Langue

Procès contre Chevron Texaco en Equateur

Version imprimableVersion imprimableSend by emailSend by email

En mai 2003 s’ouvre en Equateur le « procès environnemental du siècle » contre la compagnie pétrolière étatsunienne Chevron-Texaco.
Une douzaine de communautés souffrent jusqu’à ce jour des conséquences de la pollution générée par les activités de la compagnie pétrolière dans la forêt amazonienne. En 28 ans de présence, Texaco a contaminé une vaste zone du territoire national, rejetant des déchets toxiques et des « eaux de formation » (eaux utilisées dans le processus d’exploitation pétrolière) dans les estuaires et les fleuves utilisés par plus de 30 000 personnes comme source d’eau potable, d’irrigation et de pêche. La pollution très importante des eaux et des sols a des conséquences catastrophiques pour la santé des populations de la zone, où les taux enregistrés de cancers, leucémies, problèmes digestifs et respiratoires sont sensiblement supérieurs à ceux du reste du pays. De nombreuses personnes ont dû abandonner leurs terres et ceux qui restent n’ont d’autre choix que de consommer une eau au goût de pétrole et de cultiver des terres empoisonnées.

Les enjeux du procès contre Texaco sont de première importance: outre la mise en accusation des intérêts économiques privés qui poussent à l’exploitation des ressources naturelles sans prise en compte des impacts pour l’environnement et la santé, il s’agit aussi de la défense des droits des peuples indigènes et de leurs modes de vie.


Chronologie rapide du procès:

  • 1993 : La première plainte est présentée par les communautés affectées devant la Cour fédérale de New York
  • 2002 : La Cour d’appel de New York renvoie l’affaire devant les tribunaux équatoriens. Le procès de Chevron Texaco est un cas sans précédent : c’est la première fois qu’une transnationale pétrolière doit comparaître devant la justice d’un pays de « Tiers monde » suite à une plainte déposée par des particuliers
  • 2003 : Une plainte est déposée à la Cour Supérieure de Nueva Loja
  • 2005 : Chevron multiplie des manœuvres visant à saboter l’inspection des sites contaminés
  • 2006 : Le gouvernement de l’Equateur accuse Chevron Texaco de fraude dans son programme de réparation des dommages

Pour en savoir plus :

« Texaco demeura au pays pendant 28 ans, fora 339 puits, lâcha quotidiennement dans l’environnement plus de 22 millions de litres de déchets industriels, brûla 10 millions de pieds cubiques par jour, versa 16,8 millions de barils de cru, causa la déforestation de plus d’un million d’hectares de forêts tropicales humides. Avec ses opérations, Texaco bouleversa les populations indigènes Cofan, Siona, Secoya, Huaorani, Kichwa et Colonos, et les amena à un état proche de la disparition. De plus, la venue de cette entreprise accélera le processus d’extinction des communautés Tetete et Sansahuari ». Jose Proaño, Situation de desastre ? Problématique pétrolière en Equateur. Le Jouet Enragé. Novembre 2006. http://lejouetenrage.free.fr/net/spip.php?article126

Commentaires

le documentaire sur planete

le documentaire sur planète est très fort, cela prouvent qu'il y à deux poids deux mesures quand cela concerne des sociétés américaines et qu'elle ne pense pas à la vie humaine

Amazone

Allez Texaco, vas-y ! Finissons-en avec les forêts et puis on verra bien.

Projet de campagne " du goudron et des plumes pour Texaco "

En attendant des sanctions et des règlementations contraignantes au niveau mondial, pourquoi ne pas organiser des manifestations au siège de Texaco avec distribution de plumes et de goudron pour tous les actionnaires et employés de Chevron Texaco ??

 

Commenter le contenu (Soumis à modération)

Le contenu de ce champ est gardé secret et ne sera pas montré publiquement.

La newsletter de Aldeah.org

S'abonnez au bulletin d'information