Langue

Hydrocarbures

Articles

La Méditerranée et l’Île-de-France, nouveaux eldorados des pétroliers ?

Avec l’augmentation du prix du baril, les entreprises pétrolières et gazières prospectent à tout va. La France n’échappe pas à cette ruée vers l’or noir. Des pétroliers texans s’intéressent de près aux côtes marseillaises. Des multinationales s’appuient sur des recherches scientifiques pour sonder les fonds au large de la Camargue. Plusieurs permis d’exploration sont en passe d’être renouvelés à proximité de l’agglomération parisienne. Collectifs citoyens et élus commencent à s’inquiéter. 

Quand l'or noir pollue l'or bleu (Vénézuela , Argentine)

Les entreprises minières et pétrolières mettent en danger l'eau de l'Amérique latine.Au Venezuela, une nouvelle catastrophe écologique a détruit des écosystèmes et met en danger le mode de vie des habitants. Reportage.

C'est marée basse. Le Guarapiche, rivière à l'Est du Venezuela, découvre ses berges de mangroves. Elles sont noires, de longues traces de pétrole suivent tranquillement le cours de l'eau. Le 4 février un oléduc s'est rompu à une cinquantaine de kilomètres de là, à Jusepin.

Selon le biologiste Antonio Machado, spécialiste de l'écologie tropicale et de l'eau, environ,"80.000 barils se seraient déversés dans le Guarapiche, soit plus de 12 millions de litres. La pollution a gagné le parc national de Turuépano. Selon le Réseau des sociétés scientifiques médicales vénézuéliennes, il s'agirait de la plus grande catastrophe de ce type en eau douce à l'échelle mondiale.

Eau et Extractivisme au FAME: du Nord au Sud, un modèle, des luttes

Le Forum Alternatif Mondial de l'Eau (FAME) ouvrira ses portes à Marseille du 14 au 17 mars. "Eau et extractivisme" est l'un des axes thématiques des ateliers et débats du forum : http://www.fame2012.org/files/eauext.pdf 

Mines, puits de pétrole et de gaz, plantations ou élevages industriels, barrages hydroélectriques géants…,- tous les jours, de nouveaux territoires sont transformés en zones de sacrifice destinées à fournir matières premières et énergie. L’exploitation à grande échelle de la nature et de ses « ressources » s’accélère de façon exponentielle dans les pays du « Sud », enfermés dans ce « rôle » depuis l’époque des colonies. Bouleversements sociaux et transformations culturelles inévitables, altérations souvent irréversibles des écosystèmes, pollutions aux effets dévastateurs pour la santé, - les impacts des industries extractives sont connus et dénoncés. Au Nord aussi, la prédation avance : la récente avalanche de projets d’exploitation d’hydrocarbures dans les pays occidentaux montre bien que, même si les contextes diffèrent, aucun territoire n’est définitivement épargné. Partout, au Sud, comme au Nord, éclatent des conflits entre populations victimes ou menacées, entreprises et pouvoirs publics. Dans de nombreux endroits de la planète, s’organisent des résistances, se structurent des mobilisations et naissent des mouvements populaires qui s’opposent aux « mégaprojets » d’exploitation de la nature.

« L’eau vaut plus que l’or », - proclament les graffitis sur les murs des villes et villages d’Argentine, du Pérou, de Colombie… et d’ailleurs, « Boire ou conduire, il faut choisir », - scandent les militants anti-gaz de schiste français. L’eau, qui « n’a pas de prix », est, presque toujours, au centre de ces combats. Continuellement, l’accès à l’eau, sa disponibilité ou sa qualité se voient directement menacés. Chaque industrie a son « livre noir». Les mines à ciel ouvert polluent les cours d’eau et les aquifères (produits toxiques et métaux lourds provenant de drainages acides), dégradent les zones de recharge hydrique, détériorent les glaciers et le permafrost. Dans des régions déjà victimes de stress hydrique, des millions de litres d’eau sont utilisés quotidiennement pour les activités minières au détriment des besoins des populations. L’extraction d’hydrocarbures de schiste requiert aussi d’énormes quantités d’eau. Chaque opération de fracturation hydraulique consiste à injecter dans le sous-sol entre 10 et 20 millions de litres d’eau, mélangée à du sable et des adjuvants chimiques, dont une partie seulement remonte à la surface et dont le retraitement pose de sérieuses questions. L’exploitation pétrolière a un lourd passif : pollutions de l’eau douce et de l’eau de mer, accidentelles (marées noires) ou systématiques (delta du Niger, Amazonie équatorienne ou péruvienne…) qui provoquent de véritables tragédies environnementales, sanitaires et humaines. Les grands barrages hydroélectriques sont à l’origine de la disparition des poissons de nombreux fleuves, ce qui équivaut à la destruction des économies locales basées sur la pêche. La liste est longue… 

