Langue

Gaz et pétrole (huile) de schiste

Articles

Une majorité d’eurodéputés soutient un moratoire sur le fracking lors d’un vote symbolique

Une majorité d’eurodéputés soutient un moratoire sur le fracking lors d’un vote symbolique.

Les eurodéputés à Strasbourg votent à 338 contre 319 en faveur d’un moratoire sur le fracking pour le gaz de schiste tant que l’on n’aura pas prouvé que c’est sans danger – mais le vote n’aura aucun effet sur le plan pratique.

Ce mercredi, pour la première fois, une majorité d’eurodéputés a soutenu un moratoire sur le fracking pour le gaz de schiste, lors d’un vote symbolique qui, néanmoins, signale peut-être des incertitudes à venir pour la Commission européenne et l’industrie.

Le rapport contenant l’amendement voté n’a pas été adopté et le résultat du vote n’aura aucun effet sur le plan pratique. Mais les députés anti-GDS disent qu’ils ont remis la question à l’ordre du jour et ont maintenant le projet de demander un vote plus important sur le problème.

Benedek Javor, eurodéputé vert, a dit aux journalistes du Guardian : » Nous avons envoyé un message politique clair à la Commission  et nous avons montré qu’il existe au Parlement une majorité pour d’autres mesures et actions, auxquelles on peut maintenant s’attendre.  Un nouveau texte interdisant le fracking pourrait désormais être introduit dans un texte (de loi ) qui, s’il était voté, pourrait déclencher des débats officiels à la Commission européenne et parmi les chefs d’état

Javor a été un des présentateurs de l’amendement, avec l’eurodéputé socialiste, Miroslav Poche. Le résultat obtenu va peut-être donner des nausées à Bruxelles. L’an dernier, la Commission a plus ou moins choisi de ne pas faire de la régulation de (l’industrie du) gaz de schiste, suite au lobbying du Royaume Uni, alors que la prétendue « révolution du gaz de schiste «  en Europe est considérée désormais comme « nulle » par les analystes.

D’après des documents examinés par le Guardian, on s’attend à ca que les compagnies de gaz de schiste touchent une nouvelle subvention de 15 millions d’euros de l’Union européenne pour effectuer des études d’impact environnemental. Si cette subvention a peu de chances d’influencer les perspectives du gaz de schiste en Europe, il se pourrait que l’incertitude concernant la régulation en ait.

L’amendement voté aujourd’hui par 338 sur 319, réclamait la fin de l’autorisation de nouveaux explorations et forages « tant que l’on n’aura pas prouvé que c’est sans danger pour l’environnement, les citoyens et les travailleurs. »

On pense que le rapport dont faisait  partie l’amendement est tombé à l’eau parce que les verts et les groupes d’extrême gauche se sont joints aux conservateurs pro-fracking pour voter contre, en raison d’un autre amendement joint qui soutenait ( l’octroi de) fonds publics pour soutenir l’énergie nucléaire.

Theresa Griffin, députée européenne, porte-parole pour l’énergie des travaillistes, dit : » Nous sommes très déçus parce que les conservateurs se sont joints à l’UKIP ( = FN français ) pour faire échouer un rapport très important concernant la sécurité énergétique ,qui comprenait le soutien aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique. Les députés travaillistes veulent faire en sorte que la sécurité énergétique du Royaume Uni soit renforcée par la diminution de notre dépendance vis-à-vis des importations d’hydrocarbures fossiles et le développement des énergies renouvelables. Nous sommes pour les affaires et pour l’environnement et nous savons qu’il est essentiel de développer l’investissement dans les énergies renouvelables partout en Europe. »

Algérie : « Quelles que soient les provocations du pouvoir, notre mobilisation restera pacifique »

Peu médiatisée, la mobilisation citoyenne se poursuit en Algérie contre l’exploitation des gaz de schiste. Entre arrestation de caricaturiste engagé et convocation policière d’opposants à la fracturation hydraulique, les autorités tentent de freiner le mouvement. Basta ! a rencontré l’un des piliers de cette lutte, Mouhad Gasmi. « Il va y avoir tôt ou tard une convergence des luttes, prédit-il, et je suis convaincu que cela peut faire vaciller le régime si le gouvernement continue à camper sur ses positions. » Rencontre.

« Une fois rentré en Algérie, je crains qu’on m’arrête ». Les craintes de Mouhad Gasmi, opposant farouche à l’exploitation de gaz de schiste, étaient fondées. Le 13 mai, il a été convoqué avec trente autres militants, par la police d’Adrar, la ville algérienne où il vit, suite à une plainte déposée cinq mois plus tôt par le directeur d’un hôpital pour « insulte et saccages de biens » [1]. Des accusations réfutées par Mouhad. « Nous avons organisé un sit-in devant l’hôpital pour revendiquer de meilleures conditions d’accueil et nous avons exprimé notre soutien aux médecins qui travaillent dans des conditions pénibles », indique t-il au site d’informations Impact 24. Nous n’avons insulté personne et nous n’avons jamais cassé le moindre objet. » Le militant a pour l’instant été relâché, mais sera traduit en justice.

In Salah poursuit sa grogne anti-schiste dans la confusion, la police hausse le ton

Contrairement à ce qui a été annoncé dans le journal de 12h30 de ce jeudi 29 janvier sur la radio nationale, où a été rapporté que "les jeunes de In Salah ont levé leur campement", les protestataires continuent leur mobilisation contre le gaz de schiste deux jours après les annonces du président Bouteflika.

