Langue

Résistances

Brèves

Votation populaire à Temacapulín, Jalisco (Mexique): 99% pour le “Non au barrage El Zapotillo”

Après la troisième rencontre internationale des personnes affectées par les barrages et leurs alliés, lors de la votation populaire qui a lieu le 7 et le 8 Janvier derniers, la mention "Non au barrage el Zapotillo" obtient 99% des voix. Le projet de construction du barrage el Zapotillo initié en 2005 par les Gouvernements fédéral et étatique de Jalisco et Guanajuato, à travers de la Commission nationale de l’eau (CONAGUA) et les Commissions étatiques de l’eau (CEA) de Jalisco et Guanajuato, aurait pour conséquences de détruire le cours naturel de la rivière Verde, menaçant d’inonder les communautés de Temacapulín, Acasico et Palmarejo où habitent 1000 personnes. Ces dernières verraient leurs droits bafoués et seraient déplacées, devant abandonner leur village, leur patrimoine familial, historique et culturel, ainsi que les 4816 hectares de terres fertiles desquelles elles dépendent.

Lire la suite »

Costa Rica se déclare territoire intérdit aux mines de métaux à ciel ouvert

Mardi dernier, à l'issue du second et dernier débat autour de ce thème, le Congrès de Costa Rica a approuvé à l'unanimité la réforme légale qui déclarera le pays comme « une nation libre de l'industrie minière d'extraction des métaux à ciel ouvert ». Lire la suite »
Source externe

Documents

LETTRE DES MOUVEMENTS SOCIAUX DES AMERIQUES

Information Communiqué
Date de publication: 
Vendredi, 30 Janvier, 2009

POUR CONSTRUIRE L’INTEGRATION A PARTIR DES PEUPLES
POUR PROMOUVOIR ET IMPULSER L’ALBA ET LA SOLIDARITE DES PEUPLES, FACE AU PROJET IMPERIALISTE

1. Le capitalisme est entré dans une crise profonde, qui tente de se décharger sur nos peuples

Le capitalisme central est secoué par une crise structurelle. Celle-ci questionne les paradigmes diffusés par le néolibéralisme et favorise sa propre délégitimisation. C'est une crise du système, celui qui génère la surproduction de marchandises et la suraccumulation de capitaux et dont la « volte-face » est l'augmentation brutale de la pauvreté, les inégalités, l'exploitation et l'exclusion des peuples, tout comme le pillage, les pollutions et la destruction de la nature.