Langue

Gaz et pétrole (huile) de schiste

Articles

Louisa Hanoune et le gaz de schiste en Algérie: entre soutien et désinformation

« Comment ça se fait que nos docteurs, nos professionnels de la santé disent qu’il faut un moratoire [sur le gaz de schiste] et que le politicien Claude Williams [nous dise] : il n’y a pas de problème, faites-nous confiance. Moi, quand j’ai un problème de santé, je vais voir un professionnel de la santé, pas un politicien. » Nicole Richard, porte-parole du comité Notre environnement, notre choix, Canada.[ii]

El Watan a récemment publié un article qui expose le soutien de Louisa Hanoune à l’exploitation du gaz de schiste en Algérie[iii]. En affirmant résolument que les inquiétudes des Algériens à ce sujet sont « légitimes mais infondées », elle appelle la population à ne pas s’inquiéter car l’Algérie « dispose d’une loi sur les hydrocarbures à la hauteur ». Je pense au contraire qu’il est légitime de s’inquiéter… non seulement à l’égard de l’exploitation du gaz de schiste en Algérie, mais également à la désinformation et aux contrevérités avancées par Mme Hanoune pour légitimer cette pratique en Algérie.

La secrétaire générale du Parti des travailleurs avance que « le gaz de schiste est déjà exploité dans d’autres pays à l’image des Etats Unis et du Canada ». Rien que cette première citation mérite d’être décortiquée. De prime abord, Louisa Hanoune souhaite légitimer l’exploitation du gaz de schiste en Algérie parce que de grandes puissances (ex. États-Unis et Canada) l’ont fait. Consciemment ou inconsciemment, elle omet de dire que la France[iv], le Québec, la Hongrie, la Roumanie et la Bulgarie ont imposé un moratoire sur l’exploitation du gaz de schiste en raison des risques écologiques de la fracturation hydraulique. Par la même occasion, elle omet de mentionner que l’exploitation du gaz de schiste a été suspendue en Angleterre en 2012 dans l’attente d’études environnementales approfondies, ou encore que l’Allemagne a reporté sine die tous les projets d’exploration dans l’attente de conclusions des recherches d’un grand groupe de travail où universitaires, industriels et politiques ont été réunis.

Algérie, Contestation du gaz de Schiste : Le pouvoir désorienté

Source : http://www.elwatan.comSource : http://www.elwatan.comLes Algériens ne décolèrent pas sur la question de l’exploitation du gaz de schiste. Les manifestations se poursuivent et In Salah devient le cœur battant de la mobilisation contre ce gaz non conventionnel dont l’exploitation risque de priver les générations futures de précieuses ressources en eau.

In Salah met le pouvoir d’Alger devant ses responsabilités et l’accule là où il se croyait seul maître à décider de l’avenir de ce pays. Il s’en trouve d’ailleurs désorienté, ne sait plus quoi répondre. Après la tentative de Saadani de surfer sur la fibre régionaliste pour calmer les algériens du Sud alors que le FLN a bien voté la loi autorisant le recours au gaz de schiste, ou encore l’invitation de la Présidence au dialogue sans même envoyer un émissaire sur les lieux pour discuter avec la population, ou bien les assurances non convaincantes du ministre de l’Energie et le PDG de Sonatrach sur l’impact minime de la technique de fracturation hydraulique sur l’environnement, c’est au tour du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, de trouver une sortie moins directe en choisissant de poster un message, hier, sur sa page facebook disant que «le gouvernement n’a jamais délivré aucune autorisation d’exploitation du gaz de schiste en Algérie».

Une affirmation en totale contradiction avec l’annonce faite par le Conseil des ministres de mai 2014 autorisant l’exploitation des gaz non conventionnels.  La compagnie française Total est opérationnelle depuis fin 2013 en Algérie, dans le bassin de Timimoun, en association avec Sonatrach et la société espagnole Cepsa, ainsi qu’à Ahnet (In Salah) avec Schlumberger, Sonatrach et la turque Partex.

