Langue

Gaz et pétrole (huile) de schiste

Gaz et pétrole (huile) de schiste - Tous les contenus

Article Serez-vous la prochaine victime du gaz de schiste ?
Communiqué Lettre ouverte des collectifs français Non aux pétrole et gaz de schiste et de houille* en soutien aux opposants au méga-projet de la mine d'or en Chalcidique
Article La route des forages (voyage en Lorraine)
Brève Roumanie : Chevron suspend ses activités après des protestations
Brève Roumanie : un village se révolte contre Chevron
Brève Manifestations contre Chevron en Ukraine
Brève Hydrocarbures de schiste : avancées des résistances en Espagne, aux Pays-Bas et aux Etats-Unis
Brève Gaz de schiste: le Conseil constitutionnel tranchera le 11 octobre
Communiqué Le Conseil constitutionnel va-t-il censurer l’interdiction de la fracturation hydraulique ?
Article de presse A Jouarre, des activistes ont investi la tour de forage du pétrole de schiste
Communiqué Des actes, pas des paroles ! Les Dindons disent non à la politique de l’autruche !
Communiqué Conférence (des dindons) au sommet!
Communiqué ALERTE : Occupation de la plateforme pétrolière de Hess Oil à Jouarre
Communiqué Arrêt immédiat du forage d’Hess Oil France à Jouarre, 77 !
Communiqué L’exploration du pétrole de schiste a commencé !
Brève Les Mapuche argentins mobilisés contre le pétrole et le gaz de schiste
Petition Pétition contre le financement des gaz de schiste en Europe!
iPaper Anti-extractivisme et Transition. Croiser les perspectives
Vidéo Gasland : Extraction des gaz de schiste, une catastrophe socio-environnementale
Brève Gaz de schiste en Suisse : la mobilisation contre le forage de Noiraigue s’organise.

Brèves

Roumanie (Pungesti) : répression de l'opposition au x gaz de schiste

PUNGESTI (Roumanie) - Plusieurs centaines de gendarmes sont intervenus en force lundi à l'aube contre des villageois de Pungesti (nord-est de la Roumanie) qui organisent depuis deux mois un sit-in pour empêcher la compagnie américaine Chevron de lancer l'exploration pour les gaz de schiste, a constaté un correspondant de l'AFP.
Lire la suite »

GDF-Suez obtient une licence dans le gaz de schiste au Brésil

(Easybourse.com) Le groupe français, qui se heurte à l'interdiction de la fracturation hydraulique en France, place ses pions à l'étranger. Après les Etats-Unis, la Chine et quelques Etats européens (Pologne, Royaume-Uni notamment), le Brésil se lance dans l’exploitation du gaz de schiste. L’Agence nationale du pétrole (ANP) a attribué jeudi 72 concessions à travers le pays, pour un montant de 165 millions de reais (environ 52 millions d'euros).

Lire la suite »

Huile de schiste : P. Martin refuse de signer la mutation des permis à Hess Oil

Le ministre de l’Ecologie, Philippe Martin, a indiqué tôt ce matin jeudi 28 novembre à Reporterre qu’il avait décidé "de refuser de signer la mutation à Hess Oil des sept permis d’Ile-de-France". Cette décision sera détaillée dans un entretien avec le journal le Parisien à paraître ce jour.

Un train de 90 wagons déraille en Alabama...

Un train de  90 wagons, déraille en Alabama, transportant du pétrole brut du Bakken shale du Dakota. 
Ca fait beaucoup après l'accident de Lac Mégantic cet été...
 

Documents

Heptafluoropropane, nouvelle trouvaille pour faire accepter l'exploitation des hydrocarbures de schiste en France. Une synthèse "à chaud".

Information Communiqué
Date de publication: 
Samedi, 1 Février, 2014
Par: 
Isabelle L., Collectif du pays fertois

Pour répondre à Bataille et Lenoir, Maud Fontenoy et Arnaud Montebourg, concernant la fracturation au propane non inflammable (heptafluoropropane), voici une (petite) synthèse (provisoire)

1. la fracturation à l'heptafluoropropane est une fracturation.
Ce qui est dangereux, dans la fracturation, c'est qu'elle met en relation les hydrocarbures du sous-sol avec les nappes phréatiques et l'atmosphère.
En effet, au delà du danger représenté par la présence de produits chimiques dans l'eau (dans le cas de la fracturation à l'eau) il existe un danger à beaucoup plus long terme : la mise en communication des matières contenues dans le sous-sol avec l'eau et l'air.
En effet, lorsqu'on fracture la roche-mère on n'extrait qu'une quantité infime des hydrocarbures contenus dans les argiles imperméables.
On n'extrait que 5% du "pétrole de schiste". Le reste, soit 95%, va rester coincé dans les argiles mais s'écoulera petit à petit, à la vitesse géologique, et rejoindra les failles naturelles du sous-sol ou bien passera par le conduit créé par le forage. Aucun ciment ne pouvant résister à des durées géologiques, le chemisage du puits subira une corrosion un jour ou l'autre. Par ailleurs ce chemisage est déjà loin d'être complètement étanche.
Ces failles (plus ou moins) naturelles permettront aux BTEX, contenus dans les hydrocarbures qu'on n'exploite pas, de remonter dans les nappes. Cette remontée n'est pas immédiate, c'est sûr. Elle peut même être très lente. Mais elle aura lieu, c'est sûr aussi !