La « mine responsable » n'est pas pour demain