Langue

Résistances

Articles

Grèce : les citoyens de Chalcidique préfèrent la vie à l’or

Eldorado Gold, multinationale canadienne, voulait passer en force pour exploiter une gisement à ciel ouvert. S’appuyant sur un large mouvement d’opposition, Syriza vient de stopper ce projet délétère pour l’environnement et l’avenir économique de la région.

Chalcidique (Grèce), envoyée spéciale.C’est en empruntant une route nationale en piteux état que l’on se rend en Chalcidique. Troisième plus importante destination touristique du pays, cette péninsule, située à l’est du golfe de Thessalonique et prolongée par trois presqu’îles bordées par la mer Égée, est un bijou de nature préservée, réputée pour ses plages, mais aussi pour la qualité de ses fruits et légumes, ses poissons, son miel et ses fromages, qui s’exportent dans tout le pays. En arrivant vers le village de Skouries, on voit qu’une grande artère goudronnée fl ambant neuve a été taillée à fl anc de montagne. Aucun panneau de signalisation n’indique sa destination. Et pour cause, cette route de 8 kilomètres, construite avec des deniers publics, est à usage privé. Elle conduit au site de la mine qu’est en train de creuser la multinationale canadienne Eldorado Gold : une exploitation de cuivre et d’or à ciel ouvert.

Des ressources naturelles au cœur des conflits : Colombie

Pourquoi les zones d’exploitation minière sont-elles autant concernées par des cas de violations des droits humains ?

Sergio Moreno Rubio : Principalement en raison de la pression foncière qui résulte d’une concurrence pour l’utilisation et l’appropriation du sol et du sous-sol. Cela a été reconnu par des institutions judiciaires telles que la Cour constitutionnelle de Colombie. La cartographie des nombreux conflits que connaît le pays coïncide avec la cartographie de l’exploitation minière et des sources d’énergie. Il est clairement établi qu’une part importante des violations des droits humains enregistrées en Colombie ces dix dernières années (y compris des cas de déplacement forcé et d’expropriation de terres) ont eu lieu dans les régions minières dans lesquelles intervenaient des entreprises multinationales et des groupes paramilitaires.

Armé d’une tronçonneuse, le milicien FNSEA hurle : « Ta gueule, salope » 6 mars 2015 / Marine Vlhahovic et Isabelle Rimbert (Reporterre)

Des pro-barrages venus de loin et ignorant le dossier. Des injures et des tronçonneuses. Des menaces envers les agriculteurs opposés au barrage. Des gendarmes bien polis avec les miliciens de la FNSEA. Récit de la journée du 5 mars. Bienvenue à Sivens.

- Lisle-sur-Tarn (Tarn), reportage

« Votre carte de presse ! » En ce jeudi après-midi, ce n’est pas auprès de gendarmes mobiles mais d’agriculteurs qu’il faut montrer patte blanche pour accéder à la ZAD du Testet. Postés à l’entrée de Barrat, décorée pour l’occasion de drapeau FNSEA, un petit groupe de pro-barrages filtre le passage. Le ton est péremptoire. Moi et mon confrère nous exécutons. « Il faudra penser à changer la couleur du véhicule parce qu’ici ça ne passe pas, ça fait ’baba-cool’ », nous avise-t-on avant de nous laisser filer. Pourquoi ce conseil ? La camionnette de mon collègue photographe a le malheur d’être verte. La route d’accès principale est encombrée de voitures de pro-barrages. Une soixantaine d’entre eux sont rassemblés à quelques mètres seulement des premières barricades de la ZAD, retenus par un cordon de gendarmes mobiles.

Résistances - Tous les contenus

Événement Conférence-débat "Entreprises françaises en Amérique Latine : les industries extractives
Vidéo « Contrer l’extractivisme, défendre l’eau » au FAME 2012. Introduction par Anna Bednik
Communiqué En images et vidéo : Premier forage de pétrole de schiste à Paris, 22 septembre 2012
Vidéo Conclusions de l’atelier « Or noir contre or bleu : résistances citoyennes face à l’avancée des transnationales pétrolières » par Vincent Espagne (FAME 2012)
Communiqué Annonce du verdict historique dans le Cas Sarayaku contre l’état équatorien
Vidéo « Contrer l’extractivisme, défendre l’eau » au FAME 2012 - Débat
Événement Le Festival des Utopies Concrètes
Événement Après-midi débat autour de Rio+20 - samedi 9 juin 2012 à Paris
Petition Non au projet de Notre Dame des Landes
iPaper Compte-rendu FAME 2012 “EAU ET EXTRACTIVISME”
Campagne Lettre ouverte au Président de la République du Pérou pour dire NON au projet CONGA
Communiqué Solidarité avec la population de Cajamarca en lutte contre le projet Conga (COMMUNIQUE)
Communiqué Déclaration de l'axe thématique "Eau et Extractivisme " du Forum Alternatif Mondial de l'Eau (FAME), Marseille, France, 14,17 mars 2012
Article Eau et Extractivisme au FAME: du Nord au Sud, un modèle, des luttes
Communiqué Porto Alegre: Déclaration des mouvements sociaux
Événement L'eau oui, l'or non ! projection-réunion-débat sur le Proyecto COnga, le 10 février à la Maison de l'Amérique latine
Communiqué Conga No va! manifeste de la marche pour l'eau (Pérou)
Brève Gaz de schiste en Afrique du Sud : un moratoire sous haute pression !
Communiqué Le mouvement citoyen des Collectifs contre les gaz et pétrole de Schistes récompensé par une Victoire du Bien Commun
Article Auprès de son arbre… Ricardo Carrere, à tout jamais.

Brèves

Pérou : « Ley de la selva » partiellement abrogée par le Congrès

Le 23 aout dernier, le Congrès péruvien a voté à une large majorité (66 voix contre 29) l'abrogation des décrets législatifs 1015 et 1073 visant à faciliter la privatisation des terres communales des indigènes au profit de l'exploitation des ressources naturelles (minéraux, gaz et pétrole, bois et agriculture intensive).

Ces décrets, faisant partie d'un paquet législatif dénommé « la loi de la jungle », ont été rédigés dans le cadre d'un plan d'harmonisation de la législation du pays avec le Traité de Libre Commerce (TLC) signé avec les Etats-Unis. Ils simplifiaient les règles de vote au sein des communautés pour la vente des terres communales.

Documents

GAZ DE SCHISTE : Après le rassemblement de Barjac du 28 février 2016

 
MERCI A TOUTES ET TOUS PLUS DE 15.000 PERSONNES, PLUS DE 350 ELU(E)S
une demande de rendez-vous au Ministère de l’Environnement, sera envoyé, dans les jours qui viennent, à Ségolène Royal.

A cette occasion nous lui remettrons la pétition papier signée par 5.000 personnes et la pétition numérique qui a
recueillie plus de 9.000 signatures.
Lire la suite »