Langue

Grèce : les citoyens de Chalcidique préfèrent la vie à l’or

Version imprimableVersion imprimableSend by emailSend by email
Source de l'article de presse
Auteur de l'article de presse: 
Eugénie Barbezat
Date de publication: 
Lundi, 9 Mars, 2015
Eldorado Gold, multinationale canadienne, voulait passer en force pour exploiter une gisement à ciel ouvert. S’appuyant sur un large mouvement d’opposition, Syriza vient de stopper ce projet délétère pour l’environnement et l’avenir économique de la région.

Chalcidique (Grèce), envoyée spéciale.C’est en empruntant une route nationale en piteux état que l’on se rend en Chalcidique. Troisième plus importante destination touristique du pays, cette péninsule, située à l’est du golfe de Thessalonique et prolongée par trois presqu’îles bordées par la mer Égée, est un bijou de nature préservée, réputée pour ses plages, mais aussi pour la qualité de ses fruits et légumes, ses poissons, son miel et ses fromages, qui s’exportent dans tout le pays. En arrivant vers le village de Skouries, on voit qu’une grande artère goudronnée fl ambant neuve a été taillée à fl anc de montagne. Aucun panneau de signalisation n’indique sa destination. Et pour cause, cette route de 8 kilomètres, construite avec des deniers publics, est à usage privé. Elle conduit au site de la mine qu’est en train de creuser la multinationale canadienne Eldorado Gold : une exploitation de cuivre et d’or à ciel ouvert.

’exploitation controversée aurait été la première du genre en Chalcidique, où les 317 km2 de concessions minières incluent deux mines souterraines, le site actif de Stratoni et celui d’Olympiada, qu’Eldorado Gold voulait remettre en fonction, parallèlement à la nouvelle mine à ciel ouvert de Skouries. Pour cette dernière, il était prévu d’évider la montagne, créant un vaste cratère d’un diamètre de 700 mètres – d’après l’entreprise ; dans les faits, beaucoup plus. Dans un second temps, serait creusée une mine souterraine de 800 mètres de profondeur.

Face à la mobilisation populaire, 
une répression policière brutale

Avant que l’arrivée d’Alexis Tsipras au pouvoir ne marque un coup d’arrêt au projet, cette mine a constitué une source de conflit avec les populations locales, notamment parce que la montagne visée, le Kakavos, abrite les plus importantes réserves en eau douce de toute la région (voir encadré). Or, sans aucune concertation, et sous pression d’élus locaux intéressés, l’ancien gouvernement Samaras avait approuvé, en juillet 2011, « l’investissement » Eldorado Gold. En dépit de la très forte contestation de la communauté locale et des résultats des études d’organismes scientifiques ­indépendants tels que la chambre technique de Grèce-département de Macédoine et le conseil de l’environnement de l’université de Thessalonique, qui avaient émis des avis négatifs. En mars 2014, plus de 4 km2 de forêt publique ont donc été cédés, sans contrepartie financière officielle, à l’entreprise en vue du creusement de la mine de Skouries. Protégée par une loi constitutionnelle, la forêt primaire ne peut être détruite en Grèce. Qu’à cela ne tienne… Lire la suite sur l'humanite.fr

Autres langues

Pays

Entreprises

Organisations

Commentaires

 

Commenter le contenu (Soumis à modération)

Le contenu de ce champ est gardé secret et ne sera pas montré publiquement.
Refresh Type the characters you see in this picture. Type the characters you see in the picture; if you can't read them, submit the form and a new image will be generated. Not case sensitive.  Switch to audio verification.

La newsletter de Aldeah.org

S'abonnez au bulletin d'information