Langue

STOP et NON AUX HYDROCARBURES DE SCHISTES ! (agglutination)

Gaz de schiste : l'espoir de Valérie Durand - La Nouvelle Union

Google actu "Schiste" - jeu, 02/11/2017 - 18:52

La Nouvelle Union

Gaz de schiste : l'espoir de Valérie Durand
La Nouvelle Union
«C'est pour des questions d'argent qu'on veut explorer et exploiter le gaz de schiste», a-t-elle répondu à la deuxième question. «Il n'y a pas d'économie sur une planète morte», écrit-elle dans la lettre qu'elle acheminera à la sous-ministre. «Nous qui ...

La production de gaz de schiste d'Haynesville augmente à son plus ... - LeGazdeSchiste

Google actu "Schiste" - mer, 01/11/2017 - 20:53

LeGazdeSchiste

La production de gaz de schiste d'Haynesville augmente à son plus ...
LeGazdeSchiste
Les récentes augmentations de l'activité de forage et des taux de production des puits font inévitablement croître les niveaux de production de gaz naturel sur le site d'Haynesville (Louisiane), selon l'étude Perspectives énergétiques à court terme de ...

L’UE enlisée dans le gaz – Les lobbies derrière la politique européenne de développement des infrastructures gazières

Gaz de Schistes Provence - mer, 01/11/2017 - 09:36
source: observatoire des multinationales

Publié le : 31 octobre 2017

Alors que la conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP23) débute ce lundi 6 novembre à Bonn, Corporate Europe Observatory, l’Observatoire des multinationales, les Amis de la Terre et Attac France publient un nouveau rapport intitulé L’Europe enlisée dans le gaz – Les lobbies derrière la politique européenne de développement des infrastructures gazières. Il révèle que l’industrie gazière a dépensé plus de 100 millions d’euros en 2016 pour son lobbying auprès des institutions européennes en vue de la construction de nouvelles infrastructures gazières inutiles – y compris en France – et contradictoires avec les engagements pris dans le cadre de l’Accord de Paris.

Avec des moyens considérables – plus de 100 millions d’euros dépensés, mille lobbyistes enregistrés –, les lobbies de l’industrie gazière ont organisé plus de 460 réunions de haut niveau avec les plus hauts responsables climat et énergie de l’UE. Le rapport retrace comment leur présence au cœur des processus de prise de décision ont conduit la Commission et les États membres à promouvoir la construction de nouveaux projets d’infrastructures gazières très controversés qui ne répondent ni aux besoins énergétiques ni aux exigences climatiques de l’Europe. Face à cela, la société civile doit se contenter d’à peine de 3% de leurs moyens pour mener à bien son travail de plaidoyer, et ont obtenu neuf fois moins de rencontres avec ces mêmes haut responsables européens.

Pour Pascoe Sabido, chargée de campagne climat au Corporate Europe Observatory, « cet intense lobbying a conduit les décideurs européens à reprendre à leur compte l’affirmation infondée selon laquelle le gaz serait une source d’énergie ’propre’ complémentaire aux énergies renouvelables, justifiant ainsi la construction d’une nouvelle génération d’infrastructures gazières totalement inadaptées ; il est temps que l’UE tienne le lobby gazier aussi éloigné que possible des espaces de décision, que ce soit à l’ONU, à Bruxelles ou dans les capitales européennes ».

Le rapport montre que la France, qui a interdit la fracturation hydraulique dès 2011 et s’apprête aujourd’hui à adopter la Loi Hulot sur les hydrocarbures, est néanmoins loin d’être exemplaire. Pour Olivier Petitjean, de l’Observatoire des multinationales, « les grandes multinationales françaises de l’énergie – Total, Engie et EDF – sont toutes impliquées dans des grands projets d’infrastructures gazières, et elles participent à l’offensive de lobbying de l’industrie à Bruxelles et dans les capitales européennes pour préserver leurs intérêts. Le territoire français est directement concerné avec un nouveau terminal méthanier inauguré en 2017 à Dunkerque par EDF et deux projets de gazoducs, MidCat et Éridan, qui posent question de par leur coût, leurs implications pour les émissions de gaz à effet de serre, ainsi que pour les risques environnementaux directs qu’ils comportent ».

