Langue

Résistances

Articles

Algérie, Contestation du gaz de Schiste : Le pouvoir désorienté

Source : http://www.elwatan.comSource : http://www.elwatan.comLes Algériens ne décolèrent pas sur la question de l’exploitation du gaz de schiste. Les manifestations se poursuivent et In Salah devient le cœur battant de la mobilisation contre ce gaz non conventionnel dont l’exploitation risque de priver les générations futures de précieuses ressources en eau.

In Salah met le pouvoir d’Alger devant ses responsabilités et l’accule là où il se croyait seul maître à décider de l’avenir de ce pays. Il s’en trouve d’ailleurs désorienté, ne sait plus quoi répondre. Après la tentative de Saadani de surfer sur la fibre régionaliste pour calmer les algériens du Sud alors que le FLN a bien voté la loi autorisant le recours au gaz de schiste, ou encore l’invitation de la Présidence au dialogue sans même envoyer un émissaire sur les lieux pour discuter avec la population, ou bien les assurances non convaincantes du ministre de l’Energie et le PDG de Sonatrach sur l’impact minime de la technique de fracturation hydraulique sur l’environnement, c’est au tour du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, de trouver une sortie moins directe en choisissant de poster un message, hier, sur sa page facebook disant que «le gouvernement n’a jamais délivré aucune autorisation d’exploitation du gaz de schiste en Algérie».

Une affirmation en totale contradiction avec l’annonce faite par le Conseil des ministres de mai 2014 autorisant l’exploitation des gaz non conventionnels.  La compagnie française Total est opérationnelle depuis fin 2013 en Algérie, dans le bassin de Timimoun, en association avec Sonatrach et la société espagnole Cepsa, ainsi qu’à Ahnet (In Salah) avec Schlumberger, Sonatrach et la turque Partex.

Sous pression, la Société générale se retire d’Alpha Coal, un projet minier destructeur

Stop Alpha CoalStop Alpha CoalLa Société générale vient de déclarer ce 5 décembre par communiqué de presse qu’elle se retirait du projet Alpha Coal, un projet de mine de charbon géante en Australie, très contestée pour ses conséquences négatives sur l’environnement. La banque française invoque le « retard » du projet pour « suspendre son mandat ».Ces derniers mois, la Société générale a été la cible d’actions, de pétitions et d’interpellations de la part d’organisations écologistes, en France comme en Australie. Des organisations, en particulier Attac, Bizi ! et les Amis de la Terre, reprochaient à la banque française d’apporter son expertise financière à ce méga projet d’extraction de charbon sur le littoral du Queensland. Basta ! et l’Observatoire des multinationales vous avaient régulièrement informé sur le sujet. Outre de massives émissions de CO2, des risques de déforestation et d’épuisement des ressources en eau, ce projet minier faisait peser une lourde menace sur la Grande barrière de corail, un écosystème marin unique. L’ampleur des potentielles destructions était telle que d’autres banques et fonds spéculatifs avaient refusé de financer le projet minier.

Eloge de la ZAD

Date de publication: 
Lundi, 24 Novembre, 2014
Par: 
Des zadophiles non fanatiques de Nantes, Grenoble, de Carcassonne, et d’ailleurs

Maintenant que s’éteignent les diverses versions qui voulaient couvrir les raisons du meurtre de Rémi F. par l’État — de l’élaboration du mentir-vrai qui tient lieu de discours officiel à la dissolution des responsabilités par gradation hiérarchique, j’ai obéi, j’ai donné l’ordre d’obéir, on ne doit pas mettre en cause la volonté d’obéir — on ne peut pas s’arrêter à demander, même fermement, des démissions, une police mieux faite, etc.

Ce qui a été visé dans la nuit de Sivens, c’est le scandale que représente l’existence même des ZAD et leur possible dissémination. Les ZAD et leurs partisans ne veulent pas uniquement empêcher un aménagement mais y substituer autre chose et c’est l’audace de ce programme, aussi rudimentaire soit-il, qui commence à perturber les partisans du nihilisme de la croissance.

Une ZAD est un territoire où des êtres décident de se passer des institutions pour construire leurs vies. Elle se constitue comme « zone à défendre », mais ses perspectives et sa raison d’être sont en réalité offensives car elle est aussi le lieu pour une opposition résolue au grand saccage de l’aménagement, où peut s’expérimenter des relations humaines hors du cash, de la hiérarchie, de l’utilitarisme économique (écologique), en bref de l’unique pensée des obsessionnels du développement ; le lieu où tente de s’élaborer une utopie à portée de lutte.

« Pour donner corps aux communaux, une assemblée saisonnière ne suffira donc pas, il s’agit de faire communauté. Si nous voulons parvenir à faire coexister les différents usages du territoire, les différents rapports au monde qui se déploient dans ce bocage, il nous faut créer des coutumes, des rites, des solidarités et des habitudes communes. Multiplier les moments de travail en commun, densifier les échanges et les solidarités, les dons et contre-dons qui font l’épaisseur de nos liens. Il faut pour cela construire d’autres espaces, expérimenter d’autres outils, d’autres pratiques, d’autres formes que les assemblées, même si ces dernières sont indispensables par ailleurs. Il nous faut approfondir les rencontres, les passerelles entre les mondes, et les amitiés improbables nées de cette lutte. »
(De la ZAD aux communaux ? Quelques pistes à explorer pour aller plus loin…, texte circulant à Notre-Dame-des-Landes).

