du gaz, des hommes pourront bien involontairement entrer en contact avec des microbes.»
Lire la suite »

Le pétrolier Vermilion demande sa 8e concession

Le pétrolier Vermilion demande sa 8e concession Faustine Léo | Publié le 21 janv. 2014, 07h00
Les Canadiens, présents dans le département depuis dix-sept ans, veulent y extraire le pétrole conventionnel au moins jusqu’en 2030.
Source externe

Roumanie (Pungesti) : répression de l'opposition au x gaz de schiste

PUNGESTI (Roumanie) - Plusieurs centaines de gendarmes sont intervenus en force lundi à l'aube contre des villageois de Pungesti (nord-est de la Roumanie) qui organisent depuis deux mois un sit-in pour empêcher la compagnie américaine Chevron de lancer l'exploration pour les gaz de schiste, a constaté un correspondant de l'AFP.
Lire la suite »

Documents

Gaz et huile de schiste, testez vos connaissances sur les hydrocarbures de roche mère

Information Brochure

Afin de tester vos connaissances en la matière, la coordination des collectifs du nord de la Loire vous propose quelques questions..., mais aussi, dans un grand élan de générosité, ses réponses (rassurez-vous, aucun contrôle de connaissances n'est prévu lors de la manifestation).