Pour Cécile Marchand des Amis de la Terre, « l’extraction et le transport des gaz conventionnels et non conventionnels ont de graves répercussions sociales et environnementales dans le monde entier, qui ne feront que s’accroître avec le développement de nouvelles infrastructures gazières en Europe. Il est temps de mettre fin à la fable du gaz propre pouvant servir d’énergie de transition puisque le méthane est l’un des gaz à effet de serre les plus nocifs pour le climat ».

« Loin d’être un compagnon des énergies renouvelables, le gaz est leur concurrent, conclut Maxime Combes, d’Attac France. L’UE et les États membres doivent arrêter d’approfondir notre dépendance aux combustibles fossiles en gaspillant des dizaines de milliards d’euros d’argent public qu’il faudrait plutôt investir urgemment dans la transformation de notre système énergétique afin de le rendre compatible avec les engagements pris dans le cadre de l’Accord de Paris ».

Lire le rapport L’Europe enlisée dans le gaz – Les lobbies derrière la politique européenne de développement des infrastructures gazières, ainsi que notre article de présentation : Sous l’influence des industriels, l’Europe s’enferme dans un carcan de gazoducs et de terminaux méthaniers.


Hydrocarbures de schistes : ce n'est pas fini! Le Sénat siphonne la ... - Le Club de Mediapart (Blog)

Google actu "Schiste" - mar, 31/10/2017 - 00:58

Le Club de Mediapart (Blog)

Hydrocarbures de schistes : ce n'est pas fini! Le Sénat siphonne la ...
Le Club de Mediapart (Blog)
Certaines associations de défense de l'environnement trouvaient que Nicolas Hulot avait été un peu timoré pour interdire l'exploitation des hydrocarbures en France... Malheureusement, le texte de loi proposé par le Ministre de la transition écologique ...

Le baril de pétrole dépasse les 60 dollars: et s'il grimpait jusqu'à 80 ... - Sputnik France

Google actu "Schiste" - lun, 30/10/2017 - 14:06

Sputnik France

Le baril de pétrole dépasse les 60 dollars: et s'il grimpait jusqu'à 80 ...
Sputnik France
Et bien que le thème des compagnies de schiste soit controversé, la semaine dernière est apparue une nouvelle publication sur le déclin de la révolution de schiste. Le journal Financial Times note que ces dernières années sont apparus des signes clairs ...
Pétrole à 60 dollars: le prix du baril va-t-il s'envoler d'ici la fin de l ...Challenges.fr
L'Algérie face aux nouvelles mutations énergétiques mondiales ...Maghreb Emergent
Pétrole : le cours du Brent atteint un sommet de deux annéesCap Algérie

16 autres articles »

Défis environnementaux du gaz du schiste : Du modèle américain à ... - Maghreb Emergent

Google actu "Schiste" - dim, 29/10/2017 - 21:02

Maghreb Emergent

Défis environnementaux du gaz du schiste : Du modèle américain à ...
Maghreb Emergent
Par ailleurs, n'est-il pas osé d'ouvrir tout le territoire algérien à la prospection de gaz de schiste ? La question reste posée et à première vue elle le restera pour toujours. Il aurait été plus judicieux d'ouvrir des zones de prospection témoins au ...

et plus encore »

Défis environnementaux du gaz du schiste: Du modèle américain à l ... - Maghreb Emergent

Google actu "Schiste" - sam, 28/10/2017 - 17:39

Défis environnementaux du gaz du schiste: Du modèle américain à l ...
Maghreb Emergent
Dans la troisième partie de la contribution « Défis environnementaux du gaz du schiste : Du modèle américain à l'aventure », l'auteur aborde la question de l'aval gazier mais surtout la rentabilité du GNL produit. III. GNL, la phase d'après ou l ...