Sans conteste, ce genre d’idéal pratiqué et érigé en plate-forme commune pourrait cristalliser et fédérer bien des refus, des dégoûts que suscite cette société.

Pour en revenir au barrage de Sivens, la mise en commun des 184 retenues d’eau privées, totalisant trois fois la capacité du barrage, accélèrerait le démantèlement nécessaire du totalitarisme industriel.

La possibilité d’une multiplication des ZAD est un véritable cauchemar pour la domination et c’est pour cela qu’elle commence à mobiliser ses troupes citoyennes. A Albi, la FNSEA organise une manifestation probarrage et dénonce les zadistes comme « djihadistes verts » ; à Nantes le lobby du BTP et son émanation associative défilent pour un démarrage immédiat du chantier accusant l’ACIPA et les Verts « d’être la vitrine légale d’un mouvement armé » (sous-entendu les zadistes) ; à Grenoble les milieux économiques coalisés sous l’égide de la Chambre de commerce et d’industrie font passer en force le tourisme sous bulle de verre dans la forêt des Chambarans ; à Carcassonne les productivistes agricoles laissent derrière eux une banderole sur laquelle est écrit « Mort aux loups et aux écolos (les écolos en premier) ».

Nul doute qu’avec le temps ils progresseront, appuyés par tous les représentants de la machine à gouverner, vers une définition plus exacte de ceux qui réellement dérangent. Nous aussi.

SIgné : Des zadophiles non fanatiques de Nantes, Grenoble, de Carcassonne, et d’ailleurs

Source : http://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/2014/1...

Résistances - Tous les contenus

Article Sauver Skouries : lutte contre les mines d'or en Grèce
Communiqué Collectifs français anti gaz et huile de schiste et de houille : Lettre ouverte à Philippe Martin
Communiqué ALERTE Gaz de Schiste : Repression violente en Roumanie
Brève Roumanie (Pungesti) : répression de l'opposition au x gaz de schiste
Communiqué Collectifs anti hydrocarbures de schiste au sujet du permis de Chateau-Thierry
Brève Huile de schiste : P. Martin refuse de signer la mutation des permis à Hess Oil
Article de presse CÔNE SUD - Le modèle extractiviste rejeté par la rue
Brève Roumanie : nouveau revers pour un projet canadien de mine d'or
Événement 11e édition du festival de cinéma d'Attac "Images mouvementées"
Communiqué Depuis Intag. La politique minière de Correa est une tragédie
Article Le vrai coût des politiques sociales de Rafael Correa
Brève Roumanie : Chevron suspend ses activités après des protestations
Brève Roumanie : un village se révolte contre Chevron
Article de presse Victoire dans le morvan !
Communiqué Des actes, pas des paroles ! Les Dindons disent non à la politique de l’autruche !
Communiqué Conférence (des dindons) au sommet!
Communiqué ALERTE : Occupation de la plateforme pétrolière de Hess Oil à Jouarre
Brève Roumanie: le gouvernement fait marche arrière sur un projet de mine d'or
Communiqué Gaz de couche : nouvel avatar des masseurs de roche…
Article Exploitation minière dans la Creuse : Dites oui et ne posez pas de questions !

Brèves

Roybon : la région refuse de soutenir le projet de Center Parcs

En Rhône-Alpes, 87 conseillers régionaux sur 156 ont rejeté, ce vendredi, le texte présenté par le groupe Union de la droite et du centre, décrié par les «zadistes».
La région Rhône-Alpes a rejeté vendredi un vœu de soutien au Center Parcs controversé en Isère, présenté par la droite, tandis que son président Jean-Jack Queyranne (PS) appelait à «revoir» le projet avant de lui accorder une subvention votée par la collectivité en 2009.

Le Parc du Luberon rejette un projet de prospection d'hydrocarbures

Le parc régional du Luberon, qui regroupe 77 communes dans ce massif montagneux du sud du Vaucluse, a adopté une motion rejetant tout projet de prospection d'hydrocarbures, notamment le gaz de schistes, a-t-on appris mercredi 1er octobre auprès de ses responsables.

Lire la suite »

JUSTICE : Victoire des rondes paysannes devant la CIDH

Les mesures de précaution dictées par la Cour interaméricaine des droits de l'homme (CIDH), en date du 7 mai 2014, en faveur de 46 leaders de la lutte contre le projet minier Conga, ont été présentés jeudi à Cajamarca, lors d'une conférence de presse qui s’est déroulée dans le local du restaurant Zarko, par Ydelso Hernandez et Segundo Perez, les dirigeants CUNAARP, en présence de Manuel Ramos et de l’avocate Zulma Villa Vilchez.
Lire la suite »