Langue

Reponse des collectifs anti-gaz et petrole de schiste aux propos de Philippe chalmin dans marianne du 11 fevrier 2013.

Version imprimableVersion imprimableSend by emailSend by email
Source de l'article de presse
Auteur de l'article de presse: 
Collectif Carmen
Date de publication: 
Samedi, 23 Février, 2013

En réaction à une tribune parue dans le magazine Marianne le gaz de schiste, nouvel étendard de la "pensée verte"  voici la réponse des collectifs anti gaz et pétrole de schiste

Non, Mr Chalmin, le front du refus ne joue pas sur la peur ! la Gauche à la Droite, il passe également et, de plus en plus, par des Citoyens de tous bords, avec ou sans étiquette politique, qui ne jouent pas, quand ils se retrouvent unis sur le front du refus au nom de la raison et du principe de précaution.

Non, Mr Chalmin, la France et l'Europe ne sont pas les Etats-Unis et ce n'est pas en allant piocher dans notre sous-sol des hydrocarbures de roche-mère, appellation pour l'exploitation des ressources du sous-sol français, que nous atteindrons une plus grande indépendance énergétique. D'une part, parce que les pétroliers et géologues eux-mêmes avouent que le potentiel des réserves existantes n'est pas connu et souvent surestimé. D'autre part, parce que, et vous omettez de le dire, le coût des recherches de ces énergies fossiles sera 2 à 3 fois supérieur en Europe par rapport aux Etats-Unis (Etude de 2010 de l'Oxford Institute of Energy Studes et validée par l'AIE). Vous oubliez également de parler des subventions dont bénéficient les sociétés pétrolières américaines, qui faussent le résultat de la rentabilité de cette exploitation outre-atlantique.

Oui, Mr Chalmin, cela se fait au prix non seulement d'un massacre environnemental et l'Environment Protection Agency, administration bien connue et respectée aux Etats Unis, dans ses nombreuses mises en garde, depuis maintenant une dizaine d'années, en atteste, mais également au prix d'un massacre sanitaire, en attestent les nombreux rapports scientifiques indépendants (Institut Cornwell, rapport Bamberger et Oswald, etc…) et les nombreux témoignages d'habitants de Pennsylvanie, entre autres, que les sociétés pétrolières approvisionnent en eau potable et qui parlent de maux de tête, d'allergies, etc…sans parler de la mort du bétail attiré par la salinité des eaux de forage rejetées. Pour votre information, le New York Times, s'en est fait l'écho dans ses colonnes à plusieurs reprises.

Oui, Mr Chalmin, il existe en France, de plus en plus de rapports scientifiques indépendants que vous auriez pu citer mais il semble que vous n'en ayez pas connaissance, le rapport du Professeur Picot, celui de l'Université de Montpellier, le rapport commandé par le Conseil Général d'Ile de France, entre autres et qui confirment, bien loin d'un débat que vous estimez surréaliste, que l'exploitation des hydrocarbures de roche-mère représente un danger bien réel pour notre eau, notre santé et notre avenir.
Oui, Mr Chalmin, les Gaulois font de la résistance. C'est qu'ils y tiennent à leur Gaule ! A son histoire, à son patrimoine culturel, vieux de plusieurs millénaires, à ses paysages. Nous faisons partie de cette vieille Europe, celle-là même d'où sont partis ceux qui ont découvert, il n'y a que quelques siècles, l'Amérique. On ne peut comparer que ce qui est comparable. Ici, nous ne serons jamais aux Etats- Unis, le souci de préserver ce qui l'a faite, est viscéralement ancré, dans la conscience collective citoyenne française. La France n'est pas à vendre sur l'autel de lobbies sans scrupules.
Oui, Mr Chalmin, on est à la traîne quand on refuse la fin d'une manne comme celle des énergies fossiles. On est à la traîne quand on refuse de tourner la page et d'anticiper en privilégiant la recherche et l'innovation d'autres technologies propres, sans risques pour l'avenir de nos enfants. Aux Etats-Unis, dont vous parlez tant, le recours à l'exploitation des gaz de schiste a retardé fortement la recherche et le développement d'autres énergies renouvelables moins polluantes comme le solaire et l'éolien (Faith Birol de l'AEI,2011), qui sont aussi des secteurs potentiellement générateurs de richesses et d'emplois, avec des conséquences environnementales et sociétales beaucoup moins lourdes. On est à la traîne quand on ne prend pas conscience, qu'il faut trouver les moyens d'économiser l'énergie, pour en consommer moins.
La presse s'en fait peu l'écho, elle préfère mettre en avant des propos "d'un autre siècle". Cependant, aujourd'hui, il existe en France dans certaines écoles et universités, toute une génération de jeunes chercheurs inventifs et créatifs en développement durable, en biotechnologies végétales, en croissance verte, comme vous la nommez si bien. Ayez un peu de respect pour eux, ils travaillent pour l'avenir, un avenir sans hydrocarbures de roche-mère, et si le prix à payer pendant quelques décennies encore, c'est celui du gaz importé de Russie, ce ne sera pas cher payé, compte-tenu de ce que vous et vos amis, comme Mr Louis Gallois, nous proposaient !
La transition énergétique, c'est le pari raisonnable et raisonné d'un certain nombre de citoyens qui vivent au XXIe siècle, siècle dont on retiendra, en économie, qu'il sera celui de la fin du dictat du pétrole et des pétroliers !
Collectif Carmen, Collectif Ile de France, Collectif Bocage Gâtinais, Collectif Pays Fertois,
Collectif Florac, Collectif du Narbonnais, Collectif Stop-Pétrole-de-Schiste 77,
Collectif Briard, Collectif 38, Collectif Nord-Pas de Calais,
Collectif 59 Hainaut Avenir Environnement, Collectif Roynac 26,
Collectif anti-gaz de schiste Anduze (Gard), Collectif Gard Rhodanien,
Collectif Stop au gaz de schiste du Jura, Collectif Non aux forages pétroliers du Haut-Doubs

Autres langues

Pays

Organisations

Commentaires

 Je regrette seulement que

Je regrette seulement que notre collectif n'ai pas sa signature a la fin de cette lettre.

 

Commenter le contenu (Soumis à modération)

Le contenu de ce champ est gardé secret et ne sera pas montré publiquement.

La newsletter de Aldeah.org

S'abonnez au bulletin d'information