Défis environnementaux du gaz du schiste: Du modèle américain à l ... - Maghreb Emergent

Google actu "Schiste" - sam, 28/10/2017 - 17:39

Maghreb Emergent

Défis environnementaux du gaz du schiste: Du modèle américain à l ...
Maghreb Emergent
Dans la troisième partie de la contribution « Défis environnementaux du gaz du schiste : Du modèle américain à l'aventure », l'auteur aborde la question de l'aval gazier mais surtout la rentabilité du GNL produit. III. GNL, la phase d'après ou l ...

et plus encore »

Prudence sur la rémontée des cours du pétrole - Le Monde

Google actu "Schiste" - sam, 28/10/2017 - 07:38

Le Monde

Prudence sur la rémontée des cours du pétrole
Le Monde
Surtout, les producteurs de pétrole de schiste américains, qui ont déstabilisé le marché en 2015 en l'inondant et en tirant les prix vers le bas, semblent montrer quelques signes de fatigue. « Plusieurs signaux permettent de penser que la production ...

«Il n'y a pas d'exploitation du gaz de schiste à l'horizon» - Le Courrier Sud

Google actu "Schiste" - ven, 27/10/2017 - 15:09

Le Courrier Sud

«Il n'y a pas d'exploitation du gaz de schiste à l'horizon»
Le Courrier Sud
POLITIQUE. En réaction aux inquiétudes soulevées par des personnes et des groupes qui expriment toujours des craintes face aux intentions de certains promoteurs liés à l'exploitation du gaz de schiste, le député de Nicolet-Bécancour Donald Martel tient ...

Le pétrole soutenu par les incertitudes en Irak et le schiste américain - Zonebourse.com

Google actu "Schiste" - lun, 23/10/2017 - 20:10

Le pétrole soutenu par les incertitudes en Irak et le schiste américain
Zonebourse.com
Par ailleurs, la production de pétrole de schiste aux Etats-Unis montrait des signes de faiblesse après la publication des statistiques hebdomadaires de l'entreprise Baker Hughes vendredi, évoquant une baisse du nombre de puits actifs pour la troisième ...

et plus encore »

Le pétrole soutenu par les incertitudes en Irak et le schiste américain - Zonebourse.com

Google actu "Schiste" - lun, 23/10/2017 - 20:10

Le pétrole soutenu par les incertitudes en Irak et le schiste américain
Zonebourse.com
Par ailleurs, la production de pétrole de schiste aux Etats-Unis montrait des signes de faiblesse après la publication des statistiques hebdomadaires de l'entreprise Baker Hughes vendredi, évoquant une baisse du nombre de puits actifs pour la troisième ...

et plus encore »

Ouyahia est-il un Rainilaiarivony algérien ? -- Omar CHAALAL - Le Grand Soir.info

Google actu "Schiste" - lun, 23/10/2017 - 19:55

Le Grand Soir.info

Ouyahia est-il un Rainilaiarivony algérien ? -- Omar CHAALAL
Le Grand Soir.info
L'exploration du gaz de schiste est une opération incertaine et à haut risque. Elle est très hâtive en Algérie. L'Algérie ne possède ni la technologie ni les lois qui ...

et plus encore »

“Le gaz de schiste n'est pas rentable en Algérie” - Liberté-Algérie

Google actu "Schiste" - lun, 23/10/2017 - 12:00

Liberté-Algérie

“Le gaz de schiste n'est pas rentable en Algérie”
Liberté-Algérie
L'exploitation du gaz de schiste n'est pas possible dans le pays en raison des énormes moyens financiers devant être mobilisés annuellement pour extraire ces ressources non conventionnelles. Liberté : Comment commentez-vous la relance par le ...