Jeudi, les habitants d'In Salah ont organisé une marche et tenu un rassemblement à la place "Somoud" pour la 29e journée consécutive alors que la police, jusqu'ici discrète, s'est montrée plus visible. Des centaines de personnes ont rejoint la marche quotidienne contre le gaz de schiste, devenue une habitude depuis presqu'un mois à In Salah.

Le comité des 22, représentant des manifestants, exige, afin de mettre fin à ce mouvement, l'installation d'une commission technique chargé du suivi et du contrôle des forages de gaz de schiste, rapporte le quotidien Liberté. dans son édition d'aujourd'hui.

“Nous sommes contents que Bouteflika décide de la fermeture des puits, mais il doit nous assurer quant à la mise en place d’une commission de suivi et de contrôle de ce processus. Notre souhait est qu’il y aurait au moins cinq techniciens de la région dans cette commission que désigneront les citoyens d’In Salah”, a annoncé Abdelkader Bouhafs, un des leaders du comité.

Gaz et pétrole (huile) de schiste - Tous les contenus

Communiqué Lettre ouverte à la rédaction de France 2 en réaction à un reportage sur les énérgies renouvelables
Article Les collectifs anti gaz et pétrole de schiste, nouveau visage du terrorisme en France ?
Vidéo La malédiction du gaz de schiste - Lech Kowalski (Arte 29/01/2013)
Communiqué Lettre ouverte à l’Académie des sciences
Communiqué Vers une souveraineté énergétique grâce à Chevron ? Hydrocarbures non conventionnels en Argentine
Article de presse En France comme dans le monde, la "bataille du schiste" ne fait donc que commencer
Communiqué Gaz et pétrole de schiste : Ni dans mon jardin, ni dans celui du voisin !
Brève Gaz de schiste : la France va explorer en Algérie
Article de presse L'Angleterre autorise la relance de l'extraction de gaz de schiste
Article Extraction "propre" d'hydrocarbures de schiste au Mexique : quand Chimera Energy vend du vent
Article de presse Graine de révolte au pays du gaz de schiste
Brève Gaz de schiste en France : "mieux vaut l'exploiter que l'importer", estime Arnaud Montebourg
Communiqué Communiqué de presse des collectifs anti gaz et pétrole de schiste réunis en coordination à La Ferté sous Jouarre (77)
Vidéo FAME 2012 en vidéo : Contrer l’extractivisme, défendre l’eau
Article de presse Energies renouvelables Transition énergétique
Vidéo 20000 puits sous les terres ou Gaz de schiste au Québec
Petition Pétition contre le lancement du premier forage de gaz de schiste dans le bassin de l'Ahnet (Algérie)
Vidéo Inauguration derrick Paris 22 septembre 2012
Vidéo Premier forage de pétrole de schiste à Paris - 22 septembre 2012
Communiqué En images et vidéo : Premier forage de pétrole de schiste à Paris, 22 septembre 2012

Brèves

Alliances de recherche française et espagnole dans le domaine de l'énergie

Première rencontre entre ANCRE et ALINNE, les alliances de recherche française et espagnole dans le domaine de l'énergie : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/72...

Publication d'une carte mondiale de la profondeur des eaux sous-terraines : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/72590.htm

Soutien gouvernemental à la fracturation hydraulique en Espagne

Soutien gouvernemental à la fracturation hydraulique en Espagne : Le conseil des ministres a adopté le 15 mars un projet de loi qui vise, entre autres dispositions, à encadrer les techniques de recherche d'hydrocarbures non conventionnels par fracturation hydraulique en les soumettant aux procédures d'évaluation d'impact environnemental. Ce faisant, le gouvernement comble un certain flou juridique et confirme en parallèle son soutien à l'application de cette technologie en Espagne.

Non au gaz de schiste : plus de 2500 personnes à Nantua pour dire "Non au renouvellement du permis des Moussières"

Plus de 2500 personnes (3000 ?) étaient présentes à Nantua pour dire non au renouvellement du permis de gaz de schiste de Moussières à l'appel des collectifs anti gaz et pétrole de schiste du Rhône-Alpes et du Jura.

Zone à défendre, ici aussi ! Non aux forages ni ici ni ailleurs ... pouvait-on lire sur les banderolles. 

Berlin veut autoriser l'extraction de gaz de schiste, sous conditions

Le gouvernement allemand a prévu d'autoriser l'extraction de gaz de schiste par fracturation hydraulique (fracking) mais sous conditions, selon un document des ministères de l'Economie et de l'Environnement que s'est procuré l'AFP mardi. Le texte prévoit d'interdire le fracking dans les zones d'eaux protégées et de sources minérales, une concession à l'opinion publique allemande qui se méfie de cette technique controversée en raison des risques qu'elle fait peser sur l'environnement, notamment sur les nappes phréatiques.

Documents

GAZ DE SCHISTE : Après le rassemblement de Barjac du 28 février 2016

 
MERCI A TOUTES ET TOUS PLUS DE 15.000 PERSONNES, PLUS DE 350 ELU(E)S
une demande de rendez-vous au Ministère de l’Environnement, sera envoyé, dans les jours qui viennent, à Ségolène Royal.

A cette occasion nous lui remettrons la pétition papier signée par 5.000 personnes et la pétition numérique qui a
recueillie plus de 9.000 signatures.
Lire la suite »