Langue

L'exploitation du gaz de schiste n'est pas une priorité pour l'Algérie selon Rebrab

Version imprimableVersion imprimableSend by emailSend by email
Loin des appréhensions environnementales provoquant une contestation qui dure depuis 45 jours à In Salah, au sud du pays, ainsi que des tentatives de réassurance de la part du gouvernement, l’exploitation du gaz de schiste n’est pas "une priorité" économique pour l’Algérie, selon Issad Rebrab.

Pour le patron du groupe Cévital, l’Etat s’est concentré uniquement sur "la richesse très simple à tirer du sous-sol algérien, alors qu’il y a des centaines de richesses qu’on peut créer".

S’exprimant devant la presse samedi 14 février à l’hôtel Aurassi à Alger, en marge de la conférence Fikra à laquelle il a participé, l’homme d’affaires algérien a estimé que "tout est à faire dans notre pays".

Afin d’assurer la diversification économique et d’en finir avec la dépendance de la rente des hydrocarbures, il a énuméré les domaines "tout à fait à notre portée" à développer : La pétrochimie, la transformation agro-alimentaire, des possibilités dans la sidérurgie, la construction navale ou encore la construction automobile.

"Des richesses à créer avec nos jeunes d’aujourd’hui, il suffit de les encourager, leur donner une formation, les encadrer. Ils peuvent faire de l’Algérie un pays développé où il ferait bon de vivre", a martelé M. Rebrab avant d’ajouter: "Je ne vois pas pourquoi on se concentre aujourd’hui uniquement sur une ressource naturelle, ou même deux ressources naturelles".

Et même si on doit impérativement continuer à le faire, le conférencier a estimé que le potentiel algérien en hydrocarbures conventionnels n’a pas été complètement exploré pour justifier le recours au gaz de schiste. "Je ne suis pas un expert, mais je pense qu’avant d’en arriver au gaz de schiste, nous avons un territoire très vaste [pour continuer à explorer] des hydrocarbures traditionnels. Il y a encore à faire, la priorité aujourd’hui n’est pas au niveau du gaz de schiste".

La chute des cours de pétrole implique la hausse des prix des produits Cévital

En raison de la chute des prix du pétrole, le dinar algérien a perdu plus de 15% de sa valeur en quelques mois, "et ça va se répercuter sur les prix à la consommation ici, c’est évident", a par ailleurs indiqué la PD-G de Cévital.

"Cévital est l’exportateur le plus important en Algérie hors hydrocarbures » selon M. Rebrab qui indique que son groupe va "de plus en plus augmenter ses exportations" suite à la chute de la valeur du dinar.

"Maintenant, ça va influer sur les prix de tous les produits vendus à la consommation en Algérie, mais ça va donner un coup de pouce à l’exportation hors hydrocarbures", a-t-il ajouté.

 

http://www.huffpostmaghreb.com/2015/02/15/rebrab-gaz-de-schiste-pri_n_6685080.html?utm_hp_ref=algeria

Autres langues

Pays

Entreprises

Organisations

Commentaires

 

Commenter le contenu (Soumis à modération)

Le contenu de ce champ est gardé secret et ne sera pas montré publiquement.

La newsletter de Aldeah.org

S'abonnez au bulletin d'information