Défis environnementaux du gaz du schiste: Du modèle américain à l ... - Maghreb Emergent

Google actu "Schiste" - lun, 23/10/2017 - 09:56

Maghreb Emergent

Défis environnementaux du gaz du schiste: Du modèle américain à l ...
Maghreb Emergent
Les bassins d'hydrocarbures algériens consistent dans deux formations de gaz et de pétrole, le schiste du Silurien Tannezuft et celui du Dévonien frasnien. Une analyse de l'AIE[1] a examiné sept des bassins de gaz et de pétrole de schiste, soit les ...
Ouyahia est-il un Rainilaiarivony algérien ?Le Grand Soir.info

2 autres articles »

Algérie - Gaz de schiste : le gouvernement persiste et signe - Yahoo Actualités

Google actu "Schiste" - sam, 21/10/2017 - 22:53

Yahoo Actualités

Algérie - Gaz de schiste : le gouvernement persiste et signe
Yahoo Actualités
Le 1er octobre dernier, le Premier ministre Ahmed Ouyahia a publiquement demandé au groupe pétrolier algérien Sonatrach d'« investir dans le domaine du gaz du schiste ». Et, comme pour parer aux nombreuses oppositions de la société civile, notamment ...

[Contribution]-Défis environnementaux du gaz du schiste : Du ... - Maghreb Emergent

Google actu "Schiste" - sam, 21/10/2017 - 19:50

Maghreb Emergent

[Contribution]-Défis environnementaux du gaz du schiste : Du ...
Maghreb Emergent
En1980, le gouvernement fédéral des États-Unis a introduit le crédit de la production du carburant alternatif à la législation, en vertu de l'article 29 de l'Internal ...

et plus encore »

[Contribution]-Défis environnementaux du gaz du schiste : Du ... - Maghreb Emergent

Google actu "Schiste" - sam, 21/10/2017 - 19:50

Maghreb Emergent

[Contribution]-Défis environnementaux du gaz du schiste : Du ...
Maghreb Emergent
Celui-ci prévoyait un crédit d'impôt sur le revenu pour le pétrole et gaz produits à partir des ; schistes, sables bitumineux, saumures géo-pressurées, les couches de charbon, formations serrées ou tight ou de la biomasse sous ses formes liquides ...

et plus encore »

MEDIAPART : le gouvernement d’Edouard Philippe ne renégociera pas le CETA

Gaz de Schistes Provence - sam, 21/10/2017 - 18:22

Médiapart : ARTICLE PUBLIÉ LE VENDREDI 20 OCTOBRE 2017 PAR CHRISTOPHE GUEUGNEAU ET ELLEN SALVI

CETA: le gouvernement français ne renégociera pas l’accord.Voici un article sur les intentions du Gouvernement, qui seront annoncées le 25 Octobre. Pas de surprise à attendre.

JLR

Le premier ministre Édouard Philippe devrait annoncer……lire la suite en cliquant ICI 

La défiance de certains députés LRM vis-à-vis du CETA inquiète le gouvernement français !!!

Gaz de Schistes Provence - sam, 21/10/2017 - 17:45

LE MONDE | 18.10.2017 à 10h30 • Mis à jour le 18.10.2017 à 10h59 | Par Manon Rescan et Cécile Ducourtieux (Bruxelles, bureau européen)

Les élus, qui devront ratifier le texte, réclament plus de transparence sur l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada. Le gouvernement doit présenter un plan d’action pour prendre en compte les recommandations du comité d’experts le 25 octobre.

Une majorité des eurodéputés français – dont les écologistes – se sont opposé à la ratification du CETA par le Parlement européen, le 15 février 2017.Attention terrain glissant. L’accord de libre-échange entre l’Europe et le Canada (CETA) fait partie de ces dossiers délicats sur lesquels les députés de La République en marche (LRM), aux parcours et visions hétéroclites, pourraient s’écharper. Le traité fait l’objet d’une vive opposition d’acteurs de la société civile, qui lui reprochent de favoriser les intérêts des multinationales au détriment des citoyens et de la planète. Des critiques auxquelles une partie des députés de la majorité, issus des milieux écologistes, associatifs ou encore du monde agricole, ne sont pas sourds.

