Langue

Heptafluoropropane, nouvelle trouvaille pour faire accepter l'exploitation des hydrocarbures de schiste en France. Une synthèse "à chaud".

Version imprimableVersion imprimableSend by emailSend by email
Date de publication: 
Samedi, 1 Février, 2014
Par: 
Isabelle L., Collectif du pays fertois

Pour répondre à Bataille et Lenoir, Maud Fontenoy et Arnaud Montebourg, concernant la fracturation au propane non inflammable (heptafluoropropane), voici une (petite) synthèse (provisoire)

1. la fracturation à l'heptafluoropropane est une fracturation.
Ce qui est dangereux, dans la fracturation, c'est qu'elle met en relation les hydrocarbures du sous-sol avec les nappes phréatiques et l'atmosphère.
En effet, au delà du danger représenté par la présence de produits chimiques dans l'eau (dans le cas de la fracturation à l'eau) il existe un danger à beaucoup plus long terme : la mise en communication des matières contenues dans le sous-sol avec l'eau et l'air.
En effet, lorsqu'on fracture la roche-mère on n'extrait qu'une quantité infime des hydrocarbures contenus dans les argiles imperméables.
On n'extrait que 5% du "pétrole de schiste". Le reste, soit 95%, va rester coincé dans les argiles mais s'écoulera petit à petit, à la vitesse géologique, et rejoindra les failles naturelles du sous-sol ou bien passera par le conduit créé par le forage. Aucun ciment ne pouvant résister à des durées géologiques, le chemisage du puits subira une corrosion un jour ou l'autre. Par ailleurs ce chemisage est déjà loin d'être complètement étanche.
Ces failles (plus ou moins) naturelles permettront aux BTEX, contenus dans les hydrocarbures qu'on n'exploite pas, de remonter dans les nappes. Cette remontée n'est pas immédiate, c'est sûr. Elle peut même être très lente. Mais elle aura lieu, c'est sûr aussi !

Ces composés organiques (Benzène, Toluène, Éthylbenzène et Xylènes) sont particulièrement nocifs pour les humains, même à très faibles doses. Une fracturation faisant appel à un fluide, quel que soit le fluide employé, est une fracturation [hydraulique]. Mais n'oublions pas que c'est essentiellement la fracturation qui est dangereuse, pas seulement le liquide injecté ! VOIR LES TRAVAUX DE MARC DURAND sur LES DANGERS DE LA FRACTURATION


2. la fracturation à l'heptafluoropropane est une fracturation hydraulique (le mot hydraulique signifiant "à l'aide d'un fluide").

Les presses hydrauliques et les freins hydrauliques ne fonctionnent pas à l'eau et pourtant… on les appelle "hydrauliques".
La loi Jacob interdit la fracturation hydraulique (fracturation à l'aide d'un fluide).
Comme la loi du 13 juillet 2011 interdit la fracturation hydraulique, la soit-disant fracturation propre ne pourrait être utilisée que dans le cadre restreint de l'expérimentation, sous la tutelle de la commission de suivi, comme le prévoit les articles 2 et 4 de cette loi. On ne pourrait donc pas envisager cette solution comme une alternative à la fracturation ni pour une mise en place d'exploration systématique ni ultérieurement en vue d'exploitation. A moins d'envisager de supprimer la loi…

3. aucune expérience en vraie grandeur n'a été faite.

Avec du propane inflammable (soumis à la réglementation Seveso) il y aurait eu environ 2000 fracturations. Avec le propane non inflammable cher à Monsieur Bataille, il n'y a pas d'expérience revendiquée par EcorpStim. Qu'à cela ne tienne ! Dans le Figaro d'hier, les propos de F. Kalaydjian (ifpen): “Pour évaluer ce procédé, il faudrait pouvoir au préalable lancer des travaux de recherche, au moins au niveau européen, et procéder à des tests pilotes à des fins scientifiques”. Où l'on retrouve les articles 2 et 4 de la loi du 13/07/2011, d'une part et la "recommandation européenne publiée il y a quelques jours, laissant la porte ouverte à toutes décisions prises par chacun des pays…
Il semble bien que des idées comme "la planète-laboratoire" ou bien "la population-cobaye” puissent être en vogue très bientôt. C'est vrai que cela existe déjà dans d'autres domaines…

4. à propos de l'aspect "écologique" de la fracturation au propane non inflammable: l'heptafluoropropane est un gaz à effet de serre 2900 à 3500 fois plus puissant que le CO2.

Bataille et Lenoir disent dans leur rapport que le propane injecté serait réutilisable à 95%. Que deviennent les 5% restants? Ils vont dans l'atmosphère???
Il semble bien (voir Wikipedia) que le FM200, nom industriel de l'heptafluoropropane, soit interdit en Europe, … pour son effet de serre !

5. fin mars 2013, on a pu lire un sondage, relayé par l'AFP, qui disait :
Dans l'hypothèse d'une "technologie alternative qui ne nécessite ni eau ni produits chimiques pour extraire le gaz de schiste" (à la différence de la fracturation hydraulique utilisée dans la quasi-totalité des cas actuellement), les Français se montrent largement favorables, selon le sondage.
Ils sont 80% (40% tout à fait favorables, 40% plutôt favorables) à être favorables "à ce que cette technologie soit testée à titre expérimental en France", contre 13% plutôt opposés et 7% tout à fait opposés.
[…] Le sondage, réalisé du 28 février au 1er mars [2013] auprès de 1.508 personnes, a été commandité par ecorpStim, une entreprise qui propose une technologie injectant du propane et non de l'eau pour extraire le gaz de schiste.

L'opération acceptabilité s'est mise en marche il y a plusieurs mois !

5. dernière petite remarque: C'est avec la maison mère d'EcorpStim, Ecorp International, que Total vient de conclure un accord en Grande-Bretagne. Ce qui n'empêche nullement Bruno Courme d'avoir dit, il y a plusieurs mois, qu'il ne croyait pas à la fracturation au propane. Le même Ecorp International revendique des permis en France sans en donner ni le nom ni l'emplacement…

colfertois.canalblog.com/

Lire également : 

Schiste et fluoropropane : à la recherche du gaz miracle d'Arnaud Montebourg

L’heptafluoropropane, nouveau nom de la pierre philosophale ?

Commentaires

Erreur dans le texte

Le permis de Saint-Pierre est le troisième et non pas le deuxième permis de recherche minière accordé en France métropolitaine (les deux autres étant Tennie, Villeranges). 

 

Commenter le contenu (Soumis à modération)

Le contenu de ce champ est gardé secret et ne sera pas montré publiquement.

La newsletter de Aldeah.org

S'abonnez au bulletin d'information