Langue

La Louve, le supermarché coopératif du 18ème: le bio pour les bobos, les restes pour les prolos ?

Version imprimableVersion imprimableSend by emailSend by email
Date de publication: 
Lundi, 26 Janvier, 2015
Par: 
Reçu par email

Avant-proposLe collectif Aldeah a reçu ce texte par courrier électronique. Certains le trouveront probablement incomplet, mais il pose néanmoins des questions légitimes qui nous paraissent valoir la peine d'être débattues. Si vous souhaitez y répondre, merci de nous contacter : http://www.aldeah.org/fr/contact

 

Habitant du 18ème arrondissement, j'ai appris qu'un supermarché se revendiquant coopératif appelé La Louve est en train de voir le jour dans le quartier.

Si de prime abord La Louve encourage l'autogestion ainsi que les préoccupations socio-environnementales, une brève analyse de son modèle d'inspiration et soutien, le Park Slope Food Coop (PSFC) à New York, suffit à déceler sa patte néolibérale. D'abord, l'envergure du PSFC (1000 m2, 16 000 membres) interroge sur sa «gouvernance», articulée autour d'un CA élu pour 3 ans par les membres. Mais «[l]es new­yorkais, tout comme les Parisiens, sont très occupés» et les électeurs tournent, de l'aveu même des promoteurs, «autour de 100 (soit 0.6% des membres)»: une minorité décide donc pour une majorité.

Quant aux objectifs du PSFC, ils ont à première vue de quoi séduire: «soutenir les meilleurs produits et les meilleures pratiques en ce qui concerne la santé, la sécurité et la conservation des humains, des animaux et de la biosphère en général», tout en restant accessible à des personnes «d’origines très différentes, ayant des nécessités et des situations financières très variables».
 
Toutefois, afin d'atteindre cette mixité sociale et d'«offrir à ses membres une gamme de produit ‘complète’», le PSFC concilie l'inconciliable: dans ce supermarché, les «produits bios et locaux sont préférés» mais «on a souvent le choix entre un produit bio et un produit conventionnel», y compris des OGM, sauf «si un équivalent non­OGM peut se trouver au même prix». Autrement dit: du bio pour les bobos, les restes pour les prolos ?

Si La Louve est une version du PSFC adaptée au contexte français, elle conserve la même philosophie pragmatique néolibérale qui légitime la vente de produits issus de la filière agro-industrielle «conventionnelle» par la noble volonté de «rendre la coopérative accessible à tous».

Je souhaite donc interpeller les habitants du 18ème, pour que La Louve ne fasse aucun compromis sur la santé des plus pauvres en acceptant de leur vendre des produits non­bio. En parallèle, une réflexion doit être menée quant au devenir des AMAP, dont je suis membre. Véritables solutions accessibles à tous, elles sont aujourd'hui fragilisées et risquent d'être ingérées par des gloutons, comme La Louve ou «La ruche qui dit oui», qui singent leurs principes mais en retirent l'essence militante. N'y a­t­il pas en effet un risque que les paysans en AMAP se laissent séduire par ces prédateurs, qui pourraient bien leur paraître plus attrayants car économiquement plus sécurisants ?



Un agneau sans berger


Pour en savoir plus :

Autres langues

Pays

Conflit

Organisations

Commentaires

Un projet de coopérative en

Un projet de coopérative en plus, c'est bien. Qu'il y en ait d'autres, des petites, des moyennes et des un peu plus grandes... Si certains pensent faire mieux que la louve, (un peu l'esprit compète finalement), qu'ils le fassent et qu'ils montent leur coopérative.
WFS

C'est pas faux ce texte! En plus pour adhérer il faut débourser

Commentaire reçu par email :

C'est pas faux ce texte! En plus pour adhérer il faut débourser 100 euros.
Je fais partie de adhérents actifs de la Coopérative de la Goutte d'Or, 500 adhérents, adhésion à 15 euros, 80% de bio, le reste en très bien élevé, dans la rue à côté de la Louve. Nous connaissons personnellement tous les producteurs.
Bien sûr Rue Myrha nous aussi on fait bobos, mais nous n'existons que depuis un an et avons une équipe (dont je fait partie) qui cherche les moyens d'ouvrir la Coopaparis à de plus en plus de familles qui n'y auraient pas pensé spontanément.
Comme toujours il y a les purs un peu bêtas de passer autant de temps et un ersatz.

