Langue

L'or des autres - En salle 20 janvier - bande-annonce

Version imprimableVersion imprimableSend by emailSend by email

Confrontées à l'implacable Loi sur les mines, qui priorise le droit d'exploiter les ressources souterraines plutôt que le droit à la propriété, de nombreuses familles et personnes âgées doivent faire une croix sur certains éléments patrimoniaux ainsi qu'à une partie de leur mode de vie. Une famille ayant vécu les expropriations de Thetford Mines les revit cette fois en Abitibi, tandis que d'autres citoyens se réjouissent des opportunités d'affaires. Mis à part les dommages collatéraux qu'une mine à ciel ouvert puisse occasionner en milieu urbain, le documentaire "L'or des autres" s'interroge sur l'acceptabilité sociale d'un projet minier controversé dans une région qualifiée de « région ressource ». http://www.lordesautres.com/

Bande d'annonce :

See video

Depuis 2008 Simon Plouffe élabore un documentaire sur la polémique entourant l’exploration minière à ciel ouvert au Québec en prenant l’exemple du dossier de la Canadian Malartic en Abitibi-Témiscamingue.

La venue de l’entreprise minière Osisko crée beaucoup d’émoi à Malartic, petite communauté de 3600 âmes en Abitibi. L’implacable loi sur les mines priorise le droit d’exploiter les ressources souterraines plutôt que le droit à la propriété. De nombreuses familles et personnes âgées doivent donc faire une croix sur certains éléments patrimoniaux ainsi que sur une partie de leur mode de vie.
Le film L’or des autres raconte les turbulences que l’implantation d’une mine d’or à ciel ouvert, la plus importante au Canada, provoque en plein coeur d’une ville.

Parler de ce dossier de « méga-mine » à ciel ouvert en milieu urbain s’avère essentiel puisqu’il crée tout un précédent en Abitibi-Témiscamingue de même qu’ailleurs au Québec. Auparavant, cette région avait pratiquement connu que les mines à exploitation souterraine. Ce projet vient ébranler les valeurs identitaires d’une communauté en détruisant le patrimoine d’un quartier historique de la ville. Malgré la construction de nouveaux édifices, cinq institutions incluant deux écoles seront détruites et c’est ce que plusieurs personnages déplorent entre autres dans cette aventure.

Autres langues

Pays

Conflit

Entreprises

Organisations

Commentaires

 

Commenter le contenu (Soumis à modération)

Le contenu de ce champ est gardé secret et ne sera pas montré publiquement.
Refresh Type the characters you see in this picture. Type the characters you see in the picture; if you can't read them, submit the form and a new image will be generated. Not case sensitive.  Switch to audio verification.

La newsletter de Aldeah.org

S'abonnez au bulletin d'information