URGENT ! Pétrole de schiste - Concession de La Conquillie - Participez à l'enquête publique avant le 8 février

Date de publication: 
Mardi, 4 Février, 2014
Par: 
Collectif fertois

Le 1er février à la Petite Brosse, Jouarre (voir la vidéo) a été évoquée la concession de la Conquillie pour laquelle une enquête publique est ouverte jusqu'au 8 février. La parole peut donc être prise par tout citoyen ; c'est une occasion à saisir. A fortiori, n'hésitez pas à transmettre ce dossier à vos contacts qui pourront à leur tour participer à cette enquête publique. Les remarques ou les questions peuvent être transmises jusqu’au 8 févrierIl est possible d’envoyer des documents à l’appui des questions ou des remarques. Tout ceci peut être fait par courrier : 

A l'attention de Dominique Mekail, commissaire-enquêtrice
Enquête publique « concession de la Conquillie »
Mairie de Bannost-Villegagnon
2 rue de la Gare
77970 Bannost-Villegagnon

ou par mail : dominiquemekail@gmail.com

Voir le dossier intégral ICI !  A vos claviers ! > plus de détails et la marche à suivre sur le site du collectif du pays fertois

Encore une fois, profitons de cette occasion de parole et relayons sans aucune modération.

Gaz et pétrole (huile) de schiste - Tous les contenus

Communiqué Communique de presse de soutien aux habitants et paysans de Zurawlow - Grabowiec en lutte contre Chevron
Brève Le Texas a soifŠ mais d'eau, plus de pétrole
Vidéo The Sky Is Pink DOC VOSTFR
Article de presse Forages pétroliers en Seine-et-Marne : 7 arrêtés préfectoraux interdisant les forages horizontaux dans la roche-mère
Brève Les anti gaz et pétrole de schiste argentin lance le site internet "Argentine Libre du Fraking"
Brève Roumanie: des milliers de personnes manifestent contre les gaz de schiste
Article de presse Argentine, nouvelle frontière des gaz de schiste
Brève La région de Cantabrie (Espagne) interdit la fracturation hydraulique
Vidéo Gaz et pétrole de schiste en Argentine par Diego di Risio (Observatorio Petrolero Sur)
Brève Alliances de recherche française et espagnole dans le domaine de l'énergie
Brève Soutien gouvernemental à la fracturation hydraulique en Espagne
Communiqué Message des collectifs de la coordination du Nord de la Loire aux collectifs anti gaz et pétrole de schiste rassemblés à Nantua
Brève Non au gaz de schiste : plus de 2500 personnes à Nantua pour dire "Non au renouvellement du permis des Moussières"
Campagne Gaz et pétrole de schiste : le 22 mars, invitez-vous à la rencontre privée du groupe pétrolier HESS !
Article de presse Algérie : feu vert pour les gaz de schiste
Communiqué BASSIN PARISIEN : Les compagnies pétrolières préparent le terrain pour le pétrole de schiste...
Communiqué Non à la participation de la France à la recherche et à l'exploitation des hydrocarbures offshore en Grèce
Brève Berlin veut autoriser l'extraction de gaz de schiste, sous conditions
Communiqué Dans le Pays Fertois, le pétrole de schiste, ce n’est pas fini
Article de presse Reponse des collectifs anti-gaz et petrole de schiste aux propos de Philippe chalmin dans marianne du 11 fevrier 2013.

Brèves

Etats-Unis: Accident dans un puits de gaz de schiste en Pennsylvanie

Mis à jour le 20.04.11 à 23h25

Des milliers de litres d'eaux usées de forage s'échappent mercredi d'un puits de gaz de schiste en Pennsylvanie à la suite d'une explosion, rapportent les autorités.

L'accident s'est produit pendant une opération de fracturation hydraulique, qui consiste à injecter de l'eau, du sable et des produits chimiques afin de briser les roches.

Lire la suite »

Documents

Total récupère le permis de Montélimar

Information Communiqué
Date de publication: 
Lundi, 1 Février, 2016
Par: 
Collectifs

Nous prenons acte de la décision du Tribunal administratif de Cergy-Pontoise de ce jeudi 28 janvier d’accepter le recours de Total, annulant ainsi l’abrogation du permis de Montélimar.

Cette décision n’est pas une surprise pour nous.

Elle est la conséquence du manque de courage politique des gouvernements qui se sontsuccédé depuis 5 ans.

Aujourd’hui, pour que ce scénario ne se reproduise plus, nous demandons au gouvernement de légiférer pour interdire définitivement toute exploration et exploitation de gaz et pétrole de roche mère et autres hydrocarbures non conventionnels.

Nous lui demandons :

- de rejeter les 133 demandes de permis de recherche actuellement à l'étude.

- de refuser la trentaine de demandes de renouvellement de permis de recherche.

- d’abroger les permis en cours.