Le terme « extractivisme » nous vient de l’Amérique hispanophone*.

Hydrocarbures - Tous les contenus

Brève Hydrates de méthane : le nouveau gaz de schiste ?
Vidéo Minga de résistence indigène de Putumayo, Jardín de Sucumbios et Baja Bota Caucana
Brève La région de Cantabrie (Espagne) interdit la fracturation hydraulique
Brève Soutien gouvernemental à la fracturation hydraulique en Espagne
Communiqué Message des collectifs de la coordination du Nord de la Loire aux collectifs anti gaz et pétrole de schiste rassemblés à Nantua
Article de presse Algérie : feu vert pour les gaz de schiste
Communiqué Non à la participation de la France à la recherche et à l'exploitation des hydrocarbures offshore en Grèce
Communiqué Dans le Pays Fertois, le pétrole de schiste, ce n’est pas fini
Communiqué La 11ème ronde pétrolière et ses conséquences sur les droits de la Nature
Communiqué Lettre ouverte de la CONFENIAE (Amazonie équatorienne) à la communauté internationale et aux entreprises pétrolières
Communiqué Lettre ouverte à l’Académie des sciences
Communiqué Vers une souveraineté énergétique grâce à Chevron ? Hydrocarbures non conventionnels en Argentine
Petition Le pétrole est la mort de la forêt amazonienne !
Vidéo FAME 2012 en vidéo : Contrer l’extractivisme, défendre l’eau
Vidéo Lutte contre les entreprises pétrolières de la communauté Kichwa de Sarayaku (Equateur)
Vidéo Hilda Ventura, représentante des communautés de la Laguna del Tigre, Petén (Guatemala)
Communiqué En images et vidéo : Premier forage de pétrole de schiste à Paris, 22 septembre 2012
Vidéo Conclusions de l’atelier « Or noir contre or bleu : résistances citoyennes face à l’avancée des transnationales pétrolières » par Vincent Espagne (FAME 2012)
Article « Eau et Extractivisme » au FAME 2012 [FAL MAG]
Vidéo Chevron : Eau contre Pétrole en Equateur

Brèves

Hydrates de méthane : le nouveau gaz de schiste ?

Les hydrates de méthane figurent parmi les ressources qui intéressent de près les industries pétrolières. L'écorce terrestre en renferme de très grandes quantités, mais elles restent particulièrement difficiles à extraire et représentent une menace potentielle pour le climat.

Soutien gouvernemental à la fracturation hydraulique en Espagne

Soutien gouvernemental à la fracturation hydraulique en Espagne : Le conseil des ministres a adopté le 15 mars un projet de loi qui vise, entre autres dispositions, à encadrer les techniques de recherche d'hydrocarbures non conventionnels par fracturation hydraulique en les soumettant aux procédures d'évaluation d'impact environnemental. Ce faisant, le gouvernement comble un certain flou juridique et confirme en parallèle son soutien à l'application de cette technologie en Espagne.

Equateur : Chevron condamné en appel pour pollution

QUITO - Un tribunal équatorien a confirmé en appel le jugement rendu en février 2011 condamnant le groupe pétrolier américain Chevron à payer 9,5 milliards de dollars pour des années de pollution sans contrôle en Amazonie, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Documents

Gaz et huile de schiste, testez vos connaissances sur les hydrocarbures de roche mère

Information Brochure

Afin de tester vos connaissances en la matière, la coordination des collectifs du nord de la Loire vous propose quelques questions..., mais aussi, dans un grand élan de générosité, ses réponses (rassurez-vous, aucun contrôle de connaissances n'est prévu lors de la manifestation).