Langue

Résistances

Articles

Chili : Marche des mères des grevistes de la faim mapuche - 29/09/2010,Temuco

Le 29 septembre, en répondant al appel de Juana Calfunao, dirigeante mapuche et mère de l'un des prisonniers politiques en grève de la faim, une caravane de mères et femmes mapuche est partie de la ville de Temuco pour Santiago. Les femmes marcheront au palais de la Moneda pour apporter leur soutien aux 34 prisonniers grévistes de la faim et exiger du gouvernement qu'il réponde à leurs demandes : la dérogation de la loi antiterroriste, la fin du double jugement (civil et militaire) et du recours aux « témoins sans visage », un juste procès et la démilitarisation de leurs communautés.

« Les mapuche, nous ne sommes pas terroristes, par conséquent, l'Etat chilien ne peut pas nous juger et nous emprisonner en utilisant cette législation. Nous sommes un peuple ancestralement lié à la terre et depuis plus de 500 ans, nous affrontons ceux qui ont prétendu et prétendent nous envahir pour s'approprier de nos ressources et de notre dignité », dit l'appel de Juana Calfunao.

Lire la suite »

Argentine, le modèle du soja

    
Le soja a été introduit en Argentine dans les années 1960, au début de ladite « révolution verte », qui a généralisé le modèle d'agriculture intensive orientée à l'exportation, soutenu par les institutions financières internationales. En 1996, le soja RR (Soja Roundup Ready) fait son entrée sur le marché argentin. Semence OGM (génétiquement modifiée), il est particulièrement résistant aux épandages du désherbant Roundup, mis au point par la compagnie Monsanto. La culture du soja transgénique est donc inséparable de l'utilisation massive de cet « herbicide total » (c'est à dire non-sélectif), dont la principale composante active est le glyphosate (qui, à forte dose, peut s'avérer extrêmement toxique). En 2004, l'utilisation du Roundup a atteint approximativement 160 millions de litres et ne cesse de s'accroitre en raison des résistances naturelles développées par les plantes. Le recours au Roundup est d'autant plus indispensable que la technique de semis direct, utilisée pour les semailles du soja, consiste à introduire les graines dans le sol directement, sans passer par le labour (autrement dit, désherbage mécanique). Les semences OGM, la technique du semis direct et les épandages du Roundup sont trois composantes étroitement liées, formant un même paquet technologique, celui du modèle du soja.

Unis pour la défense des mangroves

Date de publication: 
Jeudi, 1 Juillet, 2010
Par: 
Anna Bednik

Mangrove en ColombieSur les bords du fleuve Muisne, les dédales des mangliers rouges et l'enchevêtrement de leurs racines aériennes hébergent encore crabes et coquillages. Mais la couverture végétale n'occupe plus qu'une frange très étroite, déchirée par endroits. Derrière, des étendues lisses de piscines d'élevage des crevettes et le bruit des machines pompant l'eau de la rivière. 5, 10, 20, 50 hectares..., ce sont des « petites et moyennes» propriétés (les « grandes » vont jusqu'à 2000 ha). Difficile aujourd'hui de continuer à vivre des mangroves à Muisne, petite île du Pacifique équatorien (Esmeraldas). En Equateur, depuis l'arrivée de l'industrie de la crevette en 1967, 70% des mangroves ont été détruites[1].

« Comme le font les entreprises minières et pétrolières, les « camaroneras» nous ont promis des emplois » - raconte Lider Gongora, président de C-condem (Coordination Nationale pour la Défense de l'Ecosystème des Mangroves), « Certes, au début, ils amènent du travail, celui de couper les mangliers. Après, c'est une autre histoire ». Les mangroves sont considérées par la législation équatorienne comme un « bien national d'utilisation publique » et leur déforestation est illégale... ce qui n'a pas empêché l' installation massive de piscines à crevettes, gérées aussi bien par des particuliers que par des entreprises nationales et étrangères. En 20 ans, l'industrie de la crevette s'est progressivement étalée sur toute la côte équatorienne. A Muisne, elle arrive en 1987, en même temps que (ou à cause de) la route.

Mangroves et « camaroneras »

Résistances - Tous les contenus

Page Lettre d'information du collectif Aldeah - septembre 2014 -
Communiqué Campagne Bang! Ban Cyanide ! Stop ! Interdisons le cyanure !
Communiqué Appel à projets alternatifs autour de Lussat contre la relance minière en Creuse
Article L’Amérique Latine aujourd’hui, vue du bas
Article Le néocolonialisme made in France de Maurel & Prom dans l’Amazonie péruvienne
Petition Appel pour un moratoire du projet de barrage de Sivens et des études indépendantes
Vidéo Non aux mines en Creuse (ni ailleurs)
Article CONGA, La lutte , La mine et Les élections
Événement MANIFESTATION CONTRE LES MINES EN CREUSE suivie d'une conférence de presse
Communiqué Propositions pour une plateforme commune de la montagne limousine
Livre Des mouches dans le bush – La marche des terres minées
Événement Manifestation d'opposition au permis d'exploration d'or et autres métaux de Villeranges (Creuse)
Événement 22 JUILLET 2014 – JOURNÉE MONDIALE CONTRE LA MÉGA-INDUSTRIE MINIÈRE
Petition Non à l'exploitation de nos ressources minières pour un compte privé sur la Butte St Michel - Bretagne
Communiqué Le conseil general Creuse contre les mines d'or [PERM Villeranges]
Petition Petition (cyberaction) contre mines or en Creuse
Événement Programme - TPP Canada
Article de presse Halte à la construction du barrage d’Ilisu – Halte à la destruction et à l’instabilité !
Brève JUSTICE : Victoire des rondes paysannes devant la CIDH
Événement Projection du documentaire "Terre de Schiste"

Brèves

Pérou : « Ley de la selva » partiellement abrogée par le Congrès

Le 23 aout dernier, le Congrès péruvien a voté à une large majorité (66 voix contre 29) l'abrogation des décrets législatifs 1015 et 1073 visant à faciliter la privatisation des terres communales des indigènes au profit de l'exploitation des ressources naturelles (minéraux, gaz et pétrole, bois et agriculture intensive).

Ces décrets, faisant partie d'un paquet législatif dénommé « la loi de la jungle », ont été rédigés dans le cadre d'un plan d'harmonisation de la législation du pays avec le Traité de Libre Commerce (TLC) signé avec les Etats-Unis. Ils simplifiaient les règles de vote au sein des communautés pour la vente des terres communales.