Langue

Résistances

Articles

Tambogrande, Pérou : mangues et citrons plutôt que tout l’or du monde

Comme partout en Amérique latine, les années 1990 ont été placées pour le Pérou sous le signe des politiques de libéralisation et de privatisation ayant pour but d’attirer les investissements étrangers. L’industrie minière est alors considérée comme un des principaux instruments du développement économique du pays.

En 1999, l’entreprise minière canadienne Manhattan Minerals Corporation obtient les droits d’exploitation pour des concessions d’or dans le district de Tambogrande (département de Piura), dans le nord du pays. La population de cette zone (70 000 habitants, environ 60 000 hectares) l’a transformée, depuis les années 1950, en un oasis au milieu du désert. Aujourd’hui, elle vit principalement de l’agriculture et ne compte pas abandonner ses terres et d’accepter la destruction de son milieu de vie.

Par le biais du Front de défense de Tambogrande, les agriculteurs protestent massivement contre le projet minier. En février 2001, ils détruisent les campements de l’entreprise, puis, en juin 2002, organisent un référendum sur l’avenir du projet minier. La population rejette la mine avec 98% de voix. Le referendum de Tambogrande, qui aboutira au départ de l’entreprise minière, fera un cas d’école pour d’autres pays de la région et suscitera de l’espoir pour de nombreux mouvements d’opposition à l’industrie minière.

"No a la mina" à Esquel, Argentine

Date de publication: 
Lundi, 1 Décembre, 2008
Par: 
Aldeah

Esquel (Chubut) est une ville de la Patagonie argentine menacée par la construction d’une mine d’or à sa proximité immédiate (6 km). En mars 2003, la population de Esquel se pronnonce à 81% contre le projet minier, porté par l’entreprise transnationale Meridian Gold.


Ce plébiscite n’empêche cependant pas aux gouvernements national, provincial et municipal de donner le feu vert au projet minier. Les "Voisins Autoconvoqués d'Esquel" (Vecinos Autoconvocados de Esquel) ont alors crée un site Internet www.noalamina.org, pour le coup une vraie « mine » d’information sur les dégâts des industries extractives et les mouvements de résistance qui défient l’industrie et les gouvernements pour sauvegarder l’environnement et défendre leurs droits.

Intag, Equateur : non à la mine de cuivre à ciel ouvert

Rio IntagLa zone d’Intag (environ 1680 km²) correspond à deux-tiers du canton Cotacachi, lui-même appartenant à la province d’Imbabura, située dans le nord-ouest de l’Equateur. Cette région, un réservoir de biodiversité unique au monde est également riche en cuivre. Depuis le milieu des années 1990, pour préserver leur terre et pouvoir décider eux-mêmes de leur avenir, les habitants d’Intag font front aux compagnies minières étrangères. L’exploration minière est dans un premier temps conduite par une filiale de Mitsubishi (Bishi Metals). En 1997, la résistance de la population pousse les Japonais à abandonner leur projet, mais dès 2004 l’entreprise canadienne Ascendant Copper Corporation rachète les concessions.

 

Les politiques de dérégulation des années 1990 et notamment le projet de "développement minier et de contrôle environnemental", financé par un prêt de la Banque mondiale et des donations étrangères, facilitent l'installation des multinationales. La nouvelle Loi Minière met en place des conditions pour "attirer les investissements privés" et transforme les ressources naturelles en objets de spéculation. 

Résistances - Tous les contenus

Événement Notre Dame des Landes à Paris : Tracto-vélo du 6 au 12 novembre
Petition Le monde s'adresse à Dilma: sauvez l'Amazonie
Article de presse Italie/ Référendum du 13 juin : une victoire pour la démocratie participative
Communiqué Des citoyens exigent des comptes au pétrolier Vermilion. Malgré la proposition de loi en cours d’examen, l’offensive des industriels se poursuit
Article Lettre à Vermillon - Collectif citoyen Ile-de-France NON aux gaz et pétroles de schiste !
Événement APPEL A CO-CONSTRUIRE DES RENCONTRES SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE - août 2011
Article Révolte des sacrifiés au «développement»
Communiqué Gaz et pétrole de schiste : des citoyens demandent des comptes au pétrolier Vermilion.
Brève L’Etat interrompt les recherches de gaz en Suisse
Vidéo Vidéo : Mexique, V Assemblée nationale des victimes environnementales
Article Mexique: Mort et résistance sociale au Fleuve Santiago
Communiqué Communiqué de Transparence développement et ruralité, ADPSE, PCBA, CURC 22, Collectif Gaspare.
Événement "A ciel ouvert" de Inès Compan au Cinéma.
Article Assemblées socio-environnementales de la UAC - Interview de Mirta Antonelli (Córdoba, août 2010)
Événement Film-débat : "Opération Diablo" avec Marco Arana- Le mardi 22 mars à 19h00
Événement Rassemblement à DOUE (Seine et Marne), SAMEDI 5 MARS 2011 : STOP PETROLE DE SCHISTE
Communiqué APPEL DE DAKAR POUR LE FORUM ALTERNATIF MONDIAL DE L’EAU
Article Amérique latine : Tensions entre extractivisme et redistribution des richesses
Vidéo Au Chili, face à la multinationale Minera Pelambres, les communautés en grève de la faim.
Brève Votation populaire à Temacapulín, Jalisco (Mexique): 99% pour le “Non au barrage El Zapotillo”

Brèves

Départementales : les anti-gaz de schiste font pression sur les candidats

À deux mois des élections départementales, le collectif Non au gaz de schiste en Essonne s’immisce dans la campagne. Son but : obtenir l’avis de tous les candidats à cette élection sur l’exploitation du gaz de schiste dans le département. Faute de réponse, le collectif prendra ses responsabilités en proposant lui-même ses propres candidats.

Prospection Minière. Contestation dans les Côtes d’Armor

Pas de forage dans le paysage ! Ce tag anti prospection minière donne le ton à Plougonver. Pour contrer le projet « Loc-Envel » qui rayonne sur 25 communes alentour, les opposants ont décidé de se rassembler. Basée à Orléans, la jeune société Variscan Mines France, qui a été créée en 2010, ne regarde pas du côté de Loc-Envel par hasard. Au XVIIIe siècle, le fer extrait de la forêt de Coat an Noz valait de l'or. Lire la suite »

Manifestations contre le gaz de schiste à In-Salah, Tamanrasset et Ouargla Le Sud confirme son veto (Algérie)

A Tamanrasset, plus de 2 000 citoyens issus de plusieurs quartiers ont convergé vers le centre-ville pour marcher ensemble. A Ouargla, les chômeurs ont également improvisé une action de protestation.

Les manifestations contre l’exploitation du gaz de schiste ne cessent de mobiliser au Sud du pays. Une large population a répondu ce jeudi, à l’appel pour une marche pacifique. Selon des sources locales, la marche la plus impressionnante a été observée à In Salah.

Lire la suite »