Commentaire reçu par email :

Commentaire reçu par email :

Trois remarques par rapport à cet article (je ne peux pas l'envoyer à la mailing apparemment)

- l'auteur oublie que le côté coopérateur/bénévole permet de diminuer le coût des produits bio, qui sont ainsi plus accessibles que dans d'autres magasins

- tout le monde ne peut pas s'engager dans une AMAP (liste d'attente, engagement sur une année donc besoin d'une certaine stabilité et régularité, heure fixe de retrait...)

- les prix du bio seront toujours plus chers que les produits industriels, mais pour une bonne raison: plus de soin/travail, moins ou pas d'industrialisation de la production (industrialisation qui permet justement de baisser les prix). La question du prix est directement liée à celle de la rémunération des producteurs, qui doit être équitable elle aussi

Cela ne remet pas en question certaines questions soulignées par l'article, comme la possibilité que des produits OGM soient vendus, là dessus, je suis d'accord

Merci pour le partage en tout cas, je ne l'avais pas encore lu et c'est intéressant de confronter les idées :)

Bonne journée

Trois pistes de réponses à

Trois pistes de reponses a ces remarques:

  • L'"Agneau" dit faire partie d'une AMAP: il est donc benevole (distribution des legumes + aide ponctuelle a la ferme) et doit ainsi savoir que cela contribue effectivement a reduire les couts des produits bio de l'AMAP. D'apres ce que j'ai compris, l'"Agneau" ne critique pas l'aspect cooperatif, mais plutot l'ampleur de La Louve, qui risque de reproduire la logique concentrationnaire des supermarches au detriment d'une multiplication d'AMAP. Sans compter les "quelques salaries" de La Louve (http://www.cooplalouve.fr/cest-quoi...), son sponsoring par une banque (la BNP: http://www.wave-innovation.com/la-l...), le soutien par les Mairies de Paris et du 18eme, ainsi qu'une campagne mediatique consensuelle ;)

  • Personnellement, je connais des AMAP qui n'ont pas assez d'adherents et galerent chaque annee a renouveller leurs contrats - ce qui rejoint ta remarque sur la stabilite, la regularite et l'heure fixe. Ces (petites) "contraintes" - avec un minimum d'organisation et une solidarite amapienne, y'a toujours moyen de s'arranger ! - font partie integrante de l'"engagement" (a partir de 6 mois dans certaines AMAP). Cet engagement (militant) permet a des paysans d'exister (meme en cas d'intemperie), et lutte justement contre le mode de distribution des supermarches, qui ne font que s'adapter a la demande de flexibilite des consommateurs !Ensuite, n'est-il pas imaginable et preferable que tout le monde puisse s'engager dans une AMAP ? Mecaniquement, cela pourrait tenter plus de monde a devenir paysan et on resterait dans des structures accessibles a tous et a taille humaine.

  • Enfin, tu sembles distinguer le bio de l'industriel...or, le bio vendu dans les supermarches n'est rien d'autre qu'industriel ! Ensuite, non, le bio n'est pas necessairement plus cher que le "conventionnel" (traite avec des produits nocifs): l'AMAP le prouve ! D'accord pour la remuneration equitable des producteurs, aussi possible grace au circuit court.

Concernant les OGM, La Louve ne peut certes pas transgresser la legislation francaise, donc elle se "positionne" forcement contre. En revanche, ne devrait-on pas se mefier de ce projet, quand il affiche clairement le soutien du PSFC de New York, qui accepte de vendre des OGM sous pretexte de mixite sociale ?

Amicalement

J'ai du mal avec ce type de textes

Commentaire reçu par email :

Bonjour,

J'ai du mal avec ce type de textes qui font des procés par principe. Si on
veut être totalement "puriste", autant monter une secte et partir à la
campagne.