Cette défiance de certains députés LRM inquiète le gouvernement au moment où la France doit, comme tous les autres pays de l’Union européenne, ratifier définitivement un traité appliqué provisoirement en Europe depuis le 21 septembre. Si le Parlement français refusait de donner son feu vert à cet accord, la France se retrouverait dans une position très inconfortable à Bruxelles, avec un gouvernement en ayant accepté les termes (à l’automne 2016), mais une représentation nationale les rejetant. Dans cette situation, la marge de manœuvre de la Commission européenne, afin d’« améliorer » le CETA pour qu’il convienne davantage aux élus hexagonaux, serait particulièrement étroite.

C’est entre autres parce qu’il anticipe ce risque que le chef de l’Etat tente, depuis quelques jours, un bras de fer avec Bruxelles. Emmanuel Macron a réclamé qu’un débat sur la stratégie commerciale de l’Union ait lieu lors du Conseil européen des 19 et 20 octobre. Il entend demander à la Commission et à ses pairs une « pause » dans un agenda jugé très dense. Trop même, pour des opinions publiques de plus en plus allergiques au libre-échange.

Comité d’experts

A l’Assemblée nationale, LRM a tenté de dépasser ses antagonismes en constituant un groupe de travail rassemblant des partisans et des opposants au texte. Ils ont adressé, mardi 17 octobre, une lettre au premier ministre formulant des propositions issues de leur réflexion, inspirée des conclusions d’un comité d’experts sur le traité, créé à la demande d’Emmanuel Macron, et qui en avait livré une vision très critique. Dans ce courrier, que Le Monde a pu consulter, les députés, emmenés par Jacques Maire, un ancien diplomate élu dans les Hauts-de-Seine, défendent des recommandations qui, écrivent-ils, « offrent des garanties aux parties prenantes et à la représentation nationale face aux craintes légitimes exprimées par la société civile ».

Lire aussi :   LRM face au risque d’éparpillement à l’Assemblée

Les députés insistent notamment sur le besoin de plus de transparence sur la mise en œuvre du CETA, en étant associés au comité de suivi de son application, et demandent d’étendre le moratoire sur les OGM afin de permettre de meilleurs contrôles sur les viandes et poissons importés du Canada.

Des propositions concrètes et « ambitieuses », se félicite Jacques Maire, mais cependant assez peu contraignantes pour le gouvernement en l’état. A aucun moment, les députés ne conditionnent la ratification du traité à leur prise en compte. « Nous travaillons au sein d’une majorité, nous sommes dans un rapport de confiance, pas de contrainte », estime le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe, Jean-Baptiste Lemoyne.

Convaincre les élus

Ces demandes ne devraient en outre pas mettre le gouvernement en porte-à-faux avec Bruxelles. Ils reconnaissent l’intérêt du CETA pour les exportations européennes, et françaises particulièrement, et ne réclament pas qu’il soit renégocié. « Il est hors de question de détruire l’acquis surtout au moment où l’on parle de déficit commercial de la France et de retour à la compétitivité du pays », confirme M. Maire. Leurs propositions vont, par ailleurs, dans le sens de ce que préconise Bruxelles : exigence de transparence dans les négociations et plus de débats au sein des Parlements nationaux en amont de la négociation des traités commerciaux.

La prochaine étape est fixée à la semaine prochaine. Le gouvernement doit présenter un plan d’action pour prendre en compte les recommandations du comité d’experts le 25 octobre. « Ces propositions vont naturellement le nourrir », affirme M. Lemoyne. « On sait que l’on sera entendu », assure M. Maire. Le gouvernement doit en tout cas convaincre une très large majorité des élus LRM, car l’opposition risque de se saisir du CETA pour le chahuter. Au Parlement européen, en février, les eurodéputés français avaient très majoritairement voté contre le traité : l’essentiel des élus LR et l’intégralité des socialistes l’ont rejeté.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2017/10/18/la-defiance-de-certains-deputes-lrm-vis-a-vis-du-ceta-inquiete-le-gouvernement_5202527_823448.html#WFDswU7IJkmzRdFI.99

Syndiquer le contenu