Langue

Lettre de soutien et de solidarité avec les communautés du Bassin de Salinas Grandes et de Guayatayoc de Salta y de Jujuy

Version imprimableVersion imprimableSend by emailSend by email

Les collectifs français ALDEAHles Collectifs IDF non aux gaz et pétrole de schiste et D’un plateau à l’autre, nous sommes informés de la lutte engagée par les Communautés de la Cuenca des Salinas Grandes et de Guayatayoc (provinces de Salta et de Jujuy) contre l'arbitraire et l'autoritarisme du gouvernement qui octroie des permis de prospection minière sur leur territoire sans les informer ni les consulter.

Nous dénonçons les entreprises d’exploitation minière à grande échelle, qui, chez nous en Europe, en Amérique du Sud, et partout dans le monde, ont recours à des technologies dévastatrices au mépris de l'environnement et des populations. Nous nous indignons de la complicité des nombreux gouvernements dits démocratiques avec ces pratiques intolérables menaçant l'existence de  communautés détentrices d'une sagesse et de savoir-faire dont notre monde a tant besoin. Impliqués nous aussi dans la lutte internationale contre l’extractivisme, nous nous déclarons solidaires avec les communautés de Salta et de Jujuy de Salinas Grandes, de Gayatayoc et de tous ceux qui, à travers le monde luttent contre les sociétés minières dont la seule fin est le profit pour quelques-uns, et contre les gouvernements qui les cautionnent.

Les faits démontrent qu’il est possible de défier ce système de mort. En effet, nombreuses sont les victoires : en 2002, à Tambogrande, dans le Nord du Pérou, les communautés paysannes ont expulsé l’entreprise minière canadienne Manhattan Minerals Corporation. Lors d’un référendum organisé par la ville, 98% de la population a voté contre la mine. En 2003, dans la ville d’Esquel, en Patagonie argentine, grâce à une votation similaire, une autre entreprise minière canadienne, Meridian Gold, a dû abandonner son projet. En France, cela fait un an que nous luttons contre les projets d’extraction de gaz et d’huile de schiste, une nouvelle façon d’obtenir des hydrocarbures, utilisant des procédés techniques tout aussi néfastes que l’industrie minière à ciel ouvert. Le même type d’activité, nous le savons, menace aussi le sud d’Argentine et d’autres régions d’Amérique latine. En France, nous avons obtenu une avancée importante : au mois de juin dernier, a été adopté une loi qui interdit la technique de fracturation hydraulique, particulièrement polluante et sans laquelle l’exploitation des hydrocarbures de schiste ne peut pas être rentable. Et nous continuions la lutte.

Etre consulté avant tout début d’activité d’extraction qui compromet l’avenir de nos espaces de vie est un droit inscrit dans la convention 169 de l’Organisation Internationale du Travail, ratifiée par l’Argentine. L’Etat argentin doit le respecter et le faire appliquer. Nous vous envoyons un salut fraternel en souhaitant que tous ensemble, nous parvenions par nos luttes, à faire valoir le Droit des peuples à décider librement de leur avenir et de leur mode de vie.

Collectifs ALDEAH, IDF Non aux gaz et pétrole de schiste et D’un plateau à l’Autre Paris, le 19 janvier 2012

Commentaires

 

Commenter le contenu (Soumis à modération)

Le contenu de ce champ est gardé secret et ne sera pas montré publiquement.
Refresh Type the characters you see in this picture. Type the characters you see in the picture; if you can't read them, submit the form and a new image will be generated. Not case sensitive.  Switch to audio verification.

La newsletter de Aldeah.org

S'abonnez au bulletin d'information