Langue

Un système alimentaire qui tue : La peste porcine, dernier fléau de l’industrie de la viande

Version imprimableVersion imprimableSend by emailSend by email
Source de l'article de presse
Auteur de l'article de presse: 
GRAIN.ORG
Date de publication: 
Lundi, 20 Avril, 2009
Le Mexique assiste à une répétition infernale de l'histoire de la grippe aviaire asiatique, mais à une échelle encore plus tragique. Une fois de plus, la réponse officielle arrive trop tard et entachée de mensonges. Une fois de plus, l'industrie mondiale de la viande est au centre de l'histoire, s'obstinant à nier toute responsabilité, alors que le poids de l'évidence concernant son rôle ne cesse de s'accroître. Cinq ans après le début de la crise de grippe aviaire H5N1 et après cinq ans aussi d'une stratégie mondiale contre les pandémies de grippe coordonnée par l'Organisation mondiale de la santé (l'OMS ou WHO) et l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE), le monde chancelle sous les coups d'un nouveau désastre, la grippe porcine. La stratégie mondiale a échoué et doit être remplacée par un nouveau système de santé publique qui puisse inspirer confiance au public.
Ce que nous savons de la situation au Mexique, c'est que, officiellement, plus de 150 personnes sont mortes d'une nouvelle souche de grippe porcine qui est en fait un cocktail génétique de plusieurs souches de virus de grippe : grippe porcine, grippe aviaire et grippe humaine. Celle-ci a évolué en une forme qui se transmet facilement d'humain à humain et qui peut tuer des gens en parfaite santé. Nous ne savons pas exactement où ont eu lieu cette recombinaison et cette évolution, mais il semble évident qu'il faut chercher du côté des élevages industriels mexicains et américains.

Cela fait des années que les experts avertissent que le développement des grandes fermes d'élevage industriel en Amérique du Nord ont créé un foyer idéal pour que puissent émerger et se répandre de nouvelles souches de grippe extrêmement virulentes. « Parce que les élevages fortement concentrés ont tendance à rassembler d'importants groupes d'animaux sur une surface réduite, ils facilitent la transmission et le mélange des virus », expliquaient des scientifiques de l'agence nationale des instituts de santé publique américaine (NIH). Trois ans plus tôt, Science Magazine avait sonné l'alarme en montrant que la taille croissante des élevages industriels et l'usage répandu des vaccins qui y est fait accéléraient le rythme d'évolution de la grippe porcine. C'est la même chose avec la grippe aviaire : l'espace surpeuplé et les conditions insalubres qui règnent dans ces élevages permettent au virus de se recombiner et de prendre de nouvelles formes très aisément. Quand on en est à ce stade, la centralisation inhérente à l'industrie garantit que la maladie est disséminée partout, par l'intermédiaire des matières fécales, de la nourriture animale, de l'eau ou même des bottes des ouvriers. Et pourtant, si l'on en croit les centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), « il n'existe pas de système national officiel de surveillance pour déterminer quels sont les virus les plus répandus dans la population porcine américaine." La situation est la même au Mexique.

Lire la suite sur Grain.org

 

 

Autres langues

Pays

Conflit

Organisations

Commentaires

 

Commenter le contenu (Soumis à modération)

Le contenu de ce champ est gardé secret et ne sera pas montré publiquement.

La newsletter de Aldeah.org

S'abonnez au bulletin d'information