Un projet de coopérative en plus, c'est bien. Qu'il y en ait d'autres, des
petites, des moyennes et des un peu plus grandes... Si certains pensent
faire mieux que la louve, (un peu l'esprit compète finalement), qu'ils le
fassent et qu'ils montent leur coopérative.

Et puis donner un coup de main ou se renseigner vraiment avant de balancer
des interprétations, ca ne coûte rien ?!

Je ne participe pas au projet de la louve, mais si on se met des batons
dans les roues, on n'ira pas loin (clin d'oeil au tour de france
alternatiba).

Bravo à ceux qui font,

Michel

Bonjour Michel, Il me semble

Bonjour Michel,

Il me semble que ce texte refuse le "principe" du modele de supermarche cooperatif US (PSFC) dont s'isnpire La Louve, qui autorise la vente d'OGM et de produits toxiquement traites pour etre accessible a tous - et avoir suffisamment de benevoles: on est quand meme bien eloigne d'une demarche sectaire ou puriste !

Quant aux cooperatives, je partage ton avis jusqu'a un certain stade: pour moi, la question de l'echelle est importante. En d'autres termes, plus la cooperative est grande, plus son fonctionnement politique est complique et risque de deriver. Pour le PSFC, on peut manifestement pas dire que la participation politique des membres soit une reussite !

Concernant l'"esprit compete" que tu prones, c'est precisemment, me semble-t-il, l'une des plus dangereuses doctrines neoliberales. C'est aussi dans cet esprit que se developpe ces activites (La Louve ou la Ruche qui dit oui !) qui font justement concurrence aux AMAPs, un modele a soutenir.

Ce phenomene de recuperation-adaptation qu'opere le neoliberalisme sur les initiatives militantes n'est d'ailleurs pas nouveau, ni pret de s'arreter !

Pour se faire, ses promoteurs mettent en avant le pragmatisme - d'ailleurs revendique par La Louve et l'economie sociale et solidaire en generale. En gros c'est: "on fait avec l'existant" ou "c'est mieux que rien" mais en verite il ne s'agit de rien d'autre que du "social & green washing" ! Derriere ce pragmatisme se cache une vision radicalement capitaliste , consistant a implanter les regles du marche partout !

Donc personnellement, avant de soutenir "ceux qui font", je prefere comprendre ce qu'ils font.

Bravo a ceux qui pensent avant de faire et se posent des questions !

Moi aussi je me suis posée des questions en voyant la vidéo ...

Commentaire reçu par email : "Moi aussi je me suis posée des questions en voyant la vidéo du magasin dont ils s'inspiraient. Notamment sur l'absence flagrante de réflexion  sur les emballages. On se croirait dans un supermarché classique."

Je suis assez d'accord avec

Je suis assez d'accord avec Michel.

Une initiative de plus, qui sera forcement imparfaite, c'est 1000 fois mieux que rien. apres pour ceux qui s'interrogent, qu'ils le fassent c'est bein, qu'ils mettent la main a la pate pour ameliorer ce qui ne leur plait pas, c'est mieux. D'apres le site internet:

A partir du 3 decembre, les amis de la Louve vous proposent des permanences au local,
61 rue de la Goutte d'or a Paris, tous les mercredis soirs de 19h30 a 21h30.
Venez nous rencontrer, prendre des Louvelles...et souscrire a la cooperative !

Porte ouverte au local le dimanche 25 janvier de 10h30 a 20h
Un moment convivial pour echanger sur La Louve, souscrire et se retrouver autour d'une boisson chaude. N'hesitez a en parler autour de vous !!

voila voila... bonne chance a cette initiative, qui permettra on l'espere de faire plein de petits diversifies, pour approcher le meilleur modele possible!

 

Commenter le contenu (Soumis à modération)

Le contenu de ce champ est gardé secret et ne sera pas montré publiquement.
Refresh Type the characters you see in this picture. Type the characters you see in the picture; if you can't read them, submit the form and a new image will be generated. Not case sensitive.  Switch to audio verification.

La newsletter de Aldeah.org

S'abonnez au